Assises : les Instituts catholiques veulent être partie prenante

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Alors que les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche poursuivent leur phase de concertation, l’Union des établissements d’enseignement supérieur catholique (UDESCA) a publié le 26 septembre 2012 un texte présentant les atouts de ses structures. Le but : se faire reconnaître comme un partenaire de l'enseignement supérieur à part entière.

Il ne s’agit pas d’un livre blanc. Plus d’une note d’intention, qui énumère en quarante pages les forces et les stratégies des établissements membres de l’UDESCA. Avec ce texte, intitulé span style="font-weight: bold;">"Instituts catholiques – Atouts, apports et enjeux stratégiques", les cinq établissements d’Angers, Lille, Lyon, Paris, Toulouse entendent rappeler le rôle qu’ils jouent dans l’enseignement supérieur.

Et ainsi exister dans la grande concertation menée actuellement par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. "La tenue de ces Assises montre qu’il y a de nouveaux besoins en matière de formation, de recherche et de stratégie, constate Pierre Debergé, président de l’UDESCA. Nous pensons modestement avoir des choses à apporter au débat. C’est aussi pour nous une formidable occasion de nous interroger sur nos forces, nos atouts."

Croisement des disciplines et employabilité


Le texte rappelle les "bons chiffres" des Instituts : 40.000 étudiants contre 30.000 il y a cinq ans, entre 75% et 95% de taux de réussite en licences généralistes et masters, 4 étudiants sur 10 bénéficiaires d’une aide financière pour leur scolarité… Autre fierté de l’UDESCA : sa stratégie de formation. "Notre réponse aux besoins sociétaux nouveaux passe entre autre par le croisement des disciplines, note Thierry Magnin, recteur de l’université catholique de Lyon. Nos formations mêlent compétences techniques et humaines. Notre expertise en théologie et plus généralement en sociologie nous offre cette possibilité." Autre atout souligné, l’employabilité des jeunes, rendue possible grâce à des cohortes à taille humaine et à des accompagnements individualisés.

Invitation aux discussions


En 1997, déjà, dans un livre blanc, les recteurs des Instituts catholiques et les directeurs des établissements de la FESIC entendaient faire reconnaître auprès de la "collectivité nationale" tout l’intérêt de leurs missions d’enseignement. Quinze ans plus tard, l’UDESCA reprend en partie ce discours.

Hasard ou conséquence, le jour de la publication de ce texte, l’Union a reçu de la part de Françoise Barré-Sinoussi, présidente du comité de pilotage des Assises, une invitation officielle à se mettre autour de la table lors des prochaines concertations territoriales. Une première étape accueillie avec enthousiasme par les Instituts catholiques, qui leur permet de rejoindre la cohorte des parties prenantes.

A lire aussi :

Les Assises de l'enseignement supérieur français, un système complexe


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires