1. Classement des collèges 2019 : quels critères pour comparer ?
Bancs d’essai

Classement des collèges 2019 : quels critères pour comparer ?

Envoyer cet article à un ami
Divers critères sont à prendre en compte pour évaluer son collège. // © Adobe Stock/vectorfusionart
Divers critères sont à prendre en compte pour évaluer son collège. // © Adobe Stock/vectorfusionart

Taux de réussite au brevet, part de mentions mais aussi implication des profs ou dispositifs de soutien... Un "bon" collège, c'est un savant mélange d'indicateurs chiffrés ou non. À l'occasion de la publication du classement 2019 des collèges de l'Etudiant, on fait le point.

Qu'est-ce qu'un "bon collège" ? Si le taux de réussite au brevet est un indicateur, il n'est pas le seul critère à prendre en compte…

1– Le taux de réussite au brevet

Certains principaux ou professeurs de collège n’hésitent pas balayer d’un revers de main le taux de réussite au brevet comme critère pertinent pour bien choisir son établissement. C’est sans doute aller un peu vite en besogne. Ce taux est le premier indicateur à regarder de près, en prenant soin de prendre en compte les données sur plusieurs années pour obtenir une tendance. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle notre classement 2019 – basé sur les résultats au DNB (diplôme national du brevet) – est calculé sur la période 2016–2018.

Par ailleurs, d’après notre classement, les meilleurs collèges en terme de réussite sont en grande majorité des établissements privés. Si vous deviez ne prendre en compte que ce critère à un temps T, il faudrait prendre le chemin du privé immédiatement ! "Ce qui importe ce n’est pas qu’on ait atteint 88 % de réussite au brevet en 2018, mais plutôt le fait qu’on ait progressé de 20 points depuis 2010", remarque Dominique Arrous, le principal du collège (public) Eugène-le-Roy à Bergerac (Dordogne).

Enfin, la réforme du brevet appliquée depuis 2017, qui prévoit la prise en compte des évaluations de compétences tout au long de l’année, a probablement "gonflé" un peu artificiellement les résultats nationaux. "La nouvelle formule du DNB sur 700 points de 2017 a eu un effet booster sur les résultats. Avec la notation sur 800 points en 2018, les résultats nationaux ont un peu baissé", analyse Fatima Pirès, la principale du collège Jean-Jacques Rousseau à Argenteuil (Val d’Oise).

2 – Le nombre de mentions

C’est un peu comme pour le taux de réussite : ce critère est intéressant mais il faut l'étudier sur une période de plusieurs années pour qu’il soit significatif. Selon notre classement, sur un peu plus de 6.900 collèges, près des deux tiers des élèves qui ont obtenu leur brevet sur la période 2016–2018 l’ont eu avec une mention. Taux de réussite élevé et part importante de mentions sont corrélés.

Exemple au collège Hector-Berlioz de Vincennes, où les deux critères vont de pair : "Nous sommes à quasiment 100 % de réussite avec un taux de mention très élevé, supérieur à 90 %", explique Florian Drenne, professeur d’histoire-géographie dans cet établissement public. Les taux (de réussite ou de mention) les plus élevés se retrouvent le plus souvent dans les collèges accueillant des enfants de familles aisées. Un critère socialement discriminant à prendre avec des pincettes.

Lire aussi : Le classement des collèges 2019
Comment faire pour changer de collège ?

3 – L’implication de l’équipe pédagogique

On arrive au "non chiffrable". Difficile de savoir avant l'inscription dans un collège si l’équipe pédagogique sera soudée, collaborative dans son fonctionnement, portée par des projets communs. Dans ce domaine, le "bouche-à-oreille" fonctionne bien, et pourquoi pas un entretien avec la(le) principal(e) pour se faire une idée.

"Ce qui est primordial, c’est la façon dont fonctionne le professeur principal, comment il organise le contact avec les familles, s'il implique les parents en mode co-éducation et comment il parvient à gérer les relations entre les différents professeurs", explique Jean-Christophe Avet, principal du collège Clairs-Soleils à Besançon (Doubs).

Cette cohésion d’équipe sera essentielle pour déployer dans de bonnes conditions les outils anti-décrocheurs, comme le dispositif "Devoirs faits". Créé en 2017, ce dispositif prévoit une aide aux devoirs pour les élèves en difficulté par un à deux professeurs. De même, seule une bonne cohésion de l’équipe de profs permet de mettre en place un programme personnalisé de réussite éducative pour les élèves qui ont besoin de soutien.

Lire aussi : Collège : j'ai testé Jules, l’assistant virtuel aux devoirs "grave sympa"

4 – Des outils pédagogiques pour transmettre le "savoir-être"

Le savoir-être, ce n’est pas seulement pour les élèves ingénieurs ou en écoles de commerce ! "Nos élèves changent beaucoup. Il faut aujourd’hui leur donner du sens par rapport à la mission que nous assurons et pas seulement un socle de connaissances… qu’ils peuvent parfois obtenir en trois clics sur Internet", lance Carine Pellegrin, la principale du collège Cécile-Sorel de Mériel (Val d’Oise).

Favoriser l’ouverture aux autres, à la sensibilisation à certaines situations, comme le handicap, font aussi partie des éléments d’excellence d’un collège. "Cela jouera plus tard sur l’insertion sociale et professionnelle", ajoute la principale. Et de citer en exemple la semaine du handicap qui s’est déroulée en mai. Les élèves ont été sensibilisés à plusieurs formes d’invalidités, autismes, malvoyances, surdités, etc.

Les sorties ou les voyages jouent bien souvent un rôle important quand l’ambiance de la classe est un peu tendue. "J’ai vu des élèves se remotiver après un voyage", note Florian Drenne. Naturellement, le travail en petits groupes, quand il est dirigé par un professeur, peut faciliter l’acquisition de connaissances et le savoir-être. Il ne faut pas hésiter à poser des questions sur ce sujet : combien de fois dans l’année un travail de groupe est prévu, comment il est organisé, puis évalué, etc.

Lire aussi : Comment faire pour changer de collège ?

5 – L’ambiance au collège

C’est du domaine de l’impalpable pour les statisticiens. Y-a-t-il des problèmes de délinquance à l’intérieur ou à la sortie du collège ? De harcèlement ? Quelle ambiance générale règne dans le collège ? Le fait d’être situé en banlieue dite "difficile" ne veut en soi pas dire grand-chose. "Notre public appartient clairement aux CSP peu favorisées et pourtant nous avons très peu de phénomènes de bandes ou de violence", confirme Fatima Pirès. Son secret : l’utilisation systématique de toutes les aides proposées par la municipalité ou le département du Val-d’Oise sur des domaines comme l’accès à la cantine, le transport, les vêtements.

Concernant la lutte contre le harcèlement, notamment via les réseaux sociaux, quel est le nombre professeurs formés à la méthode Pikas ? C’est un bon indicateur de l’implication de l’établissement sur ce délicat sujet.

BREVET 2019 : DÉCOUVREZ SI VOUS AVEZ RÉUSSI LE JOUR J

Les corrigés du brevet 2019 dès le jour des épreuves
Reçu ou pas ? Mention ou pas ? Les résultats du brevet 2019 sur letudiant.fr