1. Ecole de commerce : l’intérêt d’un double diplôme à l’international
Partenariat

Ecole de commerce : l’intérêt d’un double diplôme à l’international

Envoyer cet article à un ami
 // © David Morganti/Neoma BS
// © David Morganti/Neoma BS

Dans l’idée de former des managers audacieux ouverts sur le monde, de nombreuses grandes écoles de commerce françaises, à l’instar de NEOMA Business School, se tournent vers l’étranger. Décryptage des atouts d’un double diplôme franco-international.


En matière de double diplôme, les écoles de commerce et de management sont particulièrement bien rodées. Outre la possibilité d’occuper une place de choix dans le classement international des business schools, ces dernières mettent en place des programmes attractifs en multipliant les partenariats transnationaux avec ou sans allongement de la scolarité. Une voie idéale pour celles et ceux qui possèdent un projet professionnel spécifique sans avoir peur de s’ouvrir d’autres portes.

De Boston à Pékin en passant par Dublin, les étudiants sélectionnés au concours d’entrée SESAME* ont ainsi l’opportunité d’effectuer, à terme, une partie de leur cursus à l’étranger et d’obtenir le diplôme de l’université conjointe. Une plus-value considérable sur un CV et une expérience riche de sens qui développe une certaine capacité d’adaptation, d’autant qu’un départ est possible dès la première année selon l’école, la destination et le niveau de l’étudiant.

Des compétences transversales

Selon les accords et les projets pédagogiques des écoles et universités, il existe de très nombreuses options telles que manager-ingénieur, manager-designer, manager-juriste ou encore manager-architecte. Qu’ils soient à Reims ou à Madrid, l’occasion est belle pour ces managers en herbe d’approfondir leurs compétences linguistiques, primordiales dans la réussite de leur future carrière. Mélangés à une multitude d’étudiants internationaux, ces derniers développent des compétences transversales à l’ensemble de leurs connaissances fondamentales en gestion et marketing.

Ces profils intéressent particulièrement les entreprises. De la digitalisation de l’économie aux enjeux climatiques en passant par les évolutions géopolitiques, elles font face à de grands bouleversements. Un contexte qui renforce un peu plus leur quête de jeunes talents polyvalents ayant des compétences en lien avec les réalités actuelles. « Les entreprises reconnaissent chez les diplômés leur capacité à agir de façon responsable, à communiquer, à travailler, à négocier, à initier et manager des projets dans des environnements internationaux et multiculturels et des contextes complexes », affirme Frédéric Beaumont, directeur du CESEM, le Bachelor en Management International de NEOMA Business School.

Des diplômés habitués à la mobilité

Le CESEM est en effet la référence du moment en matière de programmes internationaux en quatre ans. Depuis sa création, en 1974, son format atypique conçu autour de deux années passées dans une université partenaire de NEOMA séduit de plus en plus d’étudiants. Selon le parcours choisi au sein de ce Bachelor en Management International (Parcours Europe, Parcours Amériques ou Parcours Asie), l’enseignement passe même de bilingue à trilingue. Et pour celles et ceux partis dès la première année en Irlande, en Allemagne ou en Espagne, leur cursus se conclut à Reims avec des cours à 100 % en anglais en troisième et quatrième année.

« Nos enseignements privilégient la mise en action, les études de cas et l’interactivité », poursuit Frédéric Beaumont. « Cela passe par des qualités rédactionnelles et oratoires dans sa langue maternelle ou étrangère, la compréhension du cadre culturel, réglementaire, éthique ainsi que la compréhension des comportements humains et des organisations. » En effectuant de très nombreux travaux en groupe, les étudiants apprennent ainsi à expérimenter des solutions tout en intégrant les différences culturelles de chacun. Une agilité qui intéresse particulièrement les grands groupes internationaux désireux d’embaucher des salariés habitués à la mobilité.

Autant de compétences que les étudiants de NEOMA mettent en pratique lors de leurs périodes de stage intensif de six mois. Un bon moyen de se différencier grâce à l’expérience acquise à l’international et au double diplôme. Et pour les plus jusqu’au-boutistes qui souhaitent compléter leurs cursus, ils peuvent intégrer des Masters universitaires, des Masters of Science ou Mastères Spécialisés d’Écoles de Commerce ou d’Ingénieurs, en France comme à l’international. Une poursuite d’études dans l’un des Mastères de NEOMA est d’ailleurs garantie (sous réserve de bon dossier scolaire).

*Le programme CESEM post-bac est accessible via le Concours SESAME, en sélectionnant CESEM de NEOMA Business School sur parcoursup.fr entre le 22 janvier et le 12 mars 2020. Après la confirmation des vœux sur Parcoursup avant le 2 avril 2020, les épreuves écrites du concours ont lieu le 8 avril sous forme de QCM (langues, raisonnement et compétences, analyse documentaire et connaissance des enjeux contemporains). Les épreuves orales ont ensuite lieu du 17 avril au 6 mai. Seuls les candidats qui ont obtenu les résultats suffisants aux épreuves écrites et à la note de dossier (notes du bac de français + notes de première et terminale + appréciations sur le candidat) sont invités à passer les oraux. Pour le CESEM, il s’agit de deux entretiens en langues vivantes (LV1 et LV2) et d’un entretien individuel devant un jury. Plus d’informations ? Rendez-vous aux journées portes ouvertes de NEOMA à Paris (25 janvier et 5 février), Reims (8 février) et Rouen (1er février). Informations pratiques sur http://jpo.neoma-bs.fr