1. Marcel Rufo : l’internat

Marcel Rufo : l’internat

Envoyer cet article à un ami

Régulièrement, le pédopsychiatre Marcel Rufo vous donne des conseils sous la forme d’un courrier au petit-fils ou à la petite-fille que vous pourriez être pour lui.

marcel rufoTu m’as téléphoné hier soir pour me demander d’habiter chez moi car cela ne va plus avec tes parents. Tu me dis que tu as beaucoup de mal à travailler, à te concentrer, et que ta mère ne te comprend pas, pendant que ton père prend des distances, ce que tu considères comme un mépris.

Comble de tout, il ne parle même plus de rugby avec toi, ce qui était depuis toujours un sujet de complicité. Je suis fier de la confiance que tu accordes à ton vieux grand-père, qui peut représenter un repli, une tanière pour toi.

Mais je vais refuser ta demande, et je te dois une justification. D’abord, il n’est pas impossible qu’au bout de quelques semaines je reprenne le discours de ta mère et que, comme ton père, je m’écarte un peu, et ta déception distendra le lien affectif si fort qui nous unit et que je ne veux pas abîmer. Je préfère que tu essaies un internat, ce dont ont parlé tes parents.

Ne crois pas que ce soit une excuse, un abandon. C’est plutôt une seconde chance de réussir, de trans­former une difficulté en force. Tu sais, moi-même, j’ai été envoyé en internat, un peu plus jeune que toi, mais sans doute pour les mêmes raisons. À l’époque, c’était plutôt comme dans ce beau livre de Robert Musil, les Désarrois de l’élève Törless.

L’internat d’aujourd’hui est bien différent, et ressemble davantage à un Club Med : va voir et décide-toi. Une dernière confidence pour te convaincre : je me suis fait, à l’internat, des amis qui m’ont accompagné toute ma vie. José, le pêcheur de langoustes de Balagne, qui t’a amené "sarper" les filets quand tu étais petit, les restaurateurs à Cassis, avec leurs plateaux d’oursins qu’on déguste avec un verre de vin blanc. Pars à la conquête de ton avenir et des amis que tu y rencontreras. Considère mon refus comme un vrai signe d’affection et sache que je reste ton supporter numéro un.

Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5 du lundi au vendredi à 10h00, et sur letudiant.fr
Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"