1. Bac
  2. Julien, bachelier 2002 : "Un point de passage obligatoire"
Témoignage

Julien, bachelier 2002 : "Un point de passage obligatoire"

Envoyer cet article à un ami
Pour Julien Vuillod, "il fallait absolument avoir le bac pour poursuivre les études". // © Photo fournie par le témoin
Pour Julien Vuillod, "il fallait absolument avoir le bac pour poursuivre les études". // © Photo fournie par le témoin

Souvenir du bac... 2002 ! Pour marquer l'évolution du bac depuis l'après-guerre, l'Etudiant a retrouvé d'anciens bacheliers de différentes époques. Pour Julien, diplômé en 2002, le bac était surtout un moyen de continuer vers les études supérieures, même si, à l'époque, passer par les oraux de rattrapage était courant.

Julien Vuillod a 18 ans quand il passe son bac scientifique en 2002. Une formalité pour lui : "Toute ma famille l'avait, c'était déjà très courant". À l'époque, 62% des individus d'une génération étaient bacheliers. Une large majorité, mais très en deçà des presque 80% de ces dernières années.

Le bac en lui-même n'a jamais été d'une grande importance pour Julien, tout au plus un "point de passage obligatoire". Pour lui, la partie la plus intéressante vient ensuite : "Il fallait absolument que je l'ai pour poursuivre les études." Parce que l'année de terminale, c'est avant tout le moment où les élèves choisissent leur orientation. "Le choix des études fut le plus compliqué. On nous demande très tôt dans l'année de constituer nos dossiers".

Lire aussi : Bac 2020 : "On sera la génération qui n’a pas passé les épreuves écrites du bac"

Le bac de justesse

Et le bac, Julien l'a eu de justesse. Repêché par le jury pour quelques points manquants, il a pu éviter la case rattrapage. Dans sa classe de 25 élèves, seule une petite dizaine l'a obtenu sans passer par les oraux. Julien a ensuite choisi de faire un BTS géomètre. Il est aujourd'hui cadre commercial pour une entreprise de BTP (bâtiment et travaux publics).

Aujourd’hui âgé de 36 ans, Julien se dit qu’il aurait sans aucun doute préféré le passer en contrôle continu, comme il sera partiellement appliqué à partir de 2021. "C'est quand même mieux, ça permet de faciliter le passage des gens vers des études plus poussées, et ça limite le stress".

Lire aussi :
Jeanine, bachelière 1952 : "Lycéenne en Algérie, ce n’était pas drôle tous les jours !"
Nicolas, bachelier 1968 : "Ça a été un véritable éveil politique"
Véronique, bachelière 1983 : "Pour mes parents, c’était une fierté"
Marie-Julie, bachelière 2019 : "C’est le début de la vie d’adulte"