L’après 1991, un nouvel ordre international ?

Géographie
Histoire
Terminale

Définir et réfléchir autour d’un thème qui est autant une notion qu’un état géopolitique, « l’après Guerre froide ». La formulation interrogative de l’intitulé interroge le sujet en son centre : ordre ou désordre ?

Histoire – Toutes séries

L’après 1991, un nouvel ordre international ?

Définir et réfléchir autour d’un thème qui est autant une notion qu’un état géopolitique, « l’après Guerre froide ». La formulation interrogative de l’intitulé interroge le sujet en son centre : ordre ou désordre ?
Une approche plus thématique que chronologique : à l’exception du 11 septembre, il n’existe pas de rupture nettes sur ces 15-20 dernières années.

Introduction

La chute de l’URSS (décembre 1991) et la fin de la Guerre froide qui lui est concomitante laissent une alternative :
- une domination sans partage des E-U devenus les « gendarmes du monde »
- une reprise en main des questions internationales par l’ONU

I – De nouveaux rapports de force ?

1- La chute du mur
* La mise en place de la perestroïka en URSS intègre les aspirations de liberté des démocraties populaires ; la faillite du communisme les rapprochent du système capitaliste. Mécaniquement les pays d’Europe de l’Est rejoignent l’Union Européenne et l’OTAN
* 3 exceptions notables : Cuba, la Corée du Nord et la Chine
2- Le leadership américain
* Après l’effondrement de l’URSS, le capitalisme devient le modèle à imiter. Il s’affirme à travers la création (Organisation Mondiale du Commerce) ou le renforcement (Fonds Monétaire International) d’organismes impactant le système monde
* L’engagement pour la paix est son corollaire : la doctrine de l’enlargement de Bill Clinton (multiples tentatives de trouver une solution au conflit Israélo-palestinien)
3- Les ambitions de l’Europe et de la Chine
* L’UE se dote d’une monnaie unique et d’une constitution politique (Traité de Maastricht en 1993) pour pouvoir peser sur les équilibres internationaux
* Chine et Inde, 40 % de la population mondiale et forte croissance économique

II – Vers une normalisation des équilibres mondiaux ?

1- Le nouveau rôle de l’ONU
L’ONU enfin libre d’assurer et de garantir le respect des droits de l’Homme et la paix dans le monde ?
2- L’ONU et les conflits internationaux de l’après Guerre froide
L’intervention d’une coalition internationale pendant la 1ère guerre du Golfe (1991) et la guerre en Yougoslavie (accords de Dayton en 1995) sous l’égide de l’ONU ne sont pas moins dictées par les Etats-Unis
3- L’ONU toujours confinée à l’état de tribune des malheurs du monde
Développement durable et réchauffement climatique (Accords de Kyoto en 1997) semblent constituer les principaux dossiers sur lesquels l’initiative de l’ONU est tangible… seuls dossiers que les E-U refusent de parapher !

III – L’ordre mondial menacé ?

1- Des conflits incessants
* La question israélo-palestinienne dans l’impasse
* Les jeux de convoitises internes et externes plongent l’Afrique dans le chaos (génocide Rwandais de 1993, instabilité somalienne, etc.)
* La poudrière des Balkans (guerre du Kosovo dans les années 90)
2- La montée de la terreur
* Le terrorisme, nouvelle forme d’instabilité, trouve son accomplissement dans l’épisode du 11 septembre 2001
* La guerre contre le terrorisme devient la nouvelle idéologie politique des Etats
3- Le manichéisme de l’administration Bush
* Une croisade contre l’ « axe du mal »
* Invasion de l’Afghanistan (2002) puis de l’Irak (2003)
* Pressions et intimidations contre la Corée du Nord et l’Iran

Conclusion

L’élection de Barak Obama (novembre 2008) constitue-t-elle une nouvelle chance pour la normalisation des équilibres géopolitiques dans le monde ?

Marc Sagot
1 avis
Notez
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Donnez votre évaluation
L’après 1991, un nouvel ordre international ?
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Bouselman publié le 15/08/2018

Super

Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu