Sujet et corrigés bac pro 2014- français

Français - littérature
Terminale Pro
publié par LEtudiant.fr

Le corrigé de français

 

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DE LECTURE

Question 1 - Présentation du corpus

Méthode.

Il convient de resituer les 2 textes à la fois dans leur contexte historique et dans leur caractéristiques thématiques.Il faut ensuite lire les textes en ayant la question à l'esprit, et un stylo en main pour souligner et entourer dès la première lecture ce que les textes ont en commun, et ce qui les distingue. On retient pour chaque texte plusieurs citations pertinentes (= qui vont bien illustrer ce qu'on affirme)

Les textes du corpus ne sont pas contemporains et renvoient chacun à des contextes historiques différents. Ainsi, dans son récent récit, Dominique Bona évoque-t-elle la situation des esclaves au XVIIIe siècle (texte 1), tandis que Zola se réfère aux grèves qu'il connait bien et qu'il a pu observer ( texte 2) .

Les deux textes nous présentent un personnage qui prend la parole pour défendre des opprimés : texte 1 : "Il conspua le maitre, il défendit l'esclave" ; texte 2 : "La Compagnie (...) intimidait les faibles".

Chacun des textes nous révèle le contenu des discours, mais décrit surtout l'attitude des orateurs : texte 1 :"Un discours où l'exaltation le disputait à la rage, et la volonté froide de persuader au rythme même de l'emportement:" Texte 2 . "...il avait pris le ton froid d'un simple mandataire du peuple qui rend ses comptes": Enfin, les deux textes font ressortir les effets de ses discours sur l'auditoire, à la fois " révulsé" et admiratif chez Dominique Bona, et hurlant puis silencieux chez Zola.

Question 2

Le texte de Zola fait ressortir une évolution dans la réaction des grévistes qui ont suivi Etienne Lantier ; en effet, ceux-ci passent des "cris" au "silence profond". A quoi cela est-t-il dû ?

L'extrait se situe après un moment de grande frustration puisque la première tentative de discours de Lantier a été interrompue par les gendarmes, comme il le rappelle (ligne 13); Lantier emmène ensuite ses "camarades" dans la foret , ils retrouvent tous une liberté d'expression et se soulagent et se défoulent en criant :"Ici nous sommes libres, (...) personne ne viendra nous faire taire".

Cependant, cette atmosphère change brusquement, lorsque Lantier prend la position d'un orateur en grimpant sur un tronc (l. 7), il entre en quelque sorte dans le rôle d'un tribun, mais comme il estime que le moment est grave, il impose un retour au calme, à la fois par son attitude " immobile" (l.7) et par ses propos posés "en affectant l'éloquence scientifique (l.14-15): Son discours est construit sur le rappel méthodique de l'enchainement des faits, comme le montrent les indicateurs temporels . "D'abord...Puis...et plus tard...Maintenant on en était là". En procédant ainsi, Lantier calme son auditoire et l'invite à réfléchir posément et froidement aux conséquences de la poursuite de la grève. Pour les mêmes raisons, "il conclut sans hausser le ton". Le silence qui fait suite à la question de la poursuite de la grève montre que le discours a été efficace. Zola le souligne dans la dernière métaphore, quand il présente Lantier comme "l'apôtre de la vérité".

Ce passage nous présente donc un personnage sûr de lui, sachant à l'avance où il compte mener ses camarades, et qui procède de telle sorte que la lucidité dont il fait preuve puisse être transmise à son auditoire.

Question 3

L'illustration correspondrait bien au texte 1, non seulement parce qu'il traite de l'oppression des Noirs, ce que dénonce Martin Luther King, mais surtout à cause des nombreuses indications décrivant l'attitude passionnée de l´orateur.



ÉVALUATION DES COMPÉTENCES D'ÉCRITURE

Méthode :

Le traitement de ce sujet impose une introduction dans laquelle on rappelle les enjeux de l'objet d'étude ; il faut ensuite bien repérer que la question ne porte que sur la défense d'une cause politique, c'est à ce domaine qu'il faudra se restreindre ; on pourra ensuite élaborer un plan opposant les deux manières d'aborder le public, soit "posément", soit "avec fougue".

La préparation du travail sur deux feuilles distinctes ou sur deux colonnes permettra de bien classer les exemples, en commençant par les exemples du corpus qui sont de parfaites illustrations des deux manières de procéder. Les discours historiques prononcés sous la Révolution Française fournissent d'autres exemples (Robespierre ou Danton pour les discours fougueux, Olympe de Gouges pour le discours posé); vous trouverez beaucoup d'exemples chez Victor Hugo, sur le thème de l'abolition de la peine de mort ; l'abolition de l'esclavage constitue une autre source riche en exemples variés ; enfin, les récentes élections fournissent des exemples plus actuels et tout aussi pertinents.

Mais les exemples ne sont pas tout : il faut argumenter, et pour cela vous pouvez également vous référer aux textes du corpus, particulièrement à celui de Zola qui associe le discours posé de Lantier à l'"éloquence scientifique". Vous pourrez ainsi replacer le discours politique dans sa situation d'énonciation et analyser pour chacun des types de discours. Qui parle à qui ? Dans quel but ? De quelle façon ? En répondant à ces questions, vous ferez apparaitre un plan qui vous permettra de traiter le sujet en y plaçant vos exemples.

En conclusion, vous exprimerez votre propre sensibilité à cette question.

Suggestion de plan succinct :

Intro : dans la défense d'une cause politique, tous les moyens sont mis en œuvre pour emporter l'adhésion du public, pour cela, on s'adresse autant au cœur qu´à la raison. Mais pour être efficace et convaincant, doit-on s'exprimer avec fougue ou vaut-il mieux s'exprimer posément ?

Le discours posé permet davantage la mise en valeur des arguments (--> approche scientifique, méthode des chiffres, références, citations, etc...)

Il instaure également une atmosphère de confidence, et donc de complicité avec son auditoire, plus attentif ; il suppose que le public est sensible, intelligent,

Un tel discours permet de rassurer, de persuader et de convaincre plus profondément, par ce qu'on en sort plus instruit, ayant soi-même des arguments qu'on maitrise.

Le discours fougueux permet de convaincre plus facilement, parce qu'il est porté par des effets gestuels et des procédés qui accentuent le message.

Le public adhère plus facilement à des propos portés avec fougue et avec passion, exprimés avec une certaine violence : les cris provoquent des cris et électrisent le public qui a moins besoin de réfléchir au contenu

Ce type de discours s'appuie sur des procédés de répétition, qui permettent de bien mémoriser des argument simples.

Conclusion personnelle.

2 avis
Notez
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Donnez votre évaluation
Sujet et corrigés bac pro 2014- français
* Champs obligatoires
Votre commentaire
Vos notes
Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
Chantale publié le 06/06/2017

J'aime

Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu
jorji publié le 17/12/2015

Clarté du contenu
Utilité du contenu
Qualité du contenu