Newsletter

Au Teaching Lab de Sorbonne université, la pédagogie en formation continue

Aurélie Djavadi
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le Teaching Lab de Sorbonne université.
Apprendre à s'exprimer devant une caméra, enregistrer un Mooc… Voilà quelques-unes des possibilités offertes aux enseignants au Teaching Lab de Sorbonne université. // ©  © Sorbonne Université / Pierre Kitmacher
Dans leurs laboratoires, les enseignants-chercheurs sont habitués à monter des protocoles d’expérience et à réévaluer leurs résultats. Et si cette culture par projets s’appliquait à la pédagogie ? Tel est le pari du Teaching Lab, lancé en septembre 2017 à la faculté de sciences de Sorbonne université, pour faire rimer transmission, innovation et efficacité.

"Les enseignants qui innovent sont bien plus nombreux qu’on ne le croit. Mais leurs trouvailles restent souvent confidentielles, car limitées à leur salle de cours ou à leur palette de stratégies personnelles", note Vanda Luengo, professeure chargée de la mission d’innovation pédagogique sur le campus Pierre-et-Marie-Curie de Sorbonne université.

Comment éviter que des outils améliorant la compréhension et l’implication des étudiants ne disparaissent, une fois leurs auteurs amenés à d’autres responsabilités ? Comment permettre la diffusion de dispositifs originaux ? Pour la spécialiste des enjeux de transmission des savoirs, la clé tient en un mot : l’expérimentation.

"Il est essentiel d’aider les enseignants à évaluer leurs pratiques pour repérer les plus efficaces et les déployer à plus grande échelle, ajoute Vanda Luengo. Cette culture par projets existe déjà dans la recherche : il s’agit maintenant de la développer dans la sphère de la pédagogie."

Croiser les compétences

À la faculté de sciences du Quartier Latin, cette nouvelle approche s’incarne dans un Teaching Lab. Inauguré en septembre 2017, il est porté par une équipe pluridisciplinaire d’une trentaine de vidéastes, informaticiens ou experts en pédagogie, et dispense aux enseignants un soutien aussi bien technique que méthodologique.

Entre un espace multimédia, où ont déjà été réalisés plusieurs Mooc, et un studio de répétition – où les enseignants peuvent apprivoiser le maniement d’une tablette graphique, ou apprendre à s’exprimer devant une caméra, sans l’appui d’un auditoire réel – une série de pièces en enfilade est destinée à accueillir les projets imaginés par les enseignants.

Avant, les cours ne pouvaient être filmés que dans leur globalité. C’est vraiment nouveau de pouvoir enregistrer les séances sous différents points de vue.
(L'équipe pédagogique de Teaching Lab)

Avec ses chaises à roulettes et ses tables disposées en îlots, la première ressemble en tout point à une salle de TD "nouvelle génération". À cette différence près que, de l’autre côté de la cloison, une régie permet de capter ce qui s’y passe. À la demande d’une enseignante souhaitant mesurer la dynamique d’une séquence en groupe, un dispositif de quatre caméras a été installé en cette fin mai.

"Avant, les cours ne pouvaient être filmés que dans leur globalité. C’est vraiment nouveau de pouvoir enregistrer les séances sous différents points de vue, tout en gardant trace des interactions sur le tableau numérique", insiste l’équipe audiovisuelle. De quoi permettre aux initiateurs de nouvelles formes d’enseignement de prendre du recul sur leur travail, de recueillir toutes les réactions des élèves, puis de monter un protocole d’analyse avec l’aide du Teaching Lab.

Partager les expériences

Depuis l’ouverture du centre, trois enseignants en sciences se sont emparés de ces possibilités d’expérimentation, en venant réaliser là une séquence de cours. Mais le rythme de ce type de visites devrait vite monter en puissance, le premier appel à projets exploratoires ayant reçu pas moins de seize dossiers en l'espace de quinze jours : "Certains portent sur la construction de portfolios étudiants, d’autres sur la réalisation de Spoc [Small private online courses], ou encore de serious games", glisse Marie-Aude Vitrani, directrice adjointe du Teaching Lab.

Dans tous les cas, nombreux sont les professeurs et maîtres de conférences à avoir investi le lieu pour discuter entre pairs. "Lorsque le ministère a lancé le Mooc 'Enseigner dans le supérieur', nous avons organisé des cafés pour alimenter la discussion sur le sujet, réunissant régulièrement une soixantaine de personnes. L’effet de nouveauté a joué et cela crée un côté 'salle des profs' sur le campus", se félicite Vanda Luengo.

Un dialogue renforcé par la proposition d’ateliers d’une demi-journée sur des thèmes aussi variés que la scénarisation d’une unité d’enseignement ou l’approche par compétences et l’évaluation des étudiants.

"Avec la diversification des publics dans les amphithéâtres et l’apparition de nouvelles méthodes et technologies, il est important d’accompagner les enseignants dans leur réflexion sur leur posture et dans le partage de leurs expériences", conclut Bernold Hasenknopf, professeur de chimie et coordinateur ces programmes. Une formation continue précieuse pour continuer d'évoluer au même rythme qu’un monde qui bouge à vitesse grand V.


Aurélie Djavadi | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
MT.

Quid de la prise en compte des efforts fournis par les professeurs qui s'impliquent dans ces expérimentations ?