1. Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours"

Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours"

Envoyer cet article à un ami

Régulièrement, le pédopsychiatre Marcel Rufo vous donne des conseils sous la forme d’un courrier au petit-fils ou à la petite-fille que vous pourriez être pour lui.

Revoilà ton grand-père en cette nouvelle rentrée universitaire. Tu m’as beaucoup évité cet été, et j’ai eu l’impression que nous avions pas mal perdu en complicité. Même lors de la fête du village, où nous jouons habituellement tous les deux de la mandoline, tu ne me souriais pas, et mes accords, de ce fait, étaient un peu plus tristes. C’est vrai que tu as échoué en 1ère année de médecine l’année dernière, avec 13,8 de moyenne ! Sacrée sélection, et tu ne peux plus recommencer. Les portes se sont refermées de justesse, par un trou de souris, t’interdisant ton ambition de carrière.

Marcel RufoTu fuyais un peu le contact, tu étais maussade et très à fleur de peau, notamment dans les faits de la vie quotidienne : impossible de te demander de tuteurer les plans de tomates, et les mirabelles ne t’ont pas intéressé, alors que tu nous imposais, les autres années, des tartes à répétition. Tu étais aussi très en dehors du groupe qui, pourtant, ne te parlait pas de ton échec. Tu n’as pas participé au concours de cartes et de boules où auparavant tu fus si souvent vainqueur.

Moi, ton grand-père, j’étais là, disponible, inutile. J’ai perçu plusieurs fois de la tristesse dans ton regard mais n’ai pas vraiment réussi à nouer le contact. Alors je t’écris. Je sais que tu t’es inscrit en licence de psychologie, tu seras donc psychologue et non psychiatre. Mais il y a tant de choses communes entre ces deux disciplines. Le soin par la parole est un des dénominateurs communs et puis, un de mes amis m’a confié qu’il a mis longtemps à guérir de la médecine pour devenir véritablement soignant au niveau psychique.

Un fameux psychanalyste, René Diatkine, proposait il y a longtemps cet aphorisme : "Tant que l’on n’a pas renoncé à guérir, on risque toujours d’en vouloir à celui qui ne se laisse pas soigner." Donc tu as pris sans doute de l’avance en faisant psychologie. En outre, tu continues dans ta voie, dans ton désir de soulager des personnes. Ne rentre pas à la faculté avec un sentiment d’échec, de repli. Pars heureux vers cette belle nouvelle aventure et vers ta future carrière. Tout se rejoue toujours, et l’année prochaine les tomates seront belles et ton grand-père toujours aussi vaillant à la mandoline.

Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5 du lundi au vendredi à 9h55 et sur letudiant.fr.


Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"