Suites

Introduites par Fibonacci au XIIIe siècle, les suites sont utilisées pour représenter les phénomènes récurrents et les étudier.
Très utilisées en biologie et en finance, elles permettent d'étudier tout phénomène récurrent.


1. Suites arithmétiques
 

null


Pour déterminer qu'une suite est arithmétique, on calcule  \\({U}_{n+1}-{U}_{n})\\
Si le résultat est un réel, c'est \\(r)\\ , la suite est arithmétique de raison r.
 

Lexique :

\\({U}_{n})\\: valeur de la suite pour le rang \\(n)\\
\\({U}_{n+1})\\ : valeur de la suite pour le rang \\(n+1)\\
\\(r)\\: raison
\\(S)\\: somme
 

Astuce :

Dans le calcul de la somme, il est nécessaire de faire attention au nombre de termes. En effet par exemple, pour une suite des termes 0 à 29, il y a 30 termes.
La somme est parfois appelée série.




 2. Suites géométriques
 

 
null

Pour déterminer qu'une suite est géométrique, on calcule \\(\frac{{U}_{n+1}}{{U}_{n}})\\
Si le résultat est un réel, c'est \\(q)\\ , la suite est géométrique de raison \\(q)\\ .
 

Astuce :

Dans le calcul de \\(\frac{{U}_{n+1}}{{U}_{n}})\\ , essayer de factoriser par un réel.
 

Par exemple :

 \\(\frac{4{U}_{n}+8}{{U}_{n}+2}=\frac{4\left({U}_{n}+2 \right)}{{U}_{n}+2}=4)\\


3. Limites de suites


null
null


4. Convergences
 

Si une suite tend vers un réel \\("l")\\ , elle est convergente en \\("l")\\.
Sinon, se référer à ce tableau :
null


On pourra utiliser aussi les théorèmes de comparaison comme pour les limites de fonction.




5. Suites adjacentes
 

Pour démontrer que deux suites sont adjacentes :
 

Etape 1 :

Démontrer que l'une est croissante et l'autre décroissante

Etape 2 :

Calculer \\({U}_{n}-{V}_{n})\\ en faisant tendre \\(n)\\ vers l'infini.
Si la limite est 0, les suites sont adjacentes et sont donc toutes les deux convergentes vers le même réel.



6. Suites arithmético-géométrique
 

Une suite arithmético-géométrique est une suite définie par :
\\({U}_{n+1}=aUn+b)\\ 

Il n'existe pas de terme général et le principe des exercices consiste souvent à prouver que la suite est effectivement arithmético-géométrique.

Ex : On place 5 000 € à 2 % l'an et tous les ans on ajoute 100 € sur ce livret

Une augmentation de 2 % correspond à 1,02

null

On est donc bien sous la forme \\({U}_{n+1}=aUn+b)\\ => la suite est arithmético-géométrique
 

Remarques :

• Si \\(a=1)\\, il s'agit d'une suite de la forme \\({U}_{n+1}={U}_{n}+b)\\donc d'une suite arithmétique de raison \\(r=b)\\
• Si \\(b=0)\\, il s'agit d'une suite de la forme \\({}_{n+1}=a\ast {U}_{n})\\ donc d'une suite géométrique de raison \\(q=a)\\
• On étudie rarement les suites arithmético-géométriques comme telles. On utilise plutôt une suite auxiliaire donnée qui le plus souvent est géométrique.


 

 

1 avis
Notez
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Donnez votre évaluation
Suites
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Logic publié le 11/03/2020

Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu