Newsletter

Concours Passerelle : la sélectivité en question

Marie-Anne Nourry
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Le nombre d’inscrits au concours d’admissions parallèles Passerelle, qui regroupe 17 écoles de commerce (1), est en baisse à niveau bac + 2 mais en hausse à bac + 3, pour la session 2012. Pas de bouleversement, pour autant, la moyenne des deux épreuves demeurant stable par rapport à 2011. C’est surtout la faible sélectivité de la banque d’épreuves qui surprend. En moyenne, 83% des candidats présents aux écrits sont admissibles aux oraux de Passerelle 1, et le chiffre grimpe jusqu’à 90% pour Passerelle 2. Explications de Jean-François Fiorina, président de la banque d'épreuves.

En 2012, Passerelle 1 (pour les bac+2) a enregistré 4.214 candidats (contre 4.408 en 2011), soit une baisse de 4,5%, et Passerelle 2 (pour les bac+3) en a compté 3.451 (contre 3.273 en 2011),soit une hausse de 5%. Selon Jean-François Fiorina, président de l’association Passerelle, le succès grandissant de Passerelle 2, qui permet d’intégrer une école de commerce après un bac + 3, s’explique principalement par le besoin de cohérence des candidats avec le système LMD. "Les étudiants considèrent désormais qu’il y a plusieurs cycles de formation, le premier s’arrêtant après une licence ou un bachelor. Après un BTS ou un DUT, ils choisissent donc de plus en plus de suivre une licence professionnelle ou de se perfectionner en anglais, avant de plonger dans le bain des grandes écoles." La volonté de payer deux années d’école plutôt que trois, est également à prendre en compte, surtout dans un contexte de crise économique. Mais ce n’est pas l’argument principal selon Jean-François Fiorina, qui est convaincu que les étudiants sont surtout sensibles à l’offre grandissante du marché postbac.

Jusqu’à 99% de candidats reçus à l’écrit

Le taux de sélectivité s’élève en moyenne à 83% pour l’entrée en première année et à 90% pour la deuxième année. Mais d’une école à l’autre, les disparités demeurent. L’ESC Grenoble est de loin l’école la plus sélective (33% de candidats reçus aux écrits en moyenne), suivie d’EM Strasbourg (46% pour Passerelle 1 et 74 % pour Passerelle 2) et de Télécom EM (57% et 69%). Dix écoles affichent un taux de sélectivité à l’écrit supérieur à 96% et atteignant 99% pour cinq d’entre elles (ESC Amiens, Brest, Chambéry, Pau et Troyes). "Mais il y a une très forte auto-sélection en amont chez les étudiants, relativise Jean-François Fiorina. Et même si le taux de reçus est très élevé, il ne faut pas oublier qu’il reste encore des barrières à franchir, comme l’oral et le test d’anglais." Les résultats aux épreuves orales ne sont pas encore connus.

En outre, le comportement des candidats aux admissions parallèles tend à se rapprocher de ceux des classes prépas. "Ils recherchent des écoles à très forte notoriété, résume le président de la banque d’épreuves. Ce qui pousse certaines écoles à limiter les risques." Et donc à baisser la barre pour s’assurer de remplir leurs effectifs.

Harmoniser les concours

Plus globalement, Jean-François Fiorina prêche pour une homogénéisation des concours d'admissions parallèles. "Il existe 19 procédures différentes dans les écoles du Chapitre, qui s’étalent de février à juillet, et le manque de visibilité nous est nuisibles à tous", se désole-t-il. A côté des 17 écoles Passerelle, les 6 écoles Ecricome sont regroupées dans la banque Tremplin et les autres organisent, pour la plupart, des concours indépendants. Le président de Passerelle aimerait créer un système commun de gestion des admissions parallèles. Mais il sait que la route est longue, notamment à cause des stratégies, qui varient d’une école à l’autre.

"Certaines veulent commencer les admissions parallèles à partir de bac + 2, d’autres à partir de bac + 3, et d’autres encore les limiter au bac + 4." L’harmonisation des différentes procédures implique donc une profonde réorganisation, mais Jean-François Fiorina est formel : "C’est nécessaire pour développer les admissions parallèles qui constituent malgré tout la majorité des recrutements dans les écoles."

(1) EDC, EM Normandie, EM Strasbourg, ESC Amiens, Brest, Chambéry, Clermont, Dijon, Grenoble, La Rochelle, Montpellier, Novancia, Pau, Rennes, Saint-Etienne, Troyes et Télécom EM.

A lire
Le tableau de la sélectivité des écoles de la banque Passerelle aux épreuves écrites


Marie-Anne Nourry | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires