Sujet et corrigé Brevet des Collèges Histoire Geographie Education Civique 2009

Education civique
Géographie
Histoire
3ème

Sujet du Histoire Geographie et Education Civique du Brevet des Collèges 2009 et son corrigé

SUJET :

 

SUJET JUIN 09

CORRIGE :

 

SUJET 1
Les transformations de la société française entre 1945 et 1975
Questions :
1°) Pendant les Trente Glorieuses, la famille Schnell s’équipe de biens de consommation courante, tel que de l’électroménager (réfrigérateur) mais aussi des biens plus onéreux comme une automobile (d’abord d’occasion puis une neuve).                                                                                           La hausse du salaire de Monsieur Schnell, l’entrée dans la vie active de son épouse et le recours au crédit permettent à cette famille d’améliorer sa vie quotidienne et de participer à une société de consommation.
2°) L’espérance de vie des Français augmente en moyenne de 10 ans entre 1946 et 1975 (même si l’écart entre les hommes et les femmes reste notable) et en même temps la mortalité infantile diminue très fortement. Ces deux éléments sont révélateurs de l’amélioration de l’état de santé des Français, grâce aux progrès de la médecine, de l’hygiène, du système de santé et de l’évolution de l’alimentation.
 
3°) La photographie du document 3 représente les grands ensembles de la ville de Sarcelles dans le val d’Oise, construits dans les années soixante. Au premier plan on distingue un vaste terrain vague non construit, tandis qu’au second plan on aperçoit des barres d’immeubles dont certains sont assez hauts. Ce type d’habitat est aujourd’hui souvent qualifié de « cités ».
Ces constructions sont nécessités par la croissance démographique de l’après guerre puisque la population française croît de plus de 10 millions d’habitants entre 1946 et 1975 (baby boom) et par l’augmentation du taux d’urbanisation : l’exode rural pousse vers les villes une population toujours plus nombreuse.
 
Paragraphe argumenté
Le sujet de présentait pas de difficulté particulière. Le principal piège était de ne pas trop s’aventurer sur le terrain économique : il ne s’agit pas de traiter des Trente Glorieuses, mais de voir leurs effets sur les niveaux et mode de vie.
 
Introduction : Il faut évidemment évoquer ici le contexte de croissance économique d’après-guerre et la reconstruction qui l’accompagne. Il s’agit de mesurer les effets des Trente Glorieuses (expression de Jean Fourastié) sur la société française entre 1945 (au sortir de la Seconde Guerre mondiale) et 1975 (début du ralentissement de la croissance).
 
Plusieurs plans étaient possibles, mais l’ensemble des documents invitait à présenter les bouleversements du monde du travail, l’émergence d’une société de consommation et de nouveaux cadres de vie.
 
 
I-       Une société active en mutation
On peut dans un 1er temps, présenter les changements liés à la croissance économique (à rappeler brièvement) dans le monde du travail.
La population active a beaucoup augmenté pendant les Trente Glorieuses, c’est la période du plein emploi et c’est surtout le secteur tertiaire qui explose tandis que le secteur primaire est très en recul.
Ceci est lié à l’augmentation du travail féminin, l’arrivée de populations immigrées sur le territoire (notamment les rapatriés d’Algérie) et l’arrivée à l’âge du travail de nombreux enfants du baby boom.
       Ces changements ont des conséquences sur les niveaux de vie : les classes moyennes émergent    grâce à l’augmentation des salaires, leurs enfants font des études plus longues et sont plus nombreux à la fin de cette période à obtenir le baccalauréat.
 
II-     Une population plus nombreuse et plus urbanisée
La croissance des Trente Glorieuses s’accompagne de mutations démographiques :
-baisse de la natalité : âge tardif du mariage (allongement des études, recul des traditions et pratiques religieuses), contraception, urbanisation.
- baisse du taux de mortalité  et hausse de l(‘espérance de vie: système de santé performant (sécurité sociale créée en 1945), progrès de la médecine, de la prise en charge des personnes âgées.
Le secteur des services est majoritairement situé en ville et c’est ce cadre urbain qui devient la cadre de vie des Français : le taux d’urbanisation augmente, on construit de grands ensembles à la périphérie des grandes agglomérations.
Les campagnes se dépeuplent (désertification) en même temps que l’agriculture poursuit sa « révolution silencieuse » (mécanisation).
 
III-   Les conséquences sur les modes de vie
La société est devenue une société de consommation de masse : les familles s’équipent de biens standardisés (électroménager, automobile) , les grandes surfaces apparaissent.
Les modes de vie s’uniformisent : les comportements alimentaires, vestimentaires deviennent les mêmes. Les loisirs (vacances, pratiques des sports) sont rendus possibles grâce à l’abaissement du temps de travail, aux congés payés, mais aussi par la diffusion de modèles de consommation par les nouveaux média (télévision surtout).
 
Conclusion : même si l’examinateur n’en attend pas une, il est bien vu de résumer en quelques lignes votre analyse et d’y apporter un autre regard. Les grands ensembles (et les crises qu’ils traversent depuis plus de 20 ans) pouvaient en être un bon exemple.

 

Sujet 2 : La croissance urbaine dans le monde
Questions
1°) Entre 1975 et 2000, la répartition des grandes agglomérations, ou mégapoles, a beaucoup évolué. En effet, en 1975, le monde compte très peu d’agglomérations de plus de 10 millions d’hbaitants : deux au Nord (Tokyo et New York, appelées aussi villes mondiales) et 3 au sud, notamment en Amérique Latine (Mexico, Sao Paulo)
En 2000, la situation est toute différente : le nombre de mégapoles est en augmentation, notamment dans les pays du sud qui connaissent une véritable explosion urbaine. Cette urbanisation est rapide e s’accompagne d’un certain gigantisme puisque le nombre de mégapoles est passé de 3 à 17 et c’est le continent asiatique qui est le plus concerné.
 
2°) En 2015, la majorité des très grandes villes du monde se situeront en Asie du sud et de l’est. Aujourd’hui c’est la gestion de la croissance urbaine dans les pays du sud qui est la plus problématique : gestion de l’ environnement (pollution de l’air, de l’eau), gestion des déchets, des risques, gestion de l’approvisionnement en eau, du traitement des eaux usées. Alors que ces pays ont peu de moyen, les équipements urbains font défaut et la gestion de la croissance urbaine est très couteuse.
 
3°) La photographie est une prise de vue aérienne de la banlieue de Las Vegas. Au 1er plan on distingue des logements individuels, des maisons bordées de jardins ouverts, regroupés en lotissements. Au second plan on aperçoit ce qui doit être une zone commerciale et d’entrepôts, enfin les banlieues résidentielles (suburbs) s’étendent ensuite à perte de vue sur le même modèle.
L’extension spatiale de la ville semble avoir suivi l’axe de circulation situé à droite de la photographie, tandis qu’un autre axe, au centre, permet aux différents quartiers résidentiels d’être liés entre eux.
 
L’énoncé du paragraphe argumenté vous indiquait le plan à suivre.
Ce sujet invitait donc l’élève à changer d’échelle : la croissance à l’échelle mondiale (doc 1) et la gestion de cette urbanisation au nord et au sud. Il ne fallait donc pas oublier de présenter d’abord le phénomène d’urbanisation et d’étalement urbain avant de voir ses spécificités dans les pays du Nord et les pays du Sud.
 
I-       Une urbanisation globale, des rythmes différents
Il s’agit là de décrire le phénomène d’urbanisation depuis 1945 : 1 habitant sur 2 est aujourd’hui un citadin et ce phénomène est planétaire.
Néanmoins, la croissance urbaine n’est pas la même dans les pays riches (du Nord) et les pays en développement (au sud).
L’augmentation du nombre de mégapoles (villes de plus de 10 millions d’habitants) est surtout un phénomène du sud et c’est l’ Asie qui connaît une véritable explosion urbaine qui devrait se poursuivre. Longtemps nourrie par l’exode rural, elle est aujourd’hui surtout le fait de la croissance démographique encore très soutenue des PED.
Même si les mégapoles sont au sud, le phénomène de métropolisation reste un aspect propre aux pays du Nord : ces villes concentrent l’essentiel des pouvoirs de commandement de la planète.
 
II-     Un étalement urbain au Nord comme au Sud
Les villes grandissent, et leurs limites sont de plus en plus floues, au Nord, comme au Sud.
Au nord, c’est le phénomène de périurbanisation qu’il fallait décrire : des banlieues toujours plus étendues, éloignées de la ville centre qui reste encore le lieu de travail. La recherche d’un meilleur cadre de vie, de coûts immobiliers moins élevés sont les facteurs de cet étalement urbain.
Au sud, attirés par le « mirage urbain », les habitants des petites villes ou villes moyennes sont attirés par les grandes mégapoles où ils viennent s’installer, souvent dans des bidonvilles aux conditions de vie difficile.
 
III- Comment gérer cette urbanisation ?
 
Au Sud : c’est là que le problème est le plus crucial. Les équipements sont défaillants, la gestion de l’eau, des déchets sont vitaux.
Au nord : les plans d’urbanisme sont mis en place pour tenter de réguler cette croissance mais là aussi l’environnement est victime de l’étalement urbain : pollution de l’air (embouteillage), de l’eau (industrie, agriculture).
 
Une ville durable est-elle possible ? c’est le mot de la conclusion.

 

 
 
TROISIÈME PARTIE : REPÈRES CHRONOLOGIQUES ET SPATIAUX (6 points)
 
Question 1 - Histoire (3 points)
Indiquez les dates de début et de fin pour chacune des périodes suivantes :
 
 
Date de début
Date de fin
Le second Empire
 
1852
 
1870
La Guerre d’Algérie
 
1954
 
1962
Le règne personnel de Louis XIV
 
1661
 
1715
 
Question 2 - GÉographie (1 point)
Nommez les chaînes de montagnes désignées sur le planisphère par les lettres A et B :
-          A : Cordillère des Andes…………………………………………
-          B : Himalaya……………………………………………………………………………
 
Question 3 - GÉographie (2 points)
Nommez  :
-          Le désert désigné par la lettre C : Sahara…………………………………………………
-          L’océan désigné par la lettre D :…Océan Indien……………………
-          La forêt dense désignée par la lettre E : Amazonie………………………………………..
-          Le pays désigné par la lettre F : ..……Japon……………………………………………

 

EDUCATION CIVIQUE:

Education civique : la solidarité et la coopération internationales
 
Questions :
1°) Les personnes aidées par l’Unicef et l’ONG Solidarités sont touchées par des problèmes d’accès à l’eau potable mais aussi par des risques naturels tels les séismes (tremblement de terre au Pakistan en 2007), ou des inondations
2°) Chacun peut participer à soutenir ces populations en économisant l’eau qu’il consomme, en signant une pétition au sujet de la rareté de l’eau et de la nécessité de la préserver, en faisant des dons pour permettre à l’Unicef d’agir dans les pays touchés.
3°) Secourir les victimes après une catastrophe, construire des hôpitaux de campagne, des abris sont des mesures d’urgence menées à bien par l’UNICEF.
La scolarisation, les mesures d’information concernant l’hygiène quotidienne, les conseils concernant l’alimentation sont des mesures d’action de l’UNICEF sur le long terme.
4°) Les actions menées par les ONG correspondent au 3eme point de l’article 1er de la charte des Nations Unies : « réaliser la coopération internationale …en résolvant ..les problèmes humanitaires ».
 
Paragraphe argumenté
Le piège a éviter est celui de rester trop général et de tomber dans le « sentimentalisme ».
On pouvait organiser le paragraphe en trois temps :
-         La solidarité et  la coopération internationale : définir ces deux termes dont les champs d’action sont aussi bien nationaux (vers les plus défavorisés) qu’internationaux (devoir du Nord vers le Sud mais aussi entre tous les pays dès qu’une catastrophe intervient)
-         La solidarité et la coopération internationale sont les devoirs des Etats.
Ils s’inscrivent dans des textes officiels
Dans la Veme République (redistribution des richesses par l’impôts, par des aides (RSA par exemple) ….aussi bien que dans la charte de l’ONU (doc 3) qui dispose d’organismes spécialisés comme l’UNICEF, le FAO etc …
-         Mais sont de plus en plus assurés par des ONG et des actions de chacun
On peut ici présenter des ONG très connus comme la Croix Rouge, MSF, à un niveau international et présenter leurs actions. Mais aussi des associations nationales comme les Restau du cœur, le secours populaire.
Il faut enfin présenter ce que chacun peut faire en faveur de la gestion de l’eau et des ressources (développement durable), des dons, la collecte de vêtements, le bénévolat.
 

Il n'y a aucune évaluation pour l'instant.


Soyez le premier à l'évaluer

Donnez votre évaluation
Sujet et corrigé Brevet des Collèges Histoire Geographie Education Civique 2009
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu