1. Virginie : démotivation au lycée, l’appui des professionnels pour "raccrocher avec l’école"
Portrait

Virginie : démotivation au lycée, l’appui des professionnels pour "raccrocher avec l’école"

Envoyer cet article à un ami

Démotivation, chute des notes, conflits relationnels… face à ces difficultés rencontrées par de plus en plus de jeunes, les parents sont souvent démunis. À partir de cas réels d'adolescents en souffrance scolaire, Maria Poblete, journaliste, propose des solutions concrètes dans son ouvrage "Comment mettre mon ado au travail" (Ed. l’Etudiant). Interview et extraits.

Virginie semble être en dessous de ses capacités. Cette adolescente de 16 ans et demi ne peut pas s’occuper de ses études. Elle utilise son énergie à lutter contre ses angoisses dans un cadre familial peu structurant. Consulter et s’appuyer sur des professionnels est une solution.


L’intervention des parents délégués

Ils sont deux, un homme et une femme, parents délégués de la classe. Parents d’amis de Virginie, ils ont entendu évoquer sa situation familiale et scolaire difficile. Ils mènent leur investigation auprès de leurs propres enfants et décident de mettre les pieds "dans le plat".

Virginie est en souffrance, il faut lui laisser sa chance. Ils évoquent son cas avec la professeure principale, lors d’un préconseil, le jour même. Ils demandent que soient évoqués, en huis clos auquel n’assistent ni les parents délégués ni les élèves délégués, les soucis de l’adolescente, afin de limiter les commentaires qui pourraient la blesser s’ils étaient rapportés par les élèves délégués.

"Je ne l’ai su que bien après, précise Corinne. Mais cela a fonctionné parce que ce qui s’est dit ensuite pendant le conseil, et surtout l’appréciation du proviseur en bas du bulletin scolaire, n’étaient pas si terribles. Alors que, franchement, s’ils n’avaient pas eu connaissance de son état psychologique, je suis certaine qu’ils l’auraient sacquée, ils lui auraient même peut-être mis un avertissement de travail."
L’équipe pédagogique est confiante et patiente. Tout le monde attend que la jeune fille passe à une autre étape, et soit éventuellement suivie par un thérapeute. Mais ils comptent sur un électrochoc, une remise au travail certaine. "Ce qui m’a sauvée, c’est qu’ils ne m’ont pas condamnée tout de suite, raconte Virginie. Ils savaient que j’avais du mal à me concentrer parce que j’avais trop de choses dans la tête."


Réfléchir sur soi et avancer

À la fin de la première séance avec le psychologue, Corinne sent sa fille littéralement flotter à côté d’elle. "On aurait dit qu’elle glissait, qu’elle avançait à quelques centimètres du sol, elle était tellement soulagée d’avoir posé son baluchon, je pense qu’il commençait à peser trop lourd…"
De ces séances hebdomadaires, Corinne ne saura rien, à part qu’il est question de la vie en général, pas de l’école en particulier. Mais la mère sait que cette prise en charge permet à sa fille de souffler, de parler, et enfin de ne pas être cataloguée "en échec" au lycée. Les difficultés momentanées sont simplement liées à un manque de concentration. Une dizaine de séances seront suffisantes pour que Virginie commence à aller mieux.
Parallèlement, elle accepte de s’inscrire à un cours de danse africaine, le samedi après-midi. Elle se défoule et évacue le stress de la semaine, mais pas seulement. "Le samedi matin, je devais faire mes devoirs, je m’étais engagée avec ma mère là-dessus, alors la danse, c’était un peu ma récréation et ma récompense. Et quand tout roulait vraiment comme sur des roulettes, j’avais même de temps en temps le droit de sortir avec mes copains en soirée !"
La fin de la classe de seconde n’est pas brillante, mais les efforts sont constants et les progrès sont soulignés par les enseignants. Aujourd’hui en première littéraire, Virginie reprend goût aux études. Elle "gère" ses parents et tente de ne pas "se prendre la tête" avec leurs soucis.
 

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Comment aider mon ado à trouver sa voie", par Brigitte Calame.



Sommaire du dossier
Retour au dossier Virginie : l’incapacité à gérer ses études quand la famille va mal Virginie : démotivation au lycée, l’appui des professionnels pour "raccrocher avec l’école" Virginie : décrochage au lycée, les solutions quand ça ne va pas fort à la maison Claire, la rébellion de l’enfant modèle. Le rejet face à une pression parentale trop forte Claire : une enfance calme et une scolarité irréprochable Claire : en début de troisième, la rébellion Claire : une crise d’adolescence qui entraîne une baisse des résultats scolaires Claire : faire face au décrochage scolaire, une tâche difficile pour les parents Claire : en seconde, le déclic Décrypter le cas de Claire