Terminale ST2S : comment garder le cap en biologie et physiopathologie humaine ?

Par Dimitri Schlichter, publié le 27 Avril 2020 - Mis à jour le 20 Avril 2021
4 min

Alors que la fin du lycée se profile, les spécialités n’ont pas été soumises aux épreuves du bac. L’Etudiant vous livre quelques conseils pour bien mettre à profit vos dernières semaines de cours, à la maison ou au lycée, et vous préparer au mieux à l’année prochaine.

Avec une reprise à distance du 26 avril au 3 mai et une fin d'année qui se dessine en demi-jauges, comment rester impliqué pour faire le tour des programmes de biologie et physiopathologie humaine ? "Garder le contact !" C’est le point essentiel pour Isabelle Tamisé, professeure à Limoges (87). "Il faut privilégier le lien humain entre élèves et enseignants, car c’est ce qui constitue l’essence même de notre métier."

Structurez votre temps

En sa qualité de professeure principale, l'enseignante préconise de "suivre les cours à des horaires fixes et garder un rythme de travail régulier." Sans pour autant se laisser submerger.

"Il ne faut pas se retrouver face à une trop lourde charge de travail, confie Jean-Christophe Laval, professeur de biologie et physiopathologie au lycée Saint-Vincent de Paul à Loos (59). Il est préférable de structurer son temps et d’apprendre le programme par petite touche. L’idée n’est pas de passer son temps à bûcher mais de trouver une stratégie pour apprendre sans perdre pied. Il faut savoir vous auto-évaluer pour déterminer les points sur lesquels vous rencontrez des difficultés et nous serons là pour vous aider à les surmonter."

Lire aussi

Utilisez votre manuel scolaire

Autre élément indispensable lorsque vous travaillez depuis la maison : le manuel scolaire. "C’est l’outil essentiel. Tout y figure ! Le programme y est très bien détaillé. J’invite donc les élèves à vraiment l’utiliser", indique Isabelle Tamisé. Et pour ceux qui préfèrent la version numérique, le manuel est disponible gratuitement sur les sites des trois principaux éditeurs : Delagrave, Foucher et Nathan Technique.

L’autre avantage du numérique, "c’est que l’on peut proposer des exercices plus ludiques au travers de QCM interactifs notamment, remarque Jean-Christophe Laval. Et je pense que ce sera un outil que je continuerai à utiliser, car j’ai de très bons retours des élèves."

Lire aussi

Tournez-vous vers vos professeurs

En matière de ressources pédagogiques, "la première à utiliser, c’est nous ! clame Jean-Christophe Laval. Comme l’actualité porte sur nos matières, j’invite les élèves à nous solliciter pour poser des questions, décrypter l’information et ainsi éviter toutes 'fake news'. C’est un cas très concret que nous vivons en ce moment, mais face à la multitude d’informations, il est important que nous accompagnions les élèves pour les éclairer sur tous les points où ils ont des doutes."

Ne vous dispersez pas sur Internet

"Il ne faut pas se disperser sur Internet, reprend Isabelle Tamisé. Multiplier les supports n’est pas forcément une bonne méthode. Privilégiez des choses qui sont à votre niveau. Il y a des reportages sur France 5 et Arte tout à fait accessibles et très intéressants."

Mais pour ceux qui souhaiteraient approfondir leurs recherches, "tournez-vous vers des sites fiables et reconnus tels que ceux de l’INSERM, de l’Institut Pasteur, des centres hospitaliers ou encore les sites du ministère", conseille Jean-Christophe Laval. En tout cas, l’enseignant nordiste insiste bien sur un point : "Évitez les chaînes d’info en continu !"

A la Une révisions du bac

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !