Sujet et corrigé Bac Technologique 2009 Philosophie commentaire de texte

Philosophie
Terminale

Commentaire de texte de l'épreuve de Philosophie des Bac Technologiques 2009 et corrigé

Sujet :

 Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées
principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et
demandent que le texte soit d’abord étudié dans son ensemble.
La loi ne consiste pas tant à limiter un agent libre et intelligent qu’à le guider vers ses propres
intérêts, et elle ne prescrit pas au-delà de ce qui conduit au bien général de ceux qui sont
assujettis à cette loi. S’ils pouvaient être plus heureux sans elle, la loi s’évanouirait comme une
chose inutile ; et ce qui nous empêche seulement de tomber dans les marais et les précipices
mérite mal le nom de contrainte. De sorte que, quelles que soient les erreurs commises à son
propos, la finalité de la loi n’est pas d’abolir ou de restreindre mais de préserver et d’élargir la
liberté ; et dans toutes les conditions des êtres créés qui sont capables de vivre d’après des lois, là
où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de liberté. Car la liberté consiste à être délivré de la contrainte et
de la violence exercées par autrui, ce qui ne peut être lorsqu’il n’y a point de loi ; mais la liberté
n’est pas ce que l’on nous dit, à savoir une liberté, pour tout homme, de faire ce qui lui plaît (car
qui peut être libre quand n’importe quel homme peut nous imposer ses humeurs ?). Mais c’est une
liberté de disposer et d’ordonner comme on l’entend sa personne, ses actions, ses biens et
l’ensemble de sa propriété, dans les limites de ce qui est permis par les lois auxquelles on est
soumis ; et, dans ces limites, de ne pas être assujetti à la volonté arbitraire de quiconque, mais de
suivre librement sa propre volonté.
 

LOCKE


1. Dégagez la thèse de ce texte et mettez en évidence les étapes de son argumentation.
2.
a) Précisez la conception de la liberté à laquelle Locke s’oppose dans ce texte.
b) En vous appuyant sur l’image de la ligne 4, expliquez : « guider [un agent libre et intelligent]
vers ses propres intérêts ».
c) Comment Locke définit-il la liberté ? Expliquez cette définition en vous appuyant précisément
sur le texte.
3. La loi est-elle la condition de la liberté ?

 

Corrigé :

 

 

Une remarque tout d’abord : Dans ce texte il y avait un travail important à faire au brouillon qui était de bien relever les termes employés par Locke et notamment les oppositions : désir-volonté, contrainte-liberté, libre-assujetti, abolir-préserver, restreindre-élargir, limiter-prescrire volonté arbitraire-sa propre volonté, etc. Une analyse de ces oppositions vous permettait d’entrer plus facilement dans le texte.
 
Comme vous le savez, pour dégager la thèse d’un texte proposé au bac, il est intéressant de lire l’énoncé… De la question 3, qui nous donne bien souvent la clé du texte : La thèse de ce texte est simple à dégager : Il n’y a pas de vraie liberté sans loi, la loi est la condition sans laquelle aucune liberté n’est possible. Plus précisément, la loi protège l’usage que les citoyens vont pouvoir faire de leur liberté (« disposer de sa personne, ses actions, ses biens ») : Chaque citoyen, se sachant protégé par la loi, pourra agir « selon sa propre volonté » sereinement, bâtir des projets personnels, etc.
La conception à laquelle Locke s’oppose dans ce texte : Il s’oppose à une opinion très courante mais fausse (« ce que l’on nous dit ») : Etre libre consisterait à agir selon nos désirs, sans nous préoccuper des conséquences sur autrui, ce serait une liberté égoïste, primaire, spontanée : absence de recul, de réflexion sur l’objet de nos désirs et les moyens pour y arriver.
Pourquoi cette définition est-elle à combattre selon Locke ? Cette définition est mauvaise car elle réduit l’homme à un être esclave de ses penchants, de ses désirs. Il serait donc amené à « faire n’importe quoi » pour les réaliser, y compris à user de « la contrainte et de la violence envers autrui »
Cela peut vous faire penser à la critique du « prétendu droit du plus fort » de Rousseau. Si on est soumis aux caprices, à « la volonté arbitraire » des autres, alors personne n’est libre, même pas le plus fort, qui comme le dit Rousseau, n’est pas sur de le rester !
Locke pense donc que la seule véritable liberté est une « liberté civile » (cive = le citoyen) càd garantie par des lois. Il s’oppose ici aussi à l’opinion courante : la loi ne consiste pas, dit-il à « limiter » l’action comme on le dit souvent. Elle ne doit pas être perçue comme « une contrainte » (cf. question 2b) car elle est protectrice, elle sert nos intérêts.
Remarquer aussi dans ce texte le fait que la loi nous rend libre mais qu’aussi elle nous fait « homme » dans le sens où elle nous arrache à la peur, à la violence, à nos impulsions, où elle nous permet de faire usage de notre raison (« intelligent », « guider », « disposer », « ordonner », « notre volonté »).
Il y a d’autres idées importantes dans ce texte, notamment celle de « bien général » à comparer à « ses propres intérêts ». L’intérêt de chacun peut se confondre avec l’intérêt général (ici le souci de protection) mais il peut aussi parfois s’y opposer (théorie que vous avez peut-être étudiée en classe, si vous avez abordé le Contrat social de Rousseau.).
 
N. Vauthier (professeur de philo)
 

 

Echangez sur les sujets et corrigés des Bac technologiques 2009 sur le forum de letudiant.fr

 

1 avis
Notez
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Donnez votre évaluation
Sujet et corrigé Bac Technologique 2009 Philosophie commentaire de texte
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Khaya publié le 05/04/2017

Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu