1. Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible"

Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible"

Envoyer cet article à un ami
Il faudrait que le président de la République désigne une ou un représentant(e) chargé(e) de la Jeunesse. Ce serait un lien décisif, interministériel entre l’Éducation nationale, l’Enfance, la Culture, la Justice et une flopée d’autres ministères. Si je vous dis cela, mes chers petits, c’est que vous avez été particulièrement pénibles lors de cette rentrée. Ta sœur, toujours passionnelle, était très remontée contre ta grève, celle des internes des hôpitaux. Elle te traitait d’"enfant gâté", tu lui opposais la masse de travail, de présence dans les services hospitaliers. Elle rétorquait qu’elle doit, elle, faire du baby-sitting ou assurer des nuits de gardienne dans des hôtels pendant que tu es payé pour apprendre ton métier. J’écoutais, comme d’habitude, vos arguments, et je n’arrivais pas à jouer mon rôle de médiateur.

Essayons, malgré tout, pour comprendre les critiques, "de ne pas vouloir le beurre et l’argent du beurre". Les internes disent qu’ils font dix ans d’études, mais un doctorant en lettres classiques fait la même chose et doit survivre, lui, de petits boulots. Ils veulent aussi garder la liberté du lieu d’installation, pour ceux qui ne resteront pas dans le service public, et défendent une médecine libérale où le choix du patient est possible. Le prix d’inscription annuel de leur formation à la faculté est une goutte d’eau par rapport à ce que coûte une année de médecine de l’autre côté de l’Atlantique. Quand l’État paie, il faut aussi qu’il soit payé en retour. Proposer un temps d’installation dans le périmètre géographique des universités formatrices relancerait la grève des internes des hôpitaux.

Pour qu’une revendication réussisse, il faut qu’elle soit admise par le plus grand nombre. La force, ici, consiste dans le fait que la médecine traite de la vie et de la mort, chose qui malheureusement nous concerne tous et toutes. C’est la noblesse de le savoir pour ne pas s’en servir.

Ta sœur vient encore de m’appeler en disant que je tourne "autour du pot". Elle est rude, l’artiste ! Comme ce week-end vous venez me voir ensemble pour débattre en direct avec moi, je vous propose un super petit déjeuner : des jus de fruits pressés, des confitures des fruits du jardin et en plus, je tartine…
 
Votre grand-père médiateur

 

Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5, du lundi au vendredi, à 9h55.

 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"