Coronavirus : le masque fait maison n'est plus autorisé au sein des collèges et lycées

Par Clément Rocher, publié le 09 Février 2021
2 min

Le ministère de l’Éducation nationale a fait évoluer son protocole sanitaire pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Désormais, seuls les masques en tissu de catégorie 1 et les masques chirurgicaux sont autorisés.

Cette mesure était annoncée depuis une semaine : depuis le lundi 8 février, le port d'un masque fait maison dans l'enceinte de votre collège ou de votre lycée n'est plus accepté. Collégiens, lycéens et personnels des établissements : tout le monde est concerné par cette nouvelle mesure appliquée également à partir de 6 ans dans les écoles élémentaires.

Seuls les masques en tissu de catégorie 1 et les masques chirurgicaux sont désormais autorisés selon le nouveau protocole sanitaire instauré par le ministère de l’Éducation nationale.

Le niveau de protection apporté par un masque fait maison (de catégorie 2) n'est plus considéré comme suffisant pour éviter la contamination alors que le masque de catégorie 1 filtre plus de 90% des particules.

Lire aussi

Limiter les risques de contamination

"Il appartient aux parents de fournir des masques à leurs enfants. Le ministère dote chaque école, collège et lycée en masques "grand public" de catégorie 1 afin qu’ils puissent être fournis aux élèves qui n’en disposeraient pas", peut-on lire sur le site du ministère de l’Éducation nationale.

Certaines collectivités se sont organisées pour distribuer un masque aux élèves à partir de cette semaine.

Cette nouvelle directive est entrée en vigueur depuis le 1er février sur l'ensemble du territoire. Mais la mesure n'est mise en pratique que depuis le lundi 8 février. Un délai avait été annoncé afin que les élèves et les familles prennent leur précaution. L'objectif est de limiter les risques de contaminations au sein des établissements scolaires alors même que de nouveaux variants du virus se propagent dans le pays.

Lire aussi

Articles les plus lus Collège

A la Une Collège

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road