Newsletter

L'allongement des cursus en journalisme se confirme avec le nouveau bac +5 à Tours

Mersiha Nezic
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'EPJT (École publique de journalisme de Tours) a accueilli ses premiers étudiants en M1 en septembre 2018.
L'EPJT (École publique de journalisme de Tours) a accueilli ses premiers étudiants en M1 en septembre 2018. // ©  EPJT
Les formations de journalisme reconnues par la CPNEJ (Commission paritaire nationale de l’emploi des journalistes) sont en majorité des masters professionnels accessibles à bac+3. Après plus de 50 ans de formation au niveau bac+2, puis bac+3, l’école publique de journalisme de Tours délivrera un diplôme de master en deux ans, à compter de l'année universitaire 2019-2020. Une tendance générale des formations au journalisme qui prête à interrogation.

Aligner les formations au journalisme reconnues par la profession au niveau bac+5, une tendance qui se confirme… L’EPJT (École publique de journalisme de Tours) va ainsi délivrer ses premiers diplômes de master à compter de juin 2020. Le DUT, l’année spéciale et la licence professionnelle ne feront donc plus partie des formations assurées dans l'établissement, comme cela a été le cas pendant un demi-siècle.

Trente-six étudiants, recrutés à bac+3 et qui ont intégré l’école à la rentrée 2018, en sortiront diplômés l’année prochaine à l’issue de ce cursus de deux ans. Un changement de taille pour l’établissement. Car, nombre de rédacteurs en chef qui accueillaient les étudiants de Tours en stage les trouvaient trop jeunes. En revanche, explique l’école publique de Tours, du côté de la CPNEJ (Commission paritaire nationale de l’emploi des journalistes), l’organisme, composé de représentants du monde professionnel et des syndicats de journalistes, qui détermine les formations "reconnues" par la profession, on s'est légitimement posé la question sur la pertinence de ce choix.

Mais "les étudiants eux-mêmes ne se sentaient pas prêts pour le monde du travail, à 20 ans", affirme Laurent Bigot, enseignant à l’école de Tours, dont il assurera la direction à partir de la rentrée 2019. "Certains de nos diplômés complètent leur cursus en sortie d’école de journalisme par un master plus académique, en relations internationales par exemple, explique-t-il. C’est dommage pour un cursus professionnalisant."

"Une surenchère regrettable"

Parmi les quatorze écoles de journalisme reconnues, seules deux d’entre elles, l’IUT de Cannes et l’IUT de Lannion, proposent encore aujourd’hui un DUT info-com option journalisme, accessible directement après le bac. Le bac+5 devient ainsi quasiment un niveau de formation "obligatoire". "Une surenchère regrettable", selon Marc Capelle, ancien formateur et ancien directeur de l’ESJ (École supérieure de journalisme) de Lille, puis de l’ESJ pro, la filière formation continue de l’école lilloise.

"Est-il bien raisonnable d’infliger au minimum cinq ans d’études à des jeunes dont beaucoup vont ensuite galérer pendant des années, de CDD en piges, de piges en chômage, pour gagner le Smic ou à peine plus ?, s’interroge Marc Capelle. Et que dire de ceux qui, de facto, vont effectuer un travail très moyennement intéressant, dans des médias sans épaisseur ?"

Est-il bien raisonnable d’infliger au minimum cinq ans d’études à des jeunes dont beaucoup vont ensuite galérer pendant des années, de CDD en piges, de piges en chômage, pour gagner le Smic ou à peine plus ?
(M. Capelle)

Un recrutement à bac+3 éloigne encore davantage les étudiants issus de milieux modestes de ces écoles qui s’avèrent très difficiles d’accès, malgré le succès de dispositifs comme la Chance pour la diversité dans les médias, qui préparent gratuitement les boursiers aux concours.

Comment atténuer ces effets négatifs ? L’école publique de Tours "permet l’accès au concours avec un tarif préférentiel pour les boursiers à 25 euros. Les frais d’inscription chez nous coûtent le montant des droits universitaires. Le cursus peut être suivi en apprentissage sur un, puis sur deux ans à terme", rappelle Laurent Bigot. Les formations en alternance ont d'ailleurs de plus en plus la cote. Et elles sont "plus efficaces pour ouvrir la profession à des milieux vraiment représentatifs de la société française", commente Marc Capelle.


Mersiha Nezic | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Flok.

Aux deux DUT infocom Option journalisme "historiques" (Cannes & Lannion), il faut désormais ajouter le département de Vichy qui a ouvert cette option à la rentrée 2018. --> http://www.vichy-universite.com/156_30_Information-Communication-option-Journalisme.html