1. Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants"

Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants"

Envoyer cet article à un ami

Régulièrement, le pédopsychiatre Marcel Rufo vous donne des conseils sous la forme d’un courrier au petit-fils ou à la petite-fille que vous pourriez être pour lui.

Ta mère vient de m’apprendre cette bonne nouvelle : je vais être arrière-grand-père. Fichtre ! Dans un premier temps, cela a fait ressurgir mon passé. Je n’ai eu qu’une grand-mère, une originale, puissante et fabuleuse cuisinière (j’ai encore dans la bouche la saveur de ses moules farcies).

Pour nous tous, nos arrière-grands-parents se résument à quelques anecdotes, à quelques photos jaunies. Pour moi, c’est la figure de Biaggi, père de Clemente, le grand-père que je n’ai pas connu et qui, d’après la légende familiale, était le seul qui savait lire dans le village des Abruzzes, berceau de nos origines.

Très vite, je me suis posé la question de mon investissement vis-à-vis de cet enfant, mon arrière-petit-fils. Mon maître, Michel Soulé, disparu hélas en début d’année, me confiait, lors de notre dernière rencontre, que l’on a peu étudié la relation entre arrière-petits-enfants et arrière-grands-parents mais qu’il fallait se presser, car, avec le recul de la première maternité (autour de 30 ans), les arrière-grands-parents sont une espèce en voie de disparition. J’ai le souvenir d’un couple d’amis qui, dans les premières années d’université, avaient une fille. Cela nous sidérait, nous paraissait étrange et bien loin de nos préoccupations d’étudiants : la carrière et la construction de soi étaient, pour nous, prioritaires. Et voilà que toi, en deuxième année de sociologie, tu vas avoir un petit garçon.

Mais le plus intéressant, c’est ta position immédiatement militante. Tu t’organises pour qu’il y ait des crèches dans toutes les facultés afin que les filles puissent poursuivre leurs études. Génial ! Je me souviens d’un lycée à Ajaccio qui en avait une en son sein. D’une autre, en Guyane qui allait mettre en place un accueil pour les collégiennes, déjà mamans.

La parité est aussi de permettre aux filles de suivre les mêmes parcours universitaires que les garçons tout en étant de jeunes mamans.
Voilà la clé de la survie des arrière-grands-parents. L’arrivée d’un enfant est le médicament générique anti-nostalgie.

Ton grand-père ému


Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5, du lundi au vendredi, à 9h55.


Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"