Quand les écoles de commerce se réinventent

publié le 29 Janvier 2020
5 min

En envoyant de plus en plus souvent leurs jeunes talents à l’étranger, les écoles de commerce et de management proposent des parcours aux opportunités multiples. À l’image de NEOMA Business School et son Bachelor in Business Administration (Global BBA), les écoles anticipent la demande des recruteurs en quête de compétences sensibles à l’interculturalité.

Faire émerger des talents ouverts sur le monde. Tel est l’objectif que se fixent nombre de grandes business schools. Loin de toute rigidité, les écoles du top 10 français ne comptent plus simplement suivre les innovations. Des nouvelles méthodes pédagogiques à une autre vision du digital en passant par l’aménagement des campus, elles sont de plus en plus nombreuses à oser réinventer leur modèle.

Cette fraîcheur académique s’adresse en premier lieu aux bacheliers intéressés par l’environnement économique mondial, la gestion de projets et l’entrepreneuriat. Via une pédagogie par l’action, les étudiants intègrent rapidement les fondamentaux du management. Ils développent ainsi leur capacité à analyser les situations de façon critique en réalisant des simulations et autres études de cas.

Etudes de cas sans frontières

Fortement orientés vers l’international, les programmes sont conçus pour former d’emblée des managers polyvalents. Selon les écoles, ces derniers peuvent même opter pour des parcours bilingues dès la première année. Chez NEOMA Business School, la première année du cursus est en effet proposée à 100 % en anglais sur les campus de Paris, Reims et Rouen. En deuxième année, l’immersion repousse les frontières puisque c’est le temps du départ à l’étranger. Les étudiants sont libres de choisir de partir pour un séjour académique d’un semestre ou d’un an dans l’une des 150 universités partenaires, de Dublin à São Paulo en passant par Séoul.

« Grâce à une immersion constante dans des situations d’apprentissage multiculturelles et diverses, tant sur nos trois campus qu’à l’étranger, nos étudiants capitalisent une solide expérience », explique Sarah Cooper, directrice du programme GBBA, le Bachelor in Business Administration de NEOMA Business School. « Cela les transforme en professionnels ouverts d’esprit, riches d’idées et de solutions. »

Stages, alternance et entrepreneuriat

Ces idées et ces solutions, les étudiants les glanent en entreprise. En stage tout au long de leur cursus, ils ont l’occasion de tester différents types de structures et missions selon les réseaux des écoles. Outre le développement de projets en lien avec des PME locales, les étudiants apprennent également à mieux évaluer une opportunité d’affaire ou encore à rédiger un business plan réaliste. Alors que les parcours en alternance se développent, les stages en start-up sont de plus en plus recommandés pour mieux connaître son potentiel entrepreneurial tout en se nourrissant du travail collectif.

C’est dans ce sens que le programme post-bac Global BBA de NEOMA, accessible via le Concours SESAME*, permet à chaque étudiant de bâtir sa propre trajectoire en alliant entrepreneuriat, pédagogie expérientielle et immersion en entreprise et à l’étranger. « Nos étudiants sont en mesure de capitaliser sur leur expérience et, progressivement, en découvrant leurs capacités et motivations, de développer une solide expertise professionnelle », poursuit Sarah Cooper.

En quatrième année, un stage de six mois vient parfaire un cursus au terme duquel les étudiants peuvent se laisser l’opportunité de poursuivre leurs études. Une fois diplômés, nombreux sont ceux qui s’envolent ainsi intégrer des Masters, de l’EAE Business School de Barcelone à l’Université de Salford, à Cardiff, ou encore au sein même de NEOMA

Dotés d’une flexibilité maximum, ces cursus de haut niveau visent ainsi à former des dirigeants moteurs de l’innovation et du progrès social. En intégrant une vision globale et sociétale au cœur des enseignements, les business schools suscitent l’intérêt de nombreux apprenants désireux de mener une transformation positive de la société. Une manière de les encourager à développer leur empathie et leur esprit collaboratif, soft skills primordiales à l’ère digitale.

Articles les plus lus

A la Une bac

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road