1. Ce que les enfants de quartiers populaires pensent de leurs collèges

Ce que les enfants de quartiers populaires pensent de leurs collèges

Envoyer cet article à un ami
Le Baromètre annuel du rapport à l’école des enfants de quartiers populaires (1) zoome sur le rapport des collégiens à leur établissement. Sentiment de sécurité, bonne ambiance au collège et confiance en l’avenir, sont quelques uns des enseignements de cette enquête publiée le 21 septembre 2011 par l’AFEV, à l’occasion de la Journée du refus de l’échec scolaire.

Dans leur collège, les élèves des quartiers populaires apprécient l’ambiance, se sentent en sécurité et respectés par les professeurs et par leurs pairs. Et ils affichent une vision optimiste de leur avenir professionnel. Voilà ce que nous apprend la partie du Baromètre annuel du rapport à l’école des enfants de quartiers populaires consacrée au collège.

Respect
Les collégiens interrogés sont autour de 65% à se sentir respectés aussi bien par les autres élèves (65,3%) que par les professeurs (64,4%). Ils sont moins de la moitié (47,5%) à avoir ce sentiment pour ce qui concerne les autres adultes du collège.
Pour autant, en cas de difficulté scolaire ou personnelle, seuls 19% osent en parler à un adulte du collège. Et un quart des élèves déclare n’en parler à personne.

Ambiance
Plus de 80% des collégiens jugent l’ambiance bonne ou très bonne dans leurs établissements et s’y sentent en sécurité. Ce qui ne les empêche pas d’être près d’un tiers à déplorer qu’il y ait trop de violence au sein de leur établissement. D’ailleurs, près des deux tiers de ceux qui trouvent l’ambiance mauvaise mettent cela sur le compte des bagarres et de la violence. Autres causes évoquées par les collégiens qui déplorent la mauvaise ambiance : les insultes, moqueries et les méchancetés (citées par 80,4% d’entre eux), le chahut (cité par 49,5% d’entre eux) et les rumeurs (44,9%).

Avenir
Vu du collège, l’avenir professionnel et scolaire semble rose. 95,5% des élèves interrogés par l’AFEV pensent exercer un métier qui leur plaira lorsqu’ils seront adultes. Ils sont plus de la moitié à souhaiter entamer des études supérieures. Près du quart à projeter de s’arrêter avec un bac professionnel en poche et 14,5% avec un bac général. Reste que 6,8% envisagent d’arrêter leurs études le plus rapidement possible et 5% de ne pas continuer après la 3e.

Changer
Interrogés sur ce qu’il faudrait changer en priorité au collège, près des deux tiers des élèves affichent leur souhait d’avoir un cartable moins lourd et des journées moins longues. 58% plaident pour la diminution des devoirs et aimeraient être jugés davantage sur leurs qualités que sur leurs notes. L’envie de voir diminuer les tensions entre élèves, d’être plus informé sur l’orientation, que les locaux de leur établissement soient plus agréables ou de pouvoir discuter davantage avec les professeurs viennent ensuite.

À lire aussi : l'interview d'Eunice Mangano-Lunetta, déléguée générale de l'AFEV, qui réagit à cette enquète sur Educpros.
Plus d'infos sur la journée du refus de l'échec scolaire, organisé par l'AFEV.

Isabelle Maradan
Afev_JRES2011_Baromètre VF

(1) L’enquête a été effectuée d’avril à juin 2011 auprès de 751 enfants et suivis par des étudiants de l’Afev.