1. Claire : faire face au décrochage scolaire, une tâche difficile pour les parents
Portrait

Claire : faire face au décrochage scolaire, une tâche difficile pour les parents

Envoyer cet article à un ami

Démotivation, chute des notes, conflits relationnels… face à ces difficultés rencontrées par de plus en plus de jeunes, les parents sont souvent démunis. À partir de cas réels d'adolescents en souffrance scolaire, Maria Poblete, journaliste, propose des solutions concrètes dans son ouvrage "Comment mettre mon ado au travail" (Ed. l’Etudiant). Interview et extraits.

S’ils sont d’accord sur les résultats à obtenir – une réussite au brevet, des bases solides – pour se lancer dans les études supérieures, les parents de Claire ne s’entendent pas vraiment sur les moyens pour y parvenir.

Entre eux, la situation est également tendue et rejaillit sur l’ambiance générale de la maison. Il y a des cris et des crises, autant de moments désagréables pour la jeune fille, les parents et les deux plus jeunes.

Les parents de Claire essaient de l'aider


"Mon mari n’acceptait pas la transformation de sa fille adorée, c’étaient des motifs constants de disputes dans notre couple. " Samia comprend que cette crise d’adolescence est "normale" ; elle essaye de temporiser et de s’interposer entre son mari et sa fille. "Je faisais le dos rond, en essayant d’expliquer que tout cela n’était pas si grave, je savais que cela passerait, parce que tout passe ! C’est normal, après tout."

Malgré tout, l’amélioration peine à se concrétiser. Samia tâtonne, hésite entre les menaces, les encouragements et les mises en garde. Elle surveille de près les allers et venues et les fréquentations de sa fille. Le père, quant à lui, se montre plus radical. Pendant les week-ends, il impose à Claire des révisions, en mathématiques surtout. Père et fille ne parviennent plus à communiquer. Lorsqu’ils échangent, ils ne parlent pas : ils étudient et se font la tête.

"J’étais dans un bras de fer avec mes parents, surtout avec mon père, qui me disait constamment que le travail devait toujours passer avant les amis, raconte Claire. Moi, je trouvais ça injuste, je voyais la mère de ma meilleure amie qui lui laissait plus de liberté et ça ne l’empêchait pas d’assurer le minimum au collège."

"Claire s’est mise au travail, mais à quel prix ?"


"Nous avons terminé l’année scolaire épuisés, se souvient Samia. Je ne sais pas si nous avons bien fait ou pas. J’ignore ce qu’il reste de toute cette bagarre. Certes, Claire s’est mise au travail, c’est vrai. Mais à quel prix ? Et si nous avions fait autrement, en lui donnant plus d’espace et plus de liberté par exemple, aurait-elle eu les mêmes résultats ? Je pense que oui, sincèrement."

Les conclusions du dernier conseil de classe de troisième ne sont pas si mauvaises – Claire obtient quand même un 13 de moyenne générale – mais les enseignants évoquent encore un "gâchis". Le principal écrit : "Réagissez l’année prochaine, vous pouvez mieux faire !" Claire est acceptée en seconde générale.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Comment aider mon ado à trouver sa voie", par Brigitte Calame.



Sommaire du dossier
Retour au dossier Virginie : l’incapacité à gérer ses études quand la famille va mal Virginie : démotivation au lycée, l’appui des professionnels pour "raccrocher avec l’école" Virginie : décrochage au lycée, les solutions quand ça ne va pas fort à la maison Claire, la rébellion de l’enfant modèle. Le rejet face à une pression parentale trop forte Claire : une enfance calme et une scolarité irréprochable Claire : en début de troisième, la rébellion Claire : une crise d’adolescence qui entraîne une baisse des résultats scolaires Claire : faire face au décrochage scolaire, une tâche difficile pour les parents Claire : en seconde, le déclic Décrypter le cas de Claire