1. Collège : au début de la 6e, vous êtes meilleurs en français qu'en maths
Décryptage

Collège : au début de la 6e, vous êtes meilleurs en français qu'en maths

Envoyer cet article à un ami
Les maths pour les garçons, le français pour les filles : les différences sont présentes dès la 6e ! // © Adobe Stock/Pictworks
Les maths pour les garçons, le français pour les filles : les différences sont présentes dès la 6e ! // © Adobe Stock/Pictworks

INFOGRAPHIE. Le niveau des nouveaux collégiens est stable en 2018. Au début de la 6e, 87 % des élèves maîtrisent le français et 72 % les mathématiques. Dans le détail, on constate toutefois de grandes inégalités géographiques et sociales.

Pour la deuxième année consécutive, plus de 810.000 élèves de sixième ont été soumis à une évaluation de niveau en octobre 2018. Les résultats, édités en juin 2019, montrent une certaine stabilité par rapport à l’année précédente.

Le français pour les filles, les maths pour les garçons

En français, 86,7 % des élèves présentent une maîtrise "satisfaisante" (71,2 %) ou "très bonne" (15,5 %), soit une légère augmentation d’1,4 point par rapport à 2017. Le résultat est moins bon en mathématiques, seule autre discipline évaluée. Seuls 72,3 % des élèves ont une maîtrise "satisfaisante" (61,1 %) ou "très bonne" (11,2 %), en légère baisse par rapport à 2017 (73,2 %).

Mais au-delà des résultats, cette note d’information pointe de réelles inégalités entre les candidats. D'abord entre les sexes. Dès l’entrée au collège, les filles réussissent mieux que les garçons en français (89,5 % affichent une maîtrise satisfaisante ou très bonne, contre 84,6 %), alors que c’est l’inverse en mathématiques (73,4 % contre 71,7 %).

Lire aussi : Le classement 2019 des collèges

De fortes inégalités sociales

Les écarts sont encore plus flagrants si l'on considère l’origine sociale des élèves. En divisant les collèges en cinq groupes, des moins favorisés aux plus favorisés, cette différence saute aux yeux : 17 points d’écarts en français (de 76,1 % pour les moins favorisés à 93,8 % pour les plus favorisés) et 33 en maths (de 53,1 % à 86,3 %) !

Cela se ressent aussi en fonction des académies. Qu’importe la discipline, les meilleures académies restent les mêmes. Paris est loin devant un groupe présentant de bons résultats, comprenant Rennes, Versailles, Grenoble, Clermont-Ferrand, Lyon ou encore Toulouse. Parmi les académies qui obtiennent les plus mauvais résultats, on retrouve la quasi-totalité des académies d'outre-mer, mais également celles d’Amiens, Lille, Créteil, Montpellier et Rouen.

Mais une autre donnée est intéressante à observer : celle de l’équité. Dans chaque académie, l’étude se penche en effet sur les écarts entre les collèges les plus favorisés et les moins favorisés.

Selon ce critère, ce sont la Corse, Paris et Versailles qui présentent les plus fortes inégalités. À l’inverse, les académies de Dijon, Caen, Besançon et Rennes ont les résultats les plus homogènes.

Retrouvez dans notre infographie ci-dessous les principales informations à retenir des évaluations.