1. Bac
  2. Véronique, bachelière 1983 : "Pour mes parents, c’était une fierté"
Témoignage

Véronique, bachelière 1983 : "Pour mes parents, c’était une fierté"

Envoyer cet article à un ami
Grâce à l'obtention de son bac, Véronique Pelegris a pu passer des concours, suivre des  études et devenir infirmière psychiatrique. // © Photo fournie par le témoin
Grâce à l'obtention de son bac, Véronique Pelegris a pu passer des concours, suivre des études et devenir infirmière psychiatrique. // © Photo fournie par le témoin

Souvenir du bac... 1983 ! Pour marquer l'évolution du bac depuis l'après-guerre, l'Etudiant a retrouvé d'anciens bacheliers de différentes époques. Pour Véronique, diplômée en 1983, le bac représentait une première réussite, que tous ses amis, frères et sœurs n'ont pas connue.

Véronique Pelegris a 19 ans lorsqu’elle obtient son bac en 1983, à Reims (51). "Pour mes parents, c’était une fierté, se souvient-elle aujourd’hui. Je viens d’une famille ouvrière nombreuse et ils nous ont poussés à faire des études." Sur les 10 frères et sœurs, 4 sont allés au moins jusqu’au baccalauréat.

Une statistique proche de la réalité d’alors. "Tous mes amis de l’époque n’ont pas eu le bac. Pour moi, environ 1 personne sur 3 le passait. Cela vient aussi de l’éducation et de l’environnement familial." Poussée par ses parents, Véronique Pelegris a d’abord passé un BEP sanitaire et social avant d’intégrer une première F8, l’équivalent de la série ST2S d’aujourd’hui (sciences et techniques sanitaires et sociales).

Lire aussi : Bac 2020 : "On sera la génération qui n’a pas passé les épreuves écrites du bac"

Une porte vers les études supérieures

Mais sa scolarité n’a pas été automatique. Originaire d’une petite ville de l’Aisne, elle a dû s’inscrire dans un lycée de Reims, à plus de 100 km de chez ses parents. Elle devra suivre des cours le samedi matin et dormir à l’internat. "Je n’étais pas encore autonome mais ça m’a aidée à le devenir."

Son bac lui a ensuite permis de passer des concours et de suivre des études. Véronique est aujourd’hui infirmière psychiatrique dans le nord de la France. Elle a vu ses deux filles passer le bac à leur tour, en 2011 et 2018, et lui a trouvé de moins en moins de valeur : "J’ai l’impression qu’on le donne un peu à tout le monde aujourd’hui."

Lire aussi :
Jeanine, bachelière 1952 : "Lycéenne en Algérie, ce n’était pas drôle tous les jours !"
Nicolas, bachelier 1968 : "Ça a été un véritable éveil politique"
Julien, bachelier 2002 : "Un point de passage obligatoire"
Marie-Julie, bachelière 2019 : "C’est le début de la vie d’adulte"