Newsletter

Annulation d'une épreuve des ECN :"les préjudices matériels et moraux doivent être réparés au mieux", selon l'ANEMF

Propos recueillis par Isabelle Maradan
Publié le
Envoyer cet article à un ami
??
??
Après deux annulations successives le mercredi 1er juin 2011, l’épreuve de LCA (lecture critique d'articles scientifiques) des ECN (épreuves classantes nationales), que passent les étudiants en 6e année de médecine afin de devenir interne, a été reportée au 14 juin 2011 à 14h00.
Le point sur cette situation inédite avec Stéphane Bouxom, 1er vice-président de l’ANEMF (association nationale des étudiantes en médecine de France) en charge des élus.

Quelles sont les causes de l’annulation à deux reprises de l’épreuve de lecture critique d'articles scientifiques mercredi 1er juin 2011 ?

D’après le PV (procès-verbal) de l’épreuve que nous avons pu voir lorsque nous avons été reçus ce matin au cabinet du ministre de la Santé, la première épreuve du matin a été annulée parce qu’il y avait trop d’erreurs dans la copie. Nous n’avons pas la compétence pour juger si les erreurs de forme qui ont été évoquées par certains étudiants nécessitaient l’annulation ou pas. C’est au jury d’en décider. Il s’agit de la procédure normale. Ce qui est horrible, c’est que les étudiants avaient fini de composer lorsque l’épreuve a été annulée le matin. Et la fin de cette épreuve signifiait également la fin des ECN. Cela devait être une vraie libération pour eux. Au lieu de cela, l’après-midi du même jour, l’épreuve de secours, a également été annulée. Un défaut d’organisation et de logistique ainsi qu’un manque de coordination des centres d’examens sont en cause. Alors que les copies avaient été distribuées face cachées, la procédure a été bloquée  parce que certains centres n’étaient pas prêts. L’autorisation de composer n’a pas pu être donnée. Les étudiants qui étaient debout ont pu se rasseoir et les copies ont été récupérées. L’hypothèse la plus crédible est qu’il y ait eu des fuites à ce moment là, parce que des étudiants auraient pu voir le sujet posé sur la table et le retrouver sur pubmed, un site Internet de référence.

Certains étudiants menacent de perturber le déroulement de la nouvelle épreuve de LCA, qui aura lieu le 14 juin 2011. Qu’en pensez-vous ?

Il y a eu des rumeurs au sujet de quelques trublions. Certains pensent encore qu’il est possible de faire annuler l’épreuve de LCA et de n’utiliser que les neuf autres épreuves portant sur des dossiers cliniques. Or, nous avons consulté un avocat spécialisé en droit administratif et la neutralisation de l’épreuve entraînerait tout simplement l’obligation de repasser l’ensemble des épreuves. Je ne pense donc pas qu’il y aura tant de troubles que cela. L’ANEMF a demandé des garanties sur le fait que la sécurité soit optimisée ce jour là, sans pour autant sur-fliquer les étudiants, pour que le climat ne soit pas agressif.

Dans un communiqué de presse daté du 5 juin, l’ANEMF réclamait «  réparation des préjudices moraux et matériels subis par les 7800 étudiants ayant passé les ECN ». Avez-vous déjà obtenu des satisfactions ?

Nous avons obtenu du cabinet du ministre de la Santé qu’un document passe pour que les DCEM4 [dernière année du deuxième cycle des études médicales en externat, ndr] et les internes repassant l’ECN [un interne peut repasser une seconde fois les ECN pour remettre en jeu son classement, ndr] soit immédiatement mis en disponibilité. Nous avons demandé que ce soit jusqu’au 20 juin 2011, parce qu’il n’est pas évident de revenir en stage en milieu hospitalier le lendemain de l’épreuve du 14 juin, sans avoir le temps de souffler, mais nous ne savons pas encore quelle sera la date retenue.
L’autre gros point des négociations porte sur le remboursement des frais des déplacements et d’hébergements supplémentaires. Etant donnée la situation tout à fait exceptionnelle à laquelle nous sommes confrontés, nous espérons être entendus par la direction du CNG (centre national de gestion), que nous rencontrons lundi 6 juin dans l’après-midi. De leur côté, les facultés ont toutes ouvertes un bureau d’accueil afin de centraliser les données des étudiants concernés. Les préjudices matériels et moraux doivent être réparés au mieux.


Lire aussi l'interview d'une étudiante en médecine ayant passé les ECN sur letudiant.fr


Propos recueillis par Isabelle Maradan | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires