Bac ES 2015 : corrigé d’un sujet d’histoire (Asie et Guerre froide)

publié le 23 Juillet 2013
4 min

Candidats au bac ES (économique et sociale) 2015, à quels sujets vous attendre en juin prochain ? Voici nos pronostics, basés en partie sur les avis d'enseignants. Avec, en prime, des corrigés de sujets pour vous entraîner, façon "bac blanc".

Le sujet

L’Asie dans la guerre froide (1946-1975)
Par Aurélien Martin, professeur au lycée Bascan de Rambouillet.
  

Introduction

Le 5 mars 1946, Winston Churchill déclare que : "De Stettin sur la Baltique à Trieste sur l'Adriatique, un rideau de fer s'est abattu sur le continent." Malgré sa clairvoyance, Sir Winston L. Churchill néglige ici la place de l’Asie dans la guerre froide naissante.

Les empires coloniaux détruits par l’occupation japonaise sont divisés entre les vainqueurs en zones d’occupation. La Chine retombe dans la guerre civile entre nationalistes et communistes. Aux quatre coins de l’Asie, la logique de la guerre froide s’épanouit dans des conflits périphériques qui peineront souvent à ne pas prendre une ampleur mondiale.

Ainsi, nous pouvons nous interroger sur la place qu’a tenue l’Asie comme aire géographique dans l’affrontement planétaire de la guerre froide.

Plan détaillé


I. La constitution des blocs en Asie (1946-1954)


A. La Chine, un nouveau géant communiste
Montrez en quoi la victoire des communistes dans la guerre civile constitue un point d’appui important pour la présence communiste en Asie.

B. La guerre d’Indochine, du conflit colonial au conflit périphérique
Montrez comment cette guerre coloniale devient un conflit de la guerre froide au travers de l’aide américaine au corps expéditionnaire français et du fait de son rôle dans la conclusion de la guerre.

C. La guerre de Corée, du conflit local au conflit mondial
Montrez comment l’intervention de la coalition des Nations unies dans ce conflit local place l’Asie au centre des relations internationales.


II. Le renforcement des blocs asiatiques (1954-1963)

A. Le développement de l’endiguement américain
Avec la division du Viêt Nam en 1954 et la création de l’Otase, le soutien américain au redressement japonais, l’Asie devient un lieu privilégié de la stratégie d’endiguement.

B. Taïwan et la Chine populaire
La rivalité entre la République populaire de Chine et Taïwan, notamment dans leur lutte pour la reconnaissance internationale, montre l’importance de l’activité diplomatique en Asie durant la fin des années 50.

C. Les tensions demeurent
La division du Viêt Nam et l’équilibre des forces en Asie semblent assurer une certaine stabilité, mais pourtant les tensions présentes dans la région marqueront le point final de la détente.


III. La résurgence des conflits (1964-1975)

A. L’escalade du conflit
Après une tentative d’invasion du Sud-Viêt Nam par le Nord, le conflit qui oppose le régime de Diêm à celui d’Hô Chi Minh va pousser les États-Unis à s’engager toujours plus dans le conflit vietnamien après l’incident du golfe du Tonkin.

B. Le poids politique du conflit
Le conflit vietnamien connaît une escalade inattendue et s’embourbe. Ce conflit a un impact culturel et politique très important. L’ensemble des relations internationales est transformé par ce conflit.

C. Le repli durable des États-Unis
Après le retrait américain et la chute de Saigon, les États-Unis entrent dans une période de repli qui donne une grande marge de manœuvre aux Soviétiques, comme en témoigne leur intervention en Afghanistan à la fin de notre période.

Conclusion


L’Asie a été le lieu d’expression des antagonismes de la guerre froide. Les anciennes puissances coloniales y ont perdu leur lustre, et les nouveaux grands s’y sont affrontés par l’intermédiaire de leurs alliés. Les nombreux conflits qui ont marqué la région montrent son importance géostratégique. L’Asie a finalement vu les États-Unis perdre plus qu’une guerre dans la jungle vietnamienne, marquant un tournant dans l’histoire des relations internationales.

A la Une révisions du bac

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !