1. Marcel Rufo : "Vacances humanitaires"

Marcel Rufo : "Vacances humanitaires"

Envoyer cet article à un ami

Régulièrement, le pédopsychiatre Marcel Rufo vous donne des conseils sous la forme d’un courrier au petit-fils ou à la petite-fille que vous pourriez être pour lui.

Ton courriel, mon cher petit, m’a enthousiasmé. Tu m’annonces que vous allez mettre en place une association d’étudiants en médecine pour organiser des missions humanitaires. Tu connais, par ailleurs, ma relation amicale avec Maud Fontenoy, et je lui ai dit que je te parlerai de son expédition actuelle à Madagascar. Elle me confiait par SMS : "Il y a tant à faire ici... je suis dans une école où les enfants sont 70 par classe de 10m2. Les cahiers sont des planches en bois. Nous leur avons apporté des livres et des vêtements... " Cela donne envie d’y aller, d’aider et de participer au mieux-être de ce pays si dépourvu de moyens. Belle façon par l’action d’éloigner nos sentiments pessimistes de nantis craintifs.

Je t’ai raconté que je m’étais moi-même rendu dans le sud malgache, il y a une vingtaine d’années, du côté de Fort-Dauphin ; j’y avais croisé des travailleurs sociaux, en nombre microscopique, mais remplis de talents. L’occasion est belle de t’inciter à finir le travail. On peut apporter là-bas des vaccins, la polio frappe encore ; on peut nettoyer, panser des plaies. Il ne faudra pas oublier d’écouter les légendes de la population pour comprendre que ce sont les cousines des nôtres.

L’humanitaire enrichit celui qui le pratique. Mais ne négligeons pas non plus les quartiers défavorisés qui entourent ta belle faculté. Il ne faut pas que seul l’exotisme propulse l’envie de proximité et de rencontres. Je pense qu’avec ton association, vous avez déjà préparé des actions qui, tout au long de l’année, avec les professeurs des écoles, les éducateurs spécialisés de votre âge, enrichiront les connaissances des enfants dont ils ont la charge.

Car l’avenir, c’est toi, c’est vous, c’est la jeunesse et ses projets. Tu m’as encore une fois mis en joie, mon petit ; tu m’as permis de réactualiser de jolis souvenirs enfouis. Je vais parler de ton association à tous mes amis, qui évoqueront leurs propres aventures. Je le dirai aussi à Maud et j’attends, avec une furieuse impatience la suite et le récit de tes missions, de tes vacances humanitaires.
 
Ton grand-père admiratif
 
Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5, du lundi au vendredi, à 9h55.

 
Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"