Laclos/Frears : « Ce n’est pas ma faute »

Français - littérature
Terminale L (avant réforme bac 2021)
Que ce soit dans le roman ou dans le film, il est difficile de ne pas retenir cette phrase terrible. Aussi vous proposé-je de voir en quoi cette lettre et séquence constituent-ils une fracture.
Littérature – Bac L

Laclos/Frears : « Ce n’est pas ma faute »


Que ce soit dans le roman ou dans le film, il est difficile de ne pas retenir cette phrase terrible. Aussi vous proposé-je de voir en quoi cette lettre et séquence constituent-ils une fracture.

I- Une scène de rupture

Ce passage met fin aux relations entre Valmont et Tourvel. De fait, par la lettre, il lui signifie clairement qu’il ne désire plus la voir. De plus, le fait de scander son discours de la sorte montre bien que le dialogue est rompu. Dans le film, ceci est augmenté puisque non seulement Valmont le ressasse à Tourvel mais il joint aussi les gestes à la parole, faisant preuve d’une extrême violence au point de la tirer par les cheveux.

II- Un personnage en conflit avec lui-même

Pour autant, ce passage nous révèle à quel point il y a eu un changement chez Valmont. En effet, lorsqu’il rompt avec Tourvel, ce n’est plus selon son bon plaisir mais simplement dans la perspective de voir son pacte honoré. Or, lorsqu’il va réclamer sa récompense, il en profite pour dire que ce qu’il y aurait de plus exemplaire serait de renouer avec Tourvel après lui avoir fait subir une telle humiliation. On peut penser alors qu’il regrette la fin d’une relation qui lui a permis de connaître l’amour vrai. Ceci est corroboré par les mots qu’il emploie dans ses lettres pour décrire sa relation avec sa belle dévote, mots qui semblent sincères et qui ne sont pas sans passer inaperçus du côté de Merteuil. Ce parti-pris est aussi celui de Frears. Lors de la scène de rupture, on assiste à une sorte de dédoublement de personnalité via le miroir du salon de Tourvel. Effectivement, Valmont hésite en rentrant puis, après s’être jeté aux pieds de sa victime, il se redresse et compose son personnage. Ainsi, ce n’est plus le Valmont amoureux mais le reflet du Valmont libertin qui s’exprime dans toute la séquence. Quant à sa souffrance, elle est bien réelle puisque, une fois la porte passée, symbole d’une autre frontière, il s’adosse à celle-ci pour ensuite se diriger d’un pas vengeur chez Merteuil. On peut noter en dernier lieu que chez cette dernière il nous apparaît comme décomposé, ivre de rage et de désespoir d’avoir eu à se livrer à une telle extrémité.

III- Une fracture entre les deux libertins

Par cette scène, on peut voir aussi que Valmont est complètement soumis à Merteuil. Autant il faisait preuve d’indépendance à l’égard de celle-ci au point, par exemple, de refuser la proposition de séduction de Cécile pour se consacrer à son propre projet, autant là il suit les directives de son ancienne complice, au point de reprendre à son compte les propres mots de la marquise. Cet ultime effort pour satisfaire à ses caprices, non payé de retour, va être à l’origine de la guerre entre les deux libertins pour lesquels une entente n’est plus possible. C’est d’ailleurs en ce sens que Frears recompose son dialogue en rendant par la même occasion plus explicite le lien entre l’épisode du « ce n’est pas ma faute » et le duel qui se joue entre Merteuil et Valmont.

Emmanuelle Colas

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Laclos/Frears : « Ce n’est pas ma faute »
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu