Comment présenter "Juste la fin du monde" à l’oral de français ?

Par Lison Bourgeois, publié le 21 Mai 2021
3 min

Lors de votre oral de français, vous devrez présenter une œuvre littéraire. Pour vous accompagner dans votre préparation, l’Étudiant fait le tour des œuvres au programme et de ce qu’il faut en retenir.

L’oral de français du bac se déroule en deux parties : la première porte sur un texte étudié en classe et la seconde, sur une œuvre littéraire de votre choix. Vous pouvez la sélectionner dans la liste des œuvres au programme ou dans la liste complémentaire proposée par votre professeur.

L’Étudiant vous accompagne dans votre préparation en examinant les œuvres au programme de l’année de première. Dans cet article, Anne-Laure July, professeure de français au lycée Alain Borne de Montélimar (26), nous aide à décortiquer "Juste la fin du monde" de Jean-Luc Lagarce.

Une œuvre qui essaie de poser des mots sur un tabou

Cette pièce de théâtre est écrite en 1990, durant les "années sida". Pour bien présenter cette œuvre, il faut se replonger dans cette époque où "la séropositivité et l’homosexualité sont encore des sujets dérangeants", conseille la professeure. D’ailleurs, la pièce est d’abord refusée par tous les comités de lecture et elle ne sera montée qu’en 1999.

L’intrigue prend donc place dans ce contexte de non-dits et, justement, la parole n’est pas encore libérée comme elle peut sembler l’être aujourd’hui. "Nous attendons l’aveu du personnage principal pendant toute la pièce. Mais il ne vient jamais", résume l’enseignante. Chaque personnage se reprend sans cesse, en essayant de chercher le mot juste. Et le lecteur est finalement témoin d’un échec de la parole.

L’enseignante vous conseille de regarder quelques extraits de mise en scène ou d’adaptation de la pièce pour mieux comprendre cet aspect. Par exemple, les lectures du Théâtre à la table de la Comédie-Française de novembre 2020 ou encore l’adaptation de la pièce en film, réalisée par Xavier Dolan, en 2016.

Lire aussi

Une pièce à caractère autobiographique qu’il faut s’approprier

Sans être totalement autobiographique, Jean-Luc Lagarce parle aussi de son histoire dans cette œuvre. À la fin, le personnage de Louis regrette de ne pas avoir poussé "un grand et beau cri". "Il faut comprendre que c’est Jean-Luc Lagarce qui pense derrière Louis", appuie Anne-Laure July.

Dans cette pièce de crise familiale, tous les personnages révèlent leurs propres conflits intérieurs. On peut s’identifier autant à Louis, qu’à Antoine, à Catherine, à Suzanne, ou même à la mère de Louis. Si vous vous êtes retrouvé dans un personnage, il faut le dire pendant l’oral selon l’enseignante. "Je pense que c’est une bonne idée de choisir un personnage et puis de l’approfondir dans l’analyse".

Lire aussi

A la Une révisions du bac

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !