Corrigé du Bac L 2014 Histoire-Géo, Epreuve majeure 1 (Composition sujet 1)

Géographie
Histoire
Terminale L
publié par LEtudiant.fr

Le corrigé d'Histoire-Géo : Composition sujet 1, bac L :


« Le projet d'une Europe politique depuis le congrès de La Haye (1948) »

Sujet assez simple à traiter pour peu que l'on ait une vision correcte de l'évolution des institutions européennes et de la chronologie des traités. La difficulté principale ici est de vouloir tout raconter dans le détail, ou de créer un grand déséquilibre entre la période qui précède et celle qui suit le traité de Maastricht (1992). Seconde difficulté : s'attarder sur les sentiers fleuris de la coopération économique, alors que le sujet porte sur l'Europe politique.

L'introduction doit permettre de définir le contexte et les termes du sujet. Il s'agit de montrer les transformations subies par le projet politique de coopération européenne, depuis les idéaux du congrès de La Haye, né des conséquences de la Seconde Guerre mondiale, alors que la guerre froide vient de commencer, et en plein plan Marshall.

La problématique est offerte par l'intitulé : il faut articuler la réflexion autour d'une comparaison entre les idéaux de 1948 et la réalité des réalisations (CEE, UE). On pouvait formuler la problématique autour de l'idée de transformations ou de mutations du projet européen depuis 1948.

Proposition de plan.

Plusieurs plans sont possibles, thématique (risque du déséquilibre entre les parties) ou chronologique. Le moins risqué est de suivre la chronologie (mais ce n'est qu'une proposition).

Une première partie peut interroger les premiers essais de coopération entre Etats européens entre 1948 et 1957 (Conseil de l'Europe, CECA, CED, CEE), en insistant sur le rôle des Etats, notamment des Etats-Unis et du couple franco-allemand.

Une deuxième partie peut s'interroger sur les évolutions politiques de la CEE (institutions de 1957, intergouvernementalité, élargissements notamment au Royaume-Uni qui obtient dans les années 1980 l'opting-out, élection du parlement européen au suffrage universel, décision d'accélération de la coopération avec l'Acte Unique).

Une troisième partie explique les conditions politiques des mutations du projet européen après 1992 : élargissements à l'Est et au Sud, intégration plus poussée (Schengen, Euro, Frontex, Erasmus), question de l'adhésion des populations au projet européen (référendums de 1993 et 2005), esquisse d'une adéquation progressive entre le projet politique européen et l'espace continental européen (quid de l'adhésion de la Turquie ou de la Russie), question de la gouvernabilité et de la représentativité des institutions européennes après le traité de Lisbonne. On pouvait bien entendu terminer sur les élections européennes de 2014, en montrant que la faiblesse, traditionnelle, du nombre de votants, indique une difficulté des citoyens à comprendre et se représenter le projet européen alors qu'il intègre 28 Etats et plus d'un demi-milliard d'habitants.

Des notions sont attendues : intergouvernementalité, fédéralisme, euroscepticisme, supranationalité, coopération, opting-out, élargissement, intégration.

Un schéma était attendu, sans être obligatoire. On pouvait montrer le projet européen au début du XXIe siècle avec les Etats fondateurs (les 6 de 1950), l'Europe de l'Ouest, les 10 de 2004, les capitales européennes (Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg, Francfort), et les espaces en tension (frontière orientale, Méditerranée, place du Royaume-Uni).

 

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Corrigé du Bac L 2014 Histoire-Géo, Epreuve majeure 1 (Composition sujet 1)
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu