Grands thèmes du recueil (2) : Les idées

Français - littérature
Terminale L (avant réforme bac 2021)

Fiche de révision  Baccalauréat général  Littérature

 

  1. Dimension politique

 

  • Le mouvement surréaliste est un refus des contraintes du réel et du langage. Il s'agit d'une poésie qui libère et qui est donc, par nature, politique et révolutionnaire. Dénonciation des règles établies : la première partie s'achève significativement sur « Liberté ».
  • Éluard dénonce la bourgeoisie, le capitalisme et le pouvoir en général.
  • Refus de la religion dans « Feu d’artifice », qui est une déclaration d'athéisme (= ne pas croire en Dieu).
  • Refus du puritanisme bourgeois avec « Nu » et l'hommage final de la seconde partie à Sade, fameux écrivain libertin du XVIIIe siècle.
  • Refus du pouvoir. Dans les dessins de Man Ray dont le sujet est Sade, la Bastille, métaphore du pouvoir monarchique, brûle et est prise d'assaut.
  • Le titre du recueil peut être interprété comme une métaphore de la Résistance.
  • Refus de l'enfermement. Dans diverses pièces, on s'émancipe : la femme se libère, et déserte le château dans « Les tours d'Éliane ». « L'aventure » invite également à l'évasion.
  • Critique de la publicité et du monde capitaliste dans « Brosse à cheveux ».

 

  1. Un manifeste pour la liberté du langage

 

  • Le but du Surréalisme est de voir et dire le monde autrement. De ce fait, les recherches sur le langage et la manière de l'utiliser sont au cœur du recueil.
  • Jeu sur la polysémie des mots.

Exemple : dans « Trait », le titre renvoie à la trace artistique que l'on peut laisser, mais aussi à la flèche que l'on peut tirer. Man Ray dessine un objet ambigu : Crayon ? Flèche ?

  • Les expressions traditionnelles sont renouvelées : dans le poème « Paranoïa », on trouve le vers « Le fleuve descend comme un œuf » pour évoquer une progression lente qui fait allusion à l'expression commune « marcher sur des œufs » (doucement). On perçoit la volonté de réinventer un langage et des expressions nouvelles.
  • Les images « choc » et improbables résultent de l'onirisme et du refus de la logique, comme dans « Plante-aux-oiseaux » où la plante se métamorphose en oiseau. On se rapproche d'un récit merveilleux ou mythologique.
  •  Le concret et l'abstrait se mélangent et viennent bouleverser nos repères, comme dans « Des nuages dans nos mains ». L'abstrait, l'immatériel (le nuage) côtoient le concret, le matériel (les mains).
  • Le poète utilise les outils du peintre et du sculpteur : les couleurs sont omniprésentes dans ce recueil (« bonheur en sang » ou « bassin de lait » dans le poème « Désir ») ainsi que l'énumération des matériaux (le « bois diamant » dans lequel pénètre le poète dans « Objets »).
  • Certains titres évoquent cette perte de contrôle face à la création du poème, qui met en œuvre une re-création du monde : « Rêve » ou « Paranoïa » évoquent le délire et le refus de la raison dans l'acte créatif.

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Grands thèmes du recueil (2) : Les idées
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu