Bac S 2015 : le sujet corrigé d'histoire-géographie de Pondichéry

Géographie
Histoire
Terminale S

Le sujet d'histoire-géo tombé au bac S

publié par LEtudiant.fr

Le corrigé du sujet d'histoire-géo tombé au bac S

Pistes de correction

PREMIÈRE PARTIE

Sujet 1 – Composition : « En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié cette année, présentez les acteurs et les flux de la mondialisation »

Sujet classique, déjà présent dans les sujets blancs proposés, souvent étudiés tels quels dans les manuels scolaires. Il s'agit ici d'éviter un écueil : ne pas raconter la mondialisation, mais toujours relier les informations au cas de produit mondialisé qui aura été étudié (le café, l'automobile, le coton, etc.). Un schéma montrant les liens entre les acteurs à l'échelle mondiale, ou la circulation du produit via les acteurs, à une échelle continentale, est un plus valorisé.

Problématique : Quels acteurs et quels flux montrent la mondialisation du... (nom du produit étudié) ?

Plan possible :

1. Le (nom du produit), un produit mondialisé par des acteurs variés et influents.
1.1. Une filière organisée autour d'acteurs transnationaux (FTN, États, OMC, FMI).
1.2. Un contexte favorable : la révolution des transports maritimes (essor des façades).
1.3. Un accélérateur : la multiplication des coopérations régionales.

2. L'explosion des flux bénéficie à l'essor mondial du (nom du produit).
2.1. Des acteurs à l'influence accélérée par la régionalisation du monde (flux internes)
2.2. Investissements des FTN, délocalisations, flux financiers et communications = accélération des flux.
2.3. Mobilités humaines : urbanisation, flux Sud/Sud et Sud/Nord.

3. Mais ces acteurs et flux montrent aussi les inégalités liées à la circulation du (nom du produit).
3.1. Au cœur de la filière : multiplication des acteurs porte préjudice aux producteurs = essor du commerce équitable, encore très minoritaire, de l'économie sociale et solidaire, du microcrédit.
3.2. À l'échelle mondiale : des États partagés entre réflexe protectionniste (nationalisations, normes) et coopération régionale (ventes communes, négociations à l'OMC).
3.3. Ce produit interroge les règles de fonctionnement de la gouvernance mondiale, où les émergents (BRICS) demandent à participer plus fortement aux décisions (G20, réforme de l'ONU, un Brésilien à la tête de l'OMC depuis 2013).

Sujet 2 – Composition. « États-Unis/Brésil : rôle mondial ».

Sujet pas simple. Ce n'est qu'un détail du programme de géographie. Mais il permet d'en réutiliser un grand nombre de notions. Un schéma de l'influence inégale des deux puissances était possible.

Problématique : Comment comparer le rôle mondial de deux puissances inégales ?

Plan possible :

1. Deux puissances inégales
1.1. États-Unis : 1re puissance mondiale (ressources, FMN, monnaie, organisations internationales).
1.2. Brésil : puissance émergente, 6e économie mondiale (PIB > Russie, ressources et réserves, géant agricole, 1re puissance industrielle Amérique latine, balance excédentaire, puissance pétrolière).

2. Une influence mondiale différente
2.1. Les États-Unis restent une superpuissance mondiale après la guerre froide : puissance industrielle concurrencée mais innovante (GAFA), puissance financière en crise mais influente (Bons du trésor), déficit commercial (poids de la consommation intérieure), puissance autonome en hydrocarbures depuis 2012 via les hydrocarbures de schiste.
2.2. Le Brésil est une puissance majeure d'Amérique latine (50 % PIB), cœur du Mercosur, FTN fortes (Embraer, Petrobras malgré la crise de 2015), liens symboliques forts avec les BRICS par des sommets (G20), et relations Sud/Sud fortes.

DEUXIÈME PARTIE

Sujet A – Analyse d'un document en histoire. « L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France ».

Consigne : À partir de l'analyse du document, montrez l'évolution des relations entre les travaux de l'historien et les différentes mémoires du régime de Vichy et de l'Occupation.

Comme il s'agit non de la préface du livre de 1973, mais de la nouvelle préface de 1999 par le même Robert Paxton, il est possible d'étendre l'explication du sujet jusqu'en 1999, même si le document ne dit rien directement de l'époque postérieure aux années 1970. Il faut penser à insérer des noms d'historiens et leurs œuvres.

Problématique : Transformation des relations entre les travaux historiques et les mémoires de la France occupée.

Plan possible :

1. Avant 1973, résistancialisme gaullien et fermeture des archives
1.1. Créer une unité factice : Robert Aron et la théorie du glaive et du bouclier.
1.2. L'État résistancialiste gaullien (1964 Jean Moulin au Panthéon).
1.3. Mais des travaux et œuvres remettent en cause : Max Ophüls, archives allemandes.

2. 1973, le moment Paxton et ses conséquences
2.1. La remise en cause des thèses de Robert Aron : des résistances, pas de résistancialisme.
2.2. Création de l'IHTP, Henry Rousso et l'école mémorielle française, la querelle autour de Jean Moulin (Daniel Cordier).
2.3. L'évolution de l'opinion et de l'État jusqu'en 1995 (Chirac et la reconnaissance des crimes de l'État) et 1997 (rapport Rémond sur les spoliations).

Sujet B – Analyse d'un document en histoire. « L'historien et les mémoires de la guerre d'Algérie ».

Consigne : Analysez le document pour montrer les difficultés auxquelles sont confrontés les historiens de la guerre d'Algérie.

Sujet classique également : le document permet de construire des éléments d'explications que le cours vient contextualiser. Il faut penser à insérer des noms d'historiens et leurs œuvres. Comme le document date de 2012, il est possible d'aborder tous les éléments du chapitre.

Problématique : Quelles difficultés rencontrent les historiens dans leurs travaux sur l'histoire et la mémoire de la guerre d'Algérie ?

Plan possible :

1. Une mémoire plurielle déchirée
1.1. La majorité des acteurs est déchirée (Algérie française, gaullistes, anticoloniaux ; « événements » jusqu'en 1999) : Pierre Vidal-Naquet.
1.2. Harkis et anciens combattants : des porteurs d'une mémoire individuelle et collective de plus en plus visibles (Jean-Charles Jauffret).
1.3. En Algérie, le silence est la règle, sauf pour brandir un effet mémoriel contre la France (Sétif, torture).

2. Les conflits entre acteurs et historiens de la guerre.
2.1. La date de commémoration, un enjeu de conflits entre porteurs de mémoires : Alain Dewaerpe, Guy Pervillé.
2.2. À partir de 1962, une histoire qui ne peut être que le fruit de témoignages, de « sources orales » et de sources écrites éparses : Benjamin Stora ; Paul Aussaresses, Jacques Massu.
2.3. Mais les historiens parviennent, depuis 1992, à mieux faire le travail de sources, à partir des seules sources françaises (les sources algériennes restent pour l'essentiel fermées) : Raphaëlle Branche.

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Bac S 2015 : le sujet corrigé d'histoire-géographie de Pondichéry
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu