1. Améliorer votre concentration en 7 astuces
Coaching

Améliorer votre concentration en 7 astuces

Envoyer cet article à un ami
Le temps de concentration est propre à chacun. // © Fotolia
Le temps de concentration est propre à chacun. // © Fotolia

Même si vous mettez de la bonne volonté à apprendre vos leçons, vous avez du mal à fixer votre attention très longtemps. Se détendre, s'observer, se connaître… Voici quelques pistes pour vous aider à booster vos capacités de concentration.

Détendez-vous !

"Je n'ai pas de mémoire, lâche d'une voix mal assurée Prune, élève en 4e. L'idée d'apprendre une poésie me panique, je sais que je vais en avoir pour des heures." Pourtant, quand on lui demande de raconter le dernier livre qu'elle a lu, la jeune fille relève le défi sans aucune difficulté, allant jusqu'à émailler son récit de moult détails. Preuve s'il en est qu'elle n'est pas atteinte d'une incapacité chronique à fixer son attention.

La différence entre ces deux situations ? "Dans le premier cas, celui d'un apprentissage scolaire classique, Prune est en 'stress', rien ne rentre. Alors que dans le second, parfaitement détendue, elle enregistre tout. Se concentrer suppose de parvenir à faire le vide et maintenir à distance les pensées négatives", analyse Théa Grandbond, coach pour adolescents à Paris.

Pour se détendre, Louise, élève de 3e qui se définit comme plutôt stressée, commence ses devoirs par un petit exercice de respiration. "J'inspire lentement et profondément par le nez, je retiens mon souffle pendant cinq secondes, puis j'expire lentement, jusqu'à ce que mes poumons soient vides. Je répète cet exercice trois ou quatre fois. Après, je me sens complètement détendue et c'est beaucoup plus facile d'apprendre." Hugo, 15 ans, préfère quant à lui faire du sport, courir ou taper dans un punching ball. "Impossible de me mettre à faire mes devoirs si je ne me suis pas défoulé physiquement juste avant", assure-t-il.

Pensez également à bien dormir. "On ne peut pas bien se concentrer si on n'a pas son compte de sommeil", prévient Philippe Scialom, psychologue et psychanalyste, spécialiste des adolescents (lire son interview).

Observez-vous

Vous êtes plutôt du genre à vous mettre au boulot juste après le collège ou vous avez besoin d'une bonne pause avant d'attaquer ? Le week-end, vous êtes plus efficace le matin ou l'après-midi ? Vous mémorisez mieux en marchant, en écrivant ou en déclamant votre leçon à haute voix ? À chacun sa technique.

Julien, en 3e, préfère commencer par les exercices. Il s'y colle dès le retour du collège. Quant aux leçons, il les révise le soir au lit : "Quand j'ai beaucoup de cours à revoir, je vais me coucher beaucoup plus tôt", glisse le collégien de 14 ans. Louison, 12 ans, en 5e, fait tous ses devoirs (exercices et leçons) d'un trait, "histoire d'être débarrassée le plus vite possible. Plus j'attends, plus j'ai de mal à m'y mettre", témoigne la jeune fille. Quant à Arnaud, en seconde, il retranscrit ses cours sous forme de schémas colorés : "Il n'y a que comme ça que j'arrive à les retenir !"

Une fois que vous avez compris comment vous fonctionnez, faites un planning en indiquant les créneaux dédiés au travail scolaire.

Faites des pauses

Si vous commencez à rêvasser, c'est que vous n'êtes plus concentré. "Au-delà de 20 minutes, la concentration décline", explique Théa Grandbond. Mieux vaut alors faire une pause de quelques minutes : manger quelque chose, aller acheter le pain, etc. Et, là encore, à chacun son rythme. Prune, par exemple, se force à travailler 30 minutes avant de s'accorder une pause. Julien, en seconde, fait cinq pompes tous les quarts d'heure.

Quand Louison sent qu'elle décroche, elle change d'activité : "J'alterne exercices et leçons". "Finalement, peu importe l'organisation que l'on adopte et le nombre de pauses que l'on s'accorde. Ce qui est essentiel, c'est qu'une fois que l'on s'installe derrière son bureau ou la table du salon, c'est pour travailler et rien d'autre", assène Marie-Noëlle Bacquet, professeure d'histoire-géographie au collège Jean-Moulin à Chaville (92).

Déconnectez-vous

"Mon rituel devoirs ? Au moment de m'y mettre, je dépose mon téléphone portable et mon lecteur MP3 dans la chambre de ma sœur, qui a pour mission de les garder jusqu'à ce que j'ai fini mon travail. Depuis que je fais ça, sur les conseils de mon professeur de français de 5e, j'ai beaucoup moins de mal à me concentrer", assure Dylan, élève de 3e, un large sourire aux lèvres.

À Philippe Scialom d'insister : "Pas de concentration possible sans déconnection. Il est impossible de se plonger dans un problème de mathématiques si, à côté de vous, votre téléphone sonne, reçoit des SMS ou des notifications Facebook." Même si vous ne les consultez pas, le simple fait de savoir que vous avez des messages suffit à vous déconcentrer."

"Le bureau doit être totalement dédié au travail scolaire, il ne doit rien y avoir qui puisse détourner l'attention de l'élève", insiste, de son côté Théa Grandbond. Quitte à devoir commencer la séance de travail par un peu de rangement !

Révisions, devoirs, soutien scolaireUn environnement calme et déconnecté permet d'augmenter sa concentration. // © iStockPhoto

Faites le silence

Autre condition à la concentration : le silence. "Si certains élèves travaillent très bien avec un fond musical, je mets quiconque au défi de parvenir à se concentrer plus de cinq minutes en présence de personnes qui bavardent ou regardent la télévision autour", met en garde Marie-Noëlle Bacquet. S'installer à la table de la cuisine au moment où l'on prépare le repas ne semble donc pas une bonne idée !

Si vous n'avez pas d'endroit pour vous isoler, vous pouvez toujours tenter le CDI de votre collège, la bibliothèque municipale ou encore, à l'instar de Louise, les bouchons d'oreilles." Chez moi, entre mes frères et sœurs et leurs copains, impossible d'être tranquille. Pour ne pas être tentée d'écouter les conversations, j'ai opté pour les boules Quies. Et, ça marche !", affirme-t-elle, visiblement ravie de sa trouvaille.

Maintenez un rythme de travail

Avant de vous attaquer à vos devoirs, fixez-vous un temps de travail et essayez de le tenir. "Ça peut aller de 30 minutes à 1 heure, voire 1h30, selon la nature du travail et la classe", prévient Marie-Noëlle Bacquet. Philippe Scialom précise : "Ce qui est important, c'est la régularité. Il est plus facile de se concentrer quand on a pris l'habitude de le faire un peu chaque jour plutôt qu'une fois par semaine, le week-end, par exemple. Quitte à y aller progressivement : d'abord 20 minutes, puis 30, 45 et enfin 1 heure."

Pensez à la récompense

Pensez à vous gratifier d'une récompense. Cela peut être le visionnage d'un épisode de votre série préférée, un Skype avec votre meilleur copain, une sortie, etc. "Plus le travail à fournir est ardu ou rébarbatif, plus la récompense devra être conséquente", prévient Théa Grandbond.

Pour vous motiver, rien de tel que de vous projeter dans "l'après". Pensez au plaisir que vous éprouverez une fois que vous aurez terminé vos devoirs. "Nos profs nous parlent tout le temps de la satisfaction que l'on peut éprouver à bien faire son travail. Je n'y croyais pas, pourtant c'est vrai !", s'enthousiasme Dylan à qui l'on a souvent reproché des "problèmes de concentration". Suite à une menace de redoublement, il s'est mis au travail et les notes ont suivi. "Aujourd'hui, j'ai pris plaisir à faire des efforts ", témoigne-t-il.

Si, malgré ces conseils, vous ne parvenez toujours pas à vous concentrer, c'est que vous n'avez pas lu suffisamment attentivement cet article. Pas d'autre solution que de... recommencer !

Sommaire du dossier
Retour au dossier Améliorer votre concentration en 7 astuces Philippe Scialom, psychologue et psychanalyste : “Il n’est jamais trop tard pour apprendre à se concentrer”