1. Un semestre à l’étranger au collège : comment préparer votre départ
Coaching

Un semestre à l’étranger au collège : comment préparer votre départ

Envoyer cet article à un ami
Votre voyage sera une réussite s'il est bien préparé. // © Fotolia
Votre voyage sera une réussite s'il est bien préparé. // © Fotolia

Partir plusieurs mois à l’étranger à l’âge du collège ne se décide pas au dernier moment au risque de faire capoter la belle aventure.

Un projet à mûrir

Que l’on décide de partir en 6e ou en 3e, se sentir prêt est essentiel. En témoigne la mésaventure de Gaëtan, racontée par la mère de son meilleur ami : “Ses parents ont vu notre fils rentrer d’un séjour d’un trimestre en fin de 6e d’Angleterre très à l’aise en anglais, grandi et enchanté de son expérience. Deux mois plus tard, ils ont envoyé leur fils dans un collège anglais. Mal préparé, Gaëtan n’a pas supporté la séparation, au point que ses parents ont dû aller le chercher.” La responsable des séjours longue durée à l’Office (1), confirme : “Une telle aventure se prépare. Il faut commencer à y réfléchir sérieusement environ un an avant la date prévue du départ.” 

S’adresser aux bons organismes

Les institutions et les associations qui organisent ce type de séjours ne manquent pas. Le mieux est de consulter le site de l’Office : vous y trouverez la liste des organismes agréés et contrôlés par l’association. L'Office bénéficie du soutien du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Il est agréé en tant qu'"association de jeunesse et d’éducation populaire" par le ministère.

Au moment de faire votre choix, soyez très attentif au budget qui varie considérablement d’un organisme à l’autre. En moyenne, il faut compter entre 4.000 et 8.000 €, hors transport, selon la formule retenue : logement à l’internat du collège ou en famille.

Renseignez-vous également auprès de votre mairie. Certaines d'entre elles organisent des échanges de longue durée, dans le cadre d’un programme de jumelage par exemple. L’avantage ? Cette formule est souvent moins onéreuse. L’inconvénient : en cas de problème sur place (difficultés dans la famille d’accueil, incompatibilité d’humeur avec le correspondant), il est généralement plus difficile de trouver une solution que lorsque le séjour a été organisé par une association qui a des correspondants sur place et un réseau de familles susceptibles d’accueillir des jeunes au pied levé.

Anticipez pour éviter le coup de blues

Que vous optiez pour un séjour en famille ou en internat (lire notre article suivant), dites-vous bien que "les premiers jours seront sans doute difficiles”, met en garde l'Office. Confronté à un environnement complètement nouveau, il est normal d’éprouver le mal du pays : autre langue (c’est fatigant de devoir se concentrer en permanence pour comprendre et s’exprimer dans une langue étrangère !), autres mœurs et coutumes… De quoi se sentir peu à son aise au départ, même quand on se faisait une fête de quitter parents, frères, sœurs, collège et copains.

Pendant cette période d’adaptation, “qui dure généralement une dizaine de jours”, la responsable des séjours longue durée de l’Office, conseille aux parents et aux jeunes de ne pas communiquer au risque de donner trop d’importance à “ce qui doit rester un petit coup de blues transitoire”. Vous finirez bien par trouver vos marques, a fortiori si vous vous êtes bien préparé au changement. Pour ce faire, tout au long de l’année qui précède votre départ, renseignez-vous sur la culture du pays dans lequel vous comptez vous rendre : us et coutumes, religions, alimentation… Pourquoi ne pas commencer à manger local, histoire de ne pas être trop dépaysé sur place ?

Si vous êtes logé en famille, correspondez avec elle avant votre départ. Posez un maximum de questions, demandez à ce que l’on vous raconte une journée type, réclamez des photos. Cherchez également à rencontrer des collégiens qui ont vécu la même expérience pour qu’ils vous racontent leur vécu. Vous pouvez interroger l’institution organisatrice ou directement le collège pour connaître leurs coordonnées selon la formule que vous avez retenue.

Le retour, ça se prépare aussi !

Et au retour, en France, ça se passe comment ? Le collège voit-il d’un bon œil votre escapade ? Conditionne-t-il votre départ à des cours de remise à niveau à votre retour, voire à un redoublement ? Autant de points qu’il vous faudra aborder avec le principal du collège avant de partir, car il n’existe pas de règle en la matière.

En effet, certains établissements exigent des élèves qu’ils rattrapent les cours dans les matières principales via Internet ou le site du collège. C’est ce qui s’est passé pour Adèle, qui a suivi à distance l’essentiel du programme de 4e. “Comme en Allemagne la classe se termine de bonne heure, j’avais largement le temps chaque soir après la classe de récupérer les cours de mes copains restés en France ”,  se souvient la jeune fille qui oublie néanmoins de préciser qu’elle est une excellente élève. Sacha, lui, a complètement décroché avec le système français pendant 3 mois. “Du coup, au cours de l’été qui a suivi mon retour j’ai repris le programme de maths du dernier trimestre de 6e. Ce n’était pas très marrant mais pas insurmontable non plus”, reconnaît le jeune homme, bon élève lui aussi.

Quelle que soit la formule que vous retiendrez et le moment où vous partirez, pensez à en informer l’établissement suffisamment longtemps à l’avance. Lors d’un rendez-vous que vous aurez sollicité auprès du principal du collège, vous lui exposerez vos motivations et ce que vous comptez mettre en place pour pallier le retard que vous aurez pris au cours de votre absence.

(1) L'Office national de garantie des séjours linguistiques et des voyages est une association reconnue par le ministère des Sports et de la Jeunesse qui regroupe 38 organismes de séjours linguistiques.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Un semestre à l’étranger au collège : une expérience "tout bénef" Un semestre à l’étranger au collège : êtes-vous le candidat idéal au départ ? Un semestre à l’étranger au collège : comment préparer votre départ Un semestre à l’étranger pendant le collège : logement en famille ou en internat ?