Terminale STMG : comment garder le cap en management, sciences de gestion et numérique ?

Par Jonathan Grelier, publié le 27 Avril 2021
4 min

Alors que la fin du lycée se profile, les spécialités n’ont pas été soumises aux épreuves du bac. L’Etudiant vous livre quelques conseils pour bien mettre à profit vos dernières semaines de cours, à la maison ou au lycée, et vous préparer au mieux à l’année prochaine.

Élève en terminale STMG, vous envisagez de faire des études supérieures, par exemple en BTS ou en BUT (ex-DUT) ? Alors vous avez tout intérêt à travailler sérieusement la spécialité management, sciences de gestion et numérique (MSGN) en cette fin d’année.

"Cette spécialité servira de base aux élèves pour la suite grâce à son apport sur le monde des entreprises et des organisations", souligne Caroline Perrin, qui enseigne en BTS et au début de la filière expertise comptable, en plus de donner des cours de MSGN au lycée Marie-de-Champagne, à Troyes dans l’Aube (10).

Lire aussi

Bien maîtriser les fondamentaux de première

Cela vaut d’autant plus que les épreuves terminales de mars du bac technologique ont finalement été annulées en raison de la crise sanitaire et remplacées par le contrôle continu. Par conséquent, des épreuves de type bac sont organisées dans de nombreux lycées dans le courant du mois de mai. Des révisions sont donc nécessaires.

Les professeurs joints par l'Étudiant insistent sur l’importance de bien maîtriser les fondamentaux travaillés dès la première : caractérisation de l’organisation (ressources, finalités), diagnostics interne et externe, options stratégiques (spécialisation, diversification, intégration, externalisation, domination par les coûts)…

Un conseil à ne pas négliger, alors que vous avez pu aborder trop rapidement (ou mal) certains de ces points à cause d’une année scolaire 2019–2020 compliquée par le premier confinement. Pour bien avoir ces notions en tête, faire des fiches de révision est bien sûr une possibilité.

Lire aussi

Refaire des calculs et réviser comme pour le bac

En parallèle, Nicolas Gaillard, qui enseigne la MSGN en terminale STMG au lycée international de Paris-Honoré de Balzac (75), conseille de "refaire des exercices" sur la partie plus calculatoire (taux de marge, coût complet, coût spécifique…).

Le professeur d’économie-gestion recommande par ailleurs aux élèves ayant ces épreuves de "réviser comme si c’était pour le bac" à raison "d’au moins une heure de révision par jour". Ces heures s’ajoutent aux six heures normalement consacrées chaque semaine à la matière.

Au-delà de ces épreuves communes au sein des établissements, la MSGN devrait aussi vous servir pour une autre échéance. "Cet enseignement commun est utile pour aborder le grand oral", rappelle Nicolas Gaillard. C’est particulièrement vrai si l’une de vos deux questions est transversale entre votre enseignement spécifique et la MSGN.

Lire aussi

Des connaissances essentielles en vue du grand oral

Mais pas uniquement, à en croire le professeur parisien. "Si un élève travaille sur une question centrée sur son enseignement spécifique lors du grand oral, le jury peut malgré tout aller plus loin et lui demander de mobiliser des connaissances du tronc commun, explique-t-il. Des liens seront forcément très facilement trouvables."

Pour l’enseignant, cela ne fait donc aucun doute, "l’élève qui a des faiblesses sur le tronc commun peut souffrir au moment du grand oral". "Cela peut pénaliser au moment du questionnement", c’est-à-dire lors des dix premières minutes d’échanges avec le jury, après votre exposé.

A la Une révisions du bac

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !