1. Bac
  2. Quel(s) métier(s) pour Pauline, en terminale ES ?
Coaching

Quel(s) métier(s) pour Pauline, en terminale ES ?

Envoyer cet article à un ami
Pauline, en terminale ES, hésite entre une filière dans l'international ou le management hôtelier. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Pauline, en terminale ES, hésite entre une filière dans l'international ou le management hôtelier. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Pauline, très bonne élève, qui aime apprendre et comprendre, rêve d’international, pour participer à la sphère politique des États et institutions ou pour intégrer un grand établissement hôtelier.

Son parcours scolaire

Depuis la sixième, Pauline est dans le même établissement et s’y sent comme dans une "famille". Bonne élève, au profil équilibré en seconde, elle pouvait choisir n’importe quelle série, mais son goût pour l’économie et la gestion l’ont poussée à prendre la filière ES (économique et sociale). Et ses résultats en première sont excellents avec plus de 16 de moyenne et première de sa classe.

C’est une bosseuse ! "Pendant le week-end, je travaille au moins une journée", explique la jeune fille, qui étudie avec plaisir l’économie ou l’histoire. Son potentiel littéraire s’est confirmé au bac avec 18 à l’écrit et 19 à l’oral ! Elle a eu presque les mêmes notes en anglais et en espagnol… et en SES. Quant aux maths et à l’histoire, elle tournait autour de 15. Elle part avec une bonne longueur d’avance au bac : avec 16 en TPE (travaux personnels encadrés) et 13 en sciences, les autres matières anticipées du bac. Ses bulletins mettent en valeur une élève sérieuse, qui participe et fournit un travail de qualité.

Sa personnalité

Pauline prend facilement des décisions, aime gérer un projet, être déléguée de classe, travailler en groupe. Elle est méthodique et ordonnée. Elle s’est engagée dans le scoutisme et estime que cela l’a "ouverte aux autres".

Son goût pour apprendre et son besoin de comprendre se traduisent par un esprit investigateur. Pauline cherche "à approfondir ses connaissances" : par exemple en français, l’année dernière, j’aimais explorer au-delà du cours". Par ailleurs, elle est curieuse "de l’opinion des personnes sur différents sujets".

Lire aussi : Pour quelles études êtes-vous fait(e) ?

Hormis le scoutisme, son temps libre est ponctué de sorties entre amis, au cinéma, de balades à Paris, où elle adore "marcher, regarder, admirer". Ayant une mère russe – elle lit et parle couramment cette langue – et un père guyanais, elle est attirée par l’international. Et même si cela reste un peu "abstrait", elle vise Sciences po. Une autre piste sérieuse serait le management en hôtellerie, pour "l’ambiance, le cadre, le côté ordonné".

Bonne élève, Pauline a choisi la filière ES pour son programme. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Bonne élève, Pauline a choisi la filière ES pour son programme. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Les filières des relations internationales

Son potentiel pour des métiers de management, la gestion, son goût pour l’histoire, et son intérêt pour les sciences économiques et sociales, ainsi que pour les langues pourraient conduire Pauline à la sphère des métiers des relations internationales

Sciences po Paris et les IEP (instituts d’études politiques) en région, notamment les sept du concours commun : Aix (13), Lille (59), Lyon (69), Rennes (35), Saint-Germain-en-Laye (78), Strasbourg (67), Toulouse (31).
– La classe préparatoire aux grandes écoles ENS Rennes D1, qui combine licence de droit et classe prépa au lycée.
– Les licences de droit et les doubles licences, telles celles en droit-économie de l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, en droit-histoire de Paris 2-Assas et Paris-Sorbonne, ou encore la licence européenne de droit de l’Université catholique de Lille, avec son campus d’Issy-les-Moulineaux (92).
– Les licences de sciences politiques.
– L’ILERI (Institut libre d’étude des relations internationale), à Paris.
– L’école HEIP (Hautes Études internationales et politiques), à Paris.
– L’ESPOL (European School of Political and Social Sciences), hébergée dans l’Université catholique de Lille (59).
– Le Collège d’Europe, à Bruges (Belgique) et à Varsovie (Pologne).

Lire aussi : Quelles études après un bac ES ?

Les filières du management hôtelier

Rigoureuse, bosseuse, aimant ce qui est "carré, ordonné", avec une attirance pour la gestion et douée en langues, Pauline pourrait envisager de faire carrière dans l’hôtellerie et le tourisme internationaux.

– Les écoles spécialisées en management hôtelier, telle l’École de Savignac (24), l’Institut Paul-Bocuse (69), l’École Ferrières (77) ou les instituts Vatel (Bordeaux, Lyon, Nantes, Paris…).
– L’UFR ESTHUA tourisme et culture de l’université d’Angers : des licences professionnelles et des masters tel le parcours anglophone international hospitality management.
– Les licences professionnelles en management hôtelier, telle celle management international de l’hôtellerie et de la restauration de l’IAE de Lyon (69) avec l’Institut Paul-Bocuse.
– Les licences professionnelles hôtellerie et tourisme et les masters internationaux de l’IREST (Institut de recherche et d’études supérieures du tourisme), université Paris 1Panthéon-Sorbonne.
– Les licences et masters tourisme et hôtellerie de l’ISTHIA (Institut supérieur du tourisme de l’hôtellerie et de l’alimentation) de l’université Toulouse-Jean-Jaurès (31).

Coaching Orientation by l'Etudiant
Coaching Orientation by l'Etudiant

Pour aller plus loin : Quel(s) métier(s) pour Océane, en terminale ES ? / Quel(s) métier(s) pour Clara, en terminale S ? / Quel(s) métier(s) pour Tanguy, en terminale STMG ? / Quel(s) métier(s) pour Clarisse, en terminale S ?