1. Réforme du bac : 5 élèves de 3e jugent le nouvel examen
Témoignage

Réforme du bac : 5 élèves de 3e jugent le nouvel examen

Envoyer cet article à un ami
Les élèves qui entreront en 3e en 2018 seront ceux qui expérimenteront le nouveau bac, en 2021. // © plainpicture/Monkey_Images/Guerrilla
Les élèves qui entreront en 3e en 2018 seront ceux qui expérimenteront le nouveau bac, en 2021. // © plainpicture/Monkey_Images/Guerrilla

Lisa, Aliénor, Louise, Thomas et Clémence font tous partie de la promo qui testera le nouveau lycée – réformé à partir de la rentrée 2018 – et le nouveau bac attendu pour 2021. Les changements annoncés par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, le 14 février 2018, les séduisent-ils ou les effraient-ils ? Témoignages recueillis par Abi, notre stagiaire de 3e.

Le verdict est tombé. Mercredi 14 février 2018, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la réforme du lycée et du bac. Celle-ci ne s’appliquera qu’à partir de la rentrée 2018 pour les élèves de seconde, et en 2021 pour le bac. Les années scolaires ne seront finalement pas découpées en deux semestres mais resteront organisées sur trois trimestres. Qu’en pensent les principaux intéressés ?

Un oral de 20 minutes : affrontez votre stress !

Cet oral plaît bien dans l’ensemble. "Cela nous permettrait de savoir nous exprimer en public et de transmettre nos idées", explique Lisa, élève de 3e de 14 ans au collège Saint-Joseph, à Boulogne-Billancourt (92). L’exercice peut rassurer pour les futures prises de parole car "il est très important de savoir s’exprimer à l’oral pour notre futur travail", souligne Clémence, également en 3e dans le même établissement.

Lire aussi : Oraux du brevet et du bac : les conseils des champions de l'éloquence

Un bémol toutefois : "Le jury pourrait parfois faire du favoritisme en fonction des élèves", assure Louise, élève de 3e de 15 ans au collège Suger, à Vaucresson (92). "Il faudrait que ses membres soient tirés au sort parmi des professeurs ne faisant pas partie de l’établissement", propose Aliénor, élève de 3e de 14 ans au collège Notre-Dame-de-Grâce-de-Passy, à Paris (75).

Il faudrait mettre en place des cours pour nous aider à vaincre notre timidité.

Et autre inconvénient : cet oral "pourrait faire perdre aux candidats leurs moyens à cause du stress et de la timidité", avoue Lisa. Certains donnent des idées pour aider un maximum d’élèves : "Il faudrait mettre en place des cours pour nous aider à vaincre notre timidité", propose Thomas, élève de 3e de 15 ans au collège Maryse-Bastié, à Vélizy (78), et Aliénor explique que "des cours pour enseigner les passages à l’oral seraient très utiles pour beaucoup d’élèves".

La fin des séries : "déstabilisant"

Les élèves, habitués depuis toujours à entendre parler de ces séries, n’approuvent pas du tout leur suppression. "Cela risquerait de déstabiliser les élèves", explique Clémence. "Certains d’entre nous ont déjà fait leur choix de série depuis longtemps et il sera difficile de changer d’orientation si on se trompe de spécialité", raconte Lisa. "Le choix des spécialités peut restreindre le choix d’études", assure Aliénor.

Le choix des spécialités peut restreindre le choix d’études.

Cependant, certains ne sont pas contre ce changement : "On pourra choisir les matières que l’on préfère et dans lesquelles on est le plus fort", explique Thomas. Ces séries vont être remplacées par des spécialités que les élèves choisiront en fonction de leurs capacités et de leurs envies.

Le contrôle continu : la solution contre le stress ?

Un contrôle continu va être mis en place pour le bac comme il l’est déjà pour le brevet. Cette fois, les avis sont unanimes concernant cette décision. Clémence affirme que "le contrôle continu serait une bonne solution car cela pourrait diminuer le stress engendré par les examens officiels en fin d’année". De même, Louise pense qu’"il permettrait à beaucoup d’élèves de réussir leur année scolaire et leur bac, même si leurs notes à l’examen sont mauvaises à cause de l’anxiété".
Le contrôle continu représentera 40 % de la note du bac et les 60 % restants seront pour les quatre épreuves terminales.

Lire aussi : Réforme du bac et du lycée : ce qui va changer pour vous

Le nouveau bac : "plus avantageux au bout d’un certain temps"

En conclusion : "Le nouveau bac pourrait s’avérer bénéfique au bout d’un certain temps et sera peut-être plus avantageux que "l’ancien" grâce aux choix personnalisés et plus précis", estime Lisa. Thomas est du même avis : "On pourra choisir les matières qui nous correspondent le plus". Quant à Louise, elle se réjouit qu’il y ait "plein de changements à venir". "C’est bien, il faut changer de temps en temps !"