1. Marcel Rufo : Vive l’histoire !

Marcel Rufo : Vive l’histoire !

Envoyer cet article à un ami

Régulièrement, le pédopsychiatre Marcel Rufo vous donne des conseils sous la forme d’un courrier au petit-fils ou à la petite-fille que vous pourriez être pour lui.

D’habitude, quand Richard Descoings, le maître de la Rue-Saint-Guillaume – Sciences po Paris –, propose une réforme, je suis souvent épaté, toujours séduit. D’ailleurs, tout le monde adhère et on applaudit l’artiste. Cette fois, son explication sur l’histoire, enseignée en classe de 1ère, mais plus en terminale S, me semble le signe d’une méconnaissance étonnante du fonc­tionnement des adolescents.

Marcel Rufo vive l'histoireÀ cette belle époque de votre vie, c’est l’âge des choix, des changements de cap et de l’importance des décisions prises en groupe d’amis. Certains ont des désirs précis : ils veulent être chirurgien, boulanger-pâtissier, avocat ou pilote. Mais le plus souvent les ados flottent, hésitent : un mois ceci, un autre mois cela… Après le collège unique, la crainte serait donc le lycée unique. Pourtant, on sait qu’à l’adolescence, c’est la vie au présent, le passé ennuie (tiens, voilà une justification un peu facile pour justifier la suppression de l’histoire en terminale S). Mais on sait aussi que le futur inquiète : que vais-je devenir ? Aurai-je une vie aussi belle que celle de mes parents (quand on les admire) ? Ou faut-il, par mon parcours, que je réalise leurs ambitions secrètes et non concrétisées ? Il faut sans doute leur laisser un espace plus ouvert, et pour l’instant la terminale S semble bien répondre à cela. Peut-être qu’un jour, en médecine par exemple, le 5ème des étudiants proviendra de la section lettres ? La psychiatrie, la médecine générale et toutes disciplines en seront enrichies.

Suivons donc Benjamin Stora, dont les propos sont lumineux. Cet historien regrette la disparition du français en terminale et redoute qu’un jour on s’en prenne à la philosophie. La polémique peut paraître superfétatoire, mais défendre l’histoire, c’est tenir bon sur un arbre de vie qui nous permet un avenir. Certains et certaines n’ont jamais aimé apprendre par cœur les cours d’histoire, d’autres cherchent l’explication des peintures murales récemment découvertes à Pompéi, qui représentent des nains, d’autres encore rêvent de déchiffrer l’écriture étrusque. Comment mieux se protéger du nazisme et de la tyrannie que par la précision historique de ces faits d’inhumanité ?

Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5 tous les jours de la semaine à 10h05 et sur letudiant.fr.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"