Sujet et corrigé Bac ES et L 2009 Histoire Géographie - Epreuve mineure

Géographie
Histoire
Terminale ES, Terminale L

Sujet des Bac ES et L 2009 Histoire Géographie - Epreuve mineure et corrigé

SUJET:

Etude d'un document: "La présidence du général de Gaulle vue par Henry Kissinger"

 Etude d'un document: "Extraits du communiqué de Brioni (Yougoslavie) publié à l'issue de la rencontre entre Nasser, Nehru et Tito le 19 juillet 1956

 

CORRIGES :

 

Etude d’un document (toutes séries) : « La présidence du général de Gaulle vue par Henry Kissinger »

 

1) A quelles crises Kissinger fait-il allusion quand il évoque l’arrivée du général de Gaulle au pouvoir ?

« Les crises qui (…) avaient amené au pouvoir » le général de Gaulle sont d’abord la guerre d’Algérie, que les gouvernements de la IV° République ne parvenaient pas à résorber, et la crise institutionnelle ou politique, liée à la fragilité des gouvernements de la IV° République, aggravée par la guerre d’Algérie. En septembre 1958 de Gaulle a fait adopter la Constitution de la V° République et commencé à mettre fin à la crise institutionnelle, et en juillet 1962 les accords d’Evian ont mis fin à ce que l’on appelait alors « les événements en Algérie » en octroyant l’indépendance à ce qu’un certain nombre de Français considéraient encore comme une partie intégrante de la métropole.

 

2) Relevez les mesures prises par le général de Gaulle pour y faire face

Henry Kissinger énonce les mesures suivantes : « de nouvelles institutions politiques » (l.7) qui donnent au président de la République une place prééminente et font de lui le véritable chef de l’exécutif ; « décolonisation de l’Afrique française » par les référendums de 1960 en Afrique noire et les accords d’Evian de 1962 qui ont permis à la France de ne plus avoir d’Empire colonial. ; sauvegarder « son prestige dans les anciennes colonies » par le biais d’accords de coopération économique et militaire (ce que l’on nommera ensuite la Françafrique) et culturelle (la Francophonie).

 

3) Quels sont les principaux axes de la politique extérieure du général de Gaulle d’après Kissinger ?

Pour Kissinger, de Gaulle a voulu « redonner assurance aux Français » et affirmer ainsi la puissance française. Pour celui il lui a fallu sauvegarder « son prestige dans les anciennes colonies » par le biais d’accords de coopération économique et militaire (ce que l’on nommera ensuite la Françafrique) et culturelle (la Francophonie) ; s’assurer d’un « rôle central dans la politique de l’Europe » par des relations franco-allemandes fortes (traité de l’Elysée en 1963) et participer à la construction européenne (avec la politique agricole commune en 1962 et l’opposition farouche à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE) ; se poser comme une nation indépendante en temps de guerre froide vis-à-vis de l’Alliance atlantique (1966 retrait du commandement intégré de l’OTAN) et des Etats-Unis (un « défi », écrit Kissinger). De Gaulle voulait, ayant consolidé l’intérieur, que la France soit considérée comme une grande puissance, un modèle à suivre.

 

4) Comment l’auteur explique-t-il le départ du général de Gaulle en 1969 ?

Pour Kissinger, le référendum sur des « problèmes secondaires » comme la régionalisation et la réforme du Sénat était « un prétexte pour quitter la présidence ». La réalité est moins caricaturale : l’autorité du général de Gaulle a été « ébranlée » par les événements de mai 1968, malgré le succès des législatives qui ont suivi. Les réformes demandées par le pays pouvaient paraître secondaires à celui qui avait mené la Résistance, libéré le territoire, reconstruit les institutions et mené à bien la décolonisation. L’expression « l’intendance » est une expression habituelle de De Gaulle pour qualifier le travail quotidien d’un chef de gouvernement, le chef de l’Etat devant de charger des grandes orientations de politique étrangère et agir comme un arbitre actif au sein de l’exécutif (la « clé de voûte » des institutions).

 

5) Quelle image Kissinger donne-t-il du général de Gaulle ?

Kissinger alterne admiration et condescendance. Admiration par la liste des actions majeures, ces « actions d’éclat », menées par de Gaulle pour pacifier le pays et le moderniser entre 1958 et 1969. Condescendance ou un brin de mépris lorsqu’il fait allusion à l’idée que de Gaulle se prenait pour un « héros ». Il faut dire que les relations franco-américaines n’ont jamais été au beau fixe pendant les deux mandats présidentiels de De Gaulle, et qu’il a tout fait pour écarter les Etats de la CEE, les anciennes colonies françaises, l’armée ou la vie politique française de l’influence de l’allié états-unien.

 

 

Etude d’un document (toutes séries) : « Extraits du communiqué de Brioni (Yougoslavie) publié à l’issue de la rencontre entre Nasser, Nehru et Tito le 19 juillet 1956 »

 

1) Qui sont Tito, Nehru et Nasser ?

Tito, Nehru et Nasser sont les dirigeants de trois Etats qui ne sont liés à aucun des deux blocs américain ou soviétique. Tito est depuis 1945 le dirigeant de la Yougoslavie communiste, qui a rompu avec l’URSS en 1948. Nehru est le Premier ministre de l’Inde, indépendante de l’Empire britannique depuis 1948 grâce à son action conjointe avec Gandhi. Nasser est le Premier ministre de l’Egypte, indépendante de l’Empire britannique depuis 1956, et qui affrontera, quelques mois après cette déclaration, les conséquences militaires de sa nationalisation du canal de Suez. Ce sont trois dirigeants qui ne sont pas liés aux deux blocs, en pleine guerre froide, dirigeants d’Etats qui se veulent des modèles d’indépendance pour les Etats décolonisés ou en voie de décolonisation.

 

2) Dégagez à partir du document les grandes lignes du contexte international évoqué par les auteurs.

« La division du monde actuel en puissants blocs de nations » fait allusion aux deux blocs alliés des Etats-Unis d’un côté, ou de l’URSS de l’autre, qui se sont construits depuis 1947, par des crises (Allemagne 1948-1949, Corée 1950-1953), de doctrines idéologiques antagonistes (libéralisme et capitalisme contre communisme), de regroupements armés (l’OTAN à l’Ouest en 1949 puis le Pacte de Varsovie, à l’Est en 1955). En 1955 ces deux blocs structurent les relations internationales, les discussions à l’ONU, et tentent d’attirer à eux les Etats issus de la décolonisation des Empires.

 

3) Montrez que ce document s’inscrit dans la continuité de la conférence de Bandoung.

En 1955, à Bandoung, en Indonésie, des Etats d’Afrique et d’Asie se sont regroupés pour former un groupe d’Etats qui ne seraient pas liés à l’un ou l’autre des blocs. Leur point commun est d’avoir été colonisé puis décolonisé. Pour qualifier ce groupe d’Etats, Alfred Sauvy inventera l’expression « Tiers monde ». La conférence de Bandoung avait « posé certains principes qui devraient gouverner les relations internationales » ; Nasser, Nehru et Tito « en réaffirment les dix principes », notamment ceux de la condamnation de la « domination coloniale » et de la volonté de pousser au « développement des régions sous-développées du monde ».

 

4) Quelles sont les propositions émises par les auteurs pour garantir la sécurité collective ?

« La paix doit être recherchée (…) en visant la sécurité collective » (l.10). Pour l’atteindre, les auteurs proposent « le désarmement » des armes atomiques (bombes A), armes que possèdent alors les Etats-Unis, l’URSS et le Royaume-Uni, et les armes thermonucléaires (bombes H) que contrôlent les dirigeants des deux blocs, qui se sont lancés depuis la fin des années 1940 dans une course aux armements. Les auteurs du communiqué de Brioni poussent également à diminuer le nombre des armements conventionnels et le contrôle international du désarmement. Cette sécurité collective ne peut être garantie que si les Etats voient leur développement croître au même rythme. Pour cela ils en appellent à une plus forte « coopération économique et financière internationale » dans le cadre des Nations Unies. Les instruments de cette coopération existent depuis les accords de Bretton Woods en 1944 et la fondation de l’ONU en 1945. Désarmement et coopération économique dans le cadre d’une régulation internationale : c’est à un ordre mondial dégagé de la guerre froide que ces chefs de gouvernement appellent.

 

 

 

Echangez sur les sujets et corrigés du Bac 2009 sur le forum de letudiant.fr

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Sujet et corrigé Bac ES et L 2009 Histoire Géographie - Epreuve mineure
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu