Réforme du bac : le ministère propose des ajustements

Par Thibaut Cojean, publié le 28 Juin 2021
3 min

Découvrez ce qui pourrait changer pour le nouveau bac à partir de la session 2022.

Le bac va (encore) changer. Le ministère de l’Éducation nationale vient en effet de proposer de nouveaux ajustements à la réforme, qui seront discutés avec les "instances consultatives" le vendredi 2 et le jeudi 8 juillet.

Suppression des épreuves communes

Si l’équilibre entre contrôle continu (40% de la note du bac) et épreuves terminales (60%) ne change pas, le contrôle continu pourrait être comptabilisé uniquement à partir des bulletins de notes. Le ministère propose en effet de supprimer les épreuves communes, qui concernent aujourd'hui les enseignements de tronc commun (histoire-géo, LVA et LVB, maths en séries techno, enseignement scientifique en série générale, EPS) et la spécialité abandonnée en première.

Jusque-là, chacune de ces matières bénéficiait d’un même coefficient, 5, mais d’un nombre d’épreuves différent. Le ministère envisage de revoir les coefficients : 6 pour les matières du tronc commun, 8 pour la spécialité abandonnée et 2 pour l’enseignement moral et civique.

Les épreuves terminales (français, philo, spécialités et grand oral), leurs coefficients et leur calendrier, resteraient inchangés.

Revalorisation des options

L’autre grand changement concerne les options. Grandes oubliées de la réforme du bac, elles pourraient finalement être reconsidérées dans cette nouvelle mouture.

Ainsi, celles suivies en première et en terminale pourraient compter pour un coefficient 4. Les options suivies une seule année, notamment les 3 disponibles uniquement en terminale (droit et grands enjeux du monde contemporain, maths expertes et maths complémentaires), compteraient pour coefficient 2.

Ce ne seront pas forcément des points bonus, car les coefficients des options seront ajoutés au total des coefficients du bac. Les candidats pourront présenter des options jusqu’à un total de 14 coefficients (par exemple 3 options suivies en première et en terminale + une suivie uniquement en terminale).

Ces changements, s’ils étaient retenus, seraient mis en place progressivement jusqu’en 2023.

Discussions à venir

À ce stade il ne s'agit que de propositions, formulées officiellement par voie de communiqué de presse par le ministère de l’Éducation nationale. Celui-ci indique d’ailleurs qu'elles seront "discutées et enrichies au sein des instances consultatives" les 2 et 8 juillet prochains.

Ce ne sont pas les premiers ajustements que subit la réforme du bac. Initialement, les évaluations communes s’appelaient les épreuves communes de contrôle continu (E3C). Après une première édition perturbée par les grèves, le ministère a annoncé un changement de nom. Devenues "EC", elles ne se sont jamais tenues en raison de la crise sanitaire.

À la rentrée 2020, la spécialité LLCER anglais monde contemporain a vu le jour en complément de la première spécialité LLCER anglais, jugée trop littéraire. Enfin, en raison d’un programme de maths difficile en spécialité, le ministère avait demandé aux lycées de mettre en place des groupes de niveaux.

Articles les plus lus

A la Une bac

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !