Civilisation : L’Espagne au 19e siècle (politique internationale et culture)

Espagnol
Terminale

Le 19e siècle est marqué par l’accession des colonies d’Amérique latine à leur indépendance.

Espagnol - Bac toutes séries

Civilisation : L’Espagne au 19e siècle (politique internationale et culture)

  1. Le délitement de l’Empire colonial espagnol

Le 19e siècle est marqué par l’accession des colonies d’Amérique latine à leur indépendance. Les criollos d’Amérique latine, mécontents de la politique centralisatrice de la métropole, profitent de la guerre d’Indépendance contre les troupes de Napoléon pour conquérir leur indépendance.

L’Argentine accède la première à l’indépendance en 1816. Ensuite, le général argentin San Martín, après avoir traversé les Andes, accompagné du chilien O’Higgins, conquit l’indépendance du Chili qui devint une République la même année.

En 1821, Simón Bolívar offrit leur indépendance à la Colombie et au Venezuela, et en 1822 Sucre parvint à établir celle de l’Equateur. L’aristrocratie criolla obtint l’indépendance sans violence du Méxique en 1821, et le Pérou conclut le processus de conquête de son indépendance par l’Amérique latine en 1824.

En 1898, le désastre de Cuba (desastre de Cuba) qui oppose l’Espagne aux Etats-Unis fait perdre à l’Espagne sa dernière colonie et blesse profondément le pays dans son amour-propre.

  1. La culture au 19e siècle : romantisme et réalisme

- Architecture : les styles néoclassique (le Palais des Cours de Madrid, Palacio de las Cortes), néogothique, néoromantique et néomauresque (les places de taureaux, plazas de toros) prédominent.

- Peinture : le courant réaliste est très à la mode en peinture, avec, notamment, les œuvres de Mariano Fortuny.

- Musique : sur le plan musical, le 19e siècle est l’âge d’or de la zarzuela, œuvre théâtrale et musicale dans laquelle le chant et la danse alternent avec des dialogues parlés.

- Littérature :

        -Le courant romantique se développe à partir de 1833, lorsque les éxilés libéraux reviennent à la suite de la mort de Fernando VII. Les figures principales sont Larra (1809-1837), surtout connu pour ses articles littéraires, politiques et sur les coutumes, José Zorrilla (1817-1893) dont ses célèbres œuvres Don Juan Tenorio (1844) et La Leyenda del Cid s’inspirent du passé national, ou encore J. de Espronceda (1808-1842), libéral exalté et auteur d’une poésie pleine d’effets plastiques et sonores.

        -Le réalisme est introduit par le costumbrismo qui rapporte les coutumes d’une société en pleine transformarmation sous le coup de l’expansion industrielle. Le réalisme représente une tendance enracinée dans la tradition espagnole. Ses auteurs emblématiques sont, entre autres, Pérez Galdos (1843-1920) qui dépeint la vie espagnole à travers la narration de son histoire récente, du milieu populaire et de la classe moyenne madrilène, et Clarín (Leopoldo Alas) (1852-1901), critique et journaliste, auteur notamment de La Regenta (1885).

 

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Civilisation : L’Espagne au 19e siècle (politique internationale et culture)
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu