La disparition des reliefs

SVT
Terminale S (avant réforme bac 2021)

La disparition des reliefs


Les montagnes surgissent dans des zones de convergence, mais dans un même temps commencent à disparaître. Ciblons les processus à l'origine de cette disparition de ces géantes et le devenir de leur matière.




1. Les chaînes de montagnes évoluent au cours des temps



Les orogènes (chaînes montagneuses) ont des âges variés et des aspects différents. Les massifs récents se distinguent des autres par plusieurs caractéristiques :
 

âge inférieur à 200 Ma ;en forme de bandes étroites et allongées ;reliefs élevés ;situés sur le pourtour de l'océan Pacifique et sur un axe Est-Ouest Europe occidentale-Asie ;racine crustale épaisse au regard du Moho profond à leur niveau ;les roches visibles à l'affleurement sont essentiellement sédimentaires d'origine marine.
 

Au cours des temps géologiques, les reliefs vont diminuer, ce qui a pour conséquence un réajustement isostatique et donc une remontée de la racine crustale. De ce fait, des roches plutoniques et métamorphiques peuvent se retrouver à l'affleurement mêlées à des roches sédimentaires.




2. Altération et érosion



Dès sa mise en place, tout relief est soumis par l'eau sous forme liquide (ruissellement) ou solide (glaciers) à des phénomènes d'altération et d'érosion ce qui a pour conséquence sa désintégration inexorable. Le glissement lent des glaciers rabote le substrat rocheux et les débris minéraux obtenus sont plus facilement hydrolysés. On estime à quelques dixièmes de millimètre par an la vitesse d'érosion d'un relief montagneux.
 

L'altération produit des débris solides appelés sédiments et une solution chargée en ions dissous.
 

Le transport de ces éléments de tailles diverses est assuré par le réseau hydrographique au cœur de bassins sédimentaires continentaux et océaniques associés aux reliefs montagneux. Selon leur diamètre et la vitesse du courant, ils se déposent plus ou moins vite et forment après consolidation des roches sédimentaires détritiques.
 

Les ions dissous précipitent pour constituer un autre type de roches sédimentaires comme le calcaire.
 

Schéma des grandes phases :
 

null




3. Tectonique et l'effacement des reliefs



La disparition de matière en surface par érosion et les remontées concomitantes de matière des racines profondes sont incapables de faire disparaitre les montagnes sur une durée estimée à quelques dizaines de millions d'années. L'érosion demanderait plusieurs centaines de millions d'années pour ramener à 30 km l'épaisseur de la croûte continentale.
 

L'extension est un phénomène associé à l'érosion pour détruire les reliefs. Quand les mouvements de convergence et la poussée d'Archimède ne sont plus assez importants pour soutenir les reliefs, la croûte s'affaisse en s'étirant. Sa surface froide craque et présente de nombreuses failles normales tandis que ses profondeurs chaudes et plus ductiles s'amincissent sans rompre.




4. Recyclage de la lithosphère continentale



La lithosphère continentale est recyclée continuellement dans un cycle qui marque 3 phases importantes.
 

recyclage de la lithosphère



Les cycles orogéniques, qui voient apparaître et disparaître des chaînes de montagnes, permettent à la lithosphère continentale de se transformer superficiellement par des processus sédimentaires, tectoniques, magmatiques de subduction et métamorphiques. On considère que création et destruction de croûte continentale s'équilibrent.
 

En zone de subduction, une infime partie de la lithosphère continentale disparait dans le manteau alors que la lithosphère océanique y est presque complètement recyclée. Nos continents portent donc les roches les plus anciennes de l'histoire de notre planète.

1 avis
Notez
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Donnez votre évaluation
La disparition des reliefs
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
EEEDDD publié le 04/01/2020

Contenu très clair et vraiment synthétique. C'est un format intéressant pour revoir les grandes lignes du cours fait en classe.

Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu