Newsletter

Audencia : quand les étudiants rêvent leur école

Dominique Perez
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Opération Dreaming Audencia - DR
Opération Dreaming Audencia - DR

420 étudiants in situ et 1.500 à distance planchant pendant deux jours sur l’avenir de leur école : c’est l’exercice un peu particulier qui a mobilisé Audencia Nantes les 18 et 19 mars. Inspirée de la «pensée design», la méthode a permis de faire émerger six projets.

Panneaux sur les bus nantais, compte à rebours dans le hall de l’établissement, réseaux sociaux mobilisés : l’école avait soigneusement préparé le teasing de son opération «Dreaming Audencia»… et organisé sa mise en scène. Quand les étudiants de première année ont franchi la porte de leur école le lundi matin, pas de cours, mais un regroupement en équipes réunies autour de thèmes prédéfinis (voir encadré) dans des salles relookées. Fauteuils gonflables, post-it, matériel informatique, paperboard et feutres de couleur… le décor se voulait propice à la créativité.


Proposée à la direction de l’école par Nicolas Minvielle, responsable du mastère spécialisé «marketing, design et création», et organisée par ses 20 étudiants, rejoints par des troisièmes années du programme grande école, Dreaming Audencia est d’abord un grand exercice démocratique. Les projets retenus (5 proposés par les étudiants sur place, 1 suggéré par les étudiants à distance) l’ont été par tous les étudiants ainsi que par le personnel de l’école, les diplômés et des entreprises partenaires après une présentation en amphi au cours de deux soirées mobilisatrices. C’est aussi un pari a priori risqué : la direction s’est engagée à mettre en œuvre les projets retenus. Tous les rêves étaient permis, sans limite de budget.


Faire évoluer l’école de l’intérieur en proposant aux étudiants, principaux utilisateurs, de trouver des idées nouvelles, tel est le but de l’opération : «En proposant cette idée, je voulais montrer à quel point les étudiants ont des richesses incroyables en eux, et que si on leur proposait de participer, les résultats seraient étonnants», explique Nicolas Minvielle. Pour Jean Charroin, directeur d’Audencia Nantes, le but est également d’avoir valeur d’exemple : «Le management des entreprises est encore très pyramidal et hiérarchique, le fait que notre école lance cette démarche, avec une prise en compte horizontale de réflexion et de prise de décision, est aussi un message que nous leur adressons.»

Un désir de changement


«Le plus intéressant c’est de sortir du cadre scolaire, témoigne Cécile, étudiante ayant bûché sur le thème “Une école génétiquement digitale”. On nous a d’abord demandé d’inscrire des mots sur des post-it, sur des idées qui nous tenaient à cœur. On s’est d’abord regardé dans le blanc des yeux, puis elles sont venues…» Il s’agissait d’un exercice grandeur nature pour les étudiants du mastère spécialisé «marketing, design et création», qui ont accompagné les premières années.

La méthode (alterner les phases où on laisse partir son imagination, pour aboutir à un thème, puis la concrétisation d’un projet et sa mise en scène) est, pour Juliette Roubaud, étudiante du mastère, inhabituelle dans une école de commerce : «On sort de prépa, avec un esprit hyper analytique, et là on dit aux étudiants : pendant deux heures, vous exprimez toutes les idées que vous voulez. C’est très déstabilisant au début.»


Financements de projets avec des partenaires extérieurs, création de lieux culturels et/ou conviviaux au sein de l’école, serious game pour s’initier à la gestion d’entreprise… Les «rêves» des étudiants, qu’ils touchent à la pédagogie ou à la vie interne de l’école, ont exprimé un désir de changement que l’école devra prendre en compte concrètement, à court ou long terme : certains des projets élus, comme le financement de la scolarité, touchent à la base même de l’organisation.

Les six projets retenus

Une école cocréée : création d’un lieu de rencontre pour les étudiants. Il intégrerait les bureaux des associations étudiantes et un espace de coworking.

Une école génétiquement digitale : création d’une nouvelle interface digitale intégrant les fonctionnalités de Campus Net, le système propre à Audencia Nantes, Blackboard, Evencia et Facebook.

Une école qui forme les «poils à gratter» du système : création d’une entreprise Audencia, gérée par les étudiants accompagnés de professionnels.

Une école qui soit une expérience plutôt qu’une formation : une compétition interécole, Audencia Race, créée par les étudiants, favoriserait le rayonnement de l’établissement.

Une école pour la vie : système de parrainage et de garant qui permet de reporter le paiement de ses frais de scolarité.

Une école sans frontières : création d’antennes Audencia à l’international.


Dominique Perez | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
C. de Morais Rego.

La montagne a accouché d'une souris.

jardi.

Les éléphants auraient ils peur des souris?