Newsletter

Aux États-Unis, les manuels scolaires peinent à tourner la page du "tout papier"

Hélène Labriet-Gross
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Aux États-Unis, les manuels scolaires peinent à tourner la page du "tout papier"
Les étudiants américains déboursent 1.200 dollars chaque année pour acquérir leurs manuels scolaires. // ©  plainpicture/Astrakan
REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Les étudiants américains doivent faire face à l'envolée des manuels scolaires. Pour diminuer les coûts, quelques maisons d'édition se tournent vers le numérique. Mais la transformation reste encore très timide, selon le site Entrepreneur.

Chaque année, les étudiants américains déboursent en moyenne 1.200 dollars (970 euros) pour acquérir leurs manuels scolaires. Ce montant a doublé en dix ans, tandis que le marché des livres d'occasion a parallèlement explosé, pour atteindre un budget de près de 5 milliards de dollars par an, note le site d'informations Entrepreneur. Si les étudiants sont à la recherche de solutions plus économiques, les maisons d'édition et les universités se montrent quant à elles peu enclines à transformer ce système, devenu obsolète mais toujours profitable.

Pour expliquer ce manque d'innovation et de prises de risques, Entrepreneur identifie plusieurs facteurs. Aux États-Unis, l'ensemble du marché du livre scolaire est détenu par quelques grosses maisons d'édition, qui appliquent le même modèle de publication et de vente depuis des décennies. Elles ont bien du mal à se remettre en question et à s'adapter à la transformation de l'enseignement supérieur, porté par l'arrivée de la vague numérique.

Si les maisons d'édition sont en partie responsables de cette situation, les enseignants le sont tout autant, analyse Entrepreneur. Sur Internet, de nombreuses ressources pédagogiques sont disponibles et gratuites. Mais il faut les choisir, les organiser et repenser les cours en fonction. Certains enseignants préfèrent donc s'appuyer sur les manuels, qu'ils voient encore comme un support indispensable de formation.

Quelques timides tentatives d'innovation

Toutefois, certains éditeurs tentent de faire évoluer le système. C'est le cas de la maison McGraw-Hill Education, qui a par exemple proposé ses ouvrages sous format électronique. Mais certaines restrictions imposées aux étudiants, en particulier l'utilisation de contenus payants ou de licences à durée déterminée, ne permettent pas, au final, de diminuer le coût de ces livres.

Si le traditionnel manuel papier semble avoir quelques beaux jours devant lui, une réduction de son coût est tout à fait envisageable, argumente Entrepreneur. Et de citer en exemple le site Flatworld, qui imprime ses manuels scolaires à la demande et les envoie directement aux étudiants. Cette opération permet ainsi de diminuer les frais d'inventaire liés au stockage des ouvrages par les universités. De plus, tous les manuels édités par Flatworld utilisent le même format et la même mise en page, dans le but de rationaliser les coûts de production.

Peu d'entreprises se sont encore penchées sur la question : le prochain chapitre sur l'innovation en matière de manuels scolaires reste encore à écrire.

L'article du site Entrepreneur (en anglais).


Hélène Labriet-Gross | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires