BEM Dakar accueille ses premiers étudiants


Publié le
Envoyer cet article à un ami
BEM Dakar accueille ses premiers étudiants

BEM Dakar a ouvert ses portes à la rentrée 2008. L’école de management de Bordeaux (BEM) fait figure de pionnier sur le continent africain. « C’est la première grande école française à s’implanter physiquement en Afrique noire», se réjouit Pape Madické Diop, directeur de l’établissement. Les premiers étudiants africains – une soixantaine de 14 nationalités différentes – ont investi l’immeuble de 1200 m2, situé dans le nouveau quartier des affaires de la capitale sénégalaise.  

Un lien historique entre Bordeaux et Dakar  

Dès sa naissance, l’école a été fortement soutenue par les autorités publiques et les entreprises sénégalaises. Les dirigeants d’entreprise sont regroupés au sein d’un comité d’orientation stratégique, où siègent également les dirigeants de BEM, les représentants de l’ambassade de France à Dakar ou encore le président du conseil du patronat sénégalais.  

Le Sénégal dispose d’un lien très ancien avec la ville bordelaise. L’université de Dakar, créée en 1957, dépendait ainsi de l’académie de Bordeaux. Des échanges sont prévus entre les deux BEM. Les étudiants africains pourront faire leur master en France. Les Français pourront partir étudier à Dakar. « Nous pensons créer une option « géopolitique africaine » pour nos étudiants », explique le directeur de BEM, Philip McLaughlin. L’ambition de l’établissement français est d’étendre sa marque à l’international. En perspective lointaine, des projets similaires à Buenos Aires, Kuala Lumpur, ou encore en Inde.  

Assurer un emploi à la sortie de l’école

L’établissement africain souhaite, lui, former de véritables managers opérationnels. « Pendant très longtemps dans nos pays, tout le monde a voulu faire un doctorat. Aujourd’hui, nous avons surtout besoin de cadres moyens », explique Pape Madické Diop. Comment se déroule le cursus ? Tout d’abord, la moitié des enseignants vient de BEM, l’autre moitié est composée de professeurs africains. Les diplômes délivrés sont visés par l’Etat Sénégalais. Pas encore par la France.

« Une fois passée la période de lancement, nous demanderons la reconnaissance française », explique le directeur de BEM Dakar. Trois niveaux d'entrée existent, en première année (30 étudiants), en 3ème année (15 étudiants) et pour le Master in Management (15 étudiants). L’établissement propose également des formations continues. La demande est très forte en Afrique : 200 salariés seront accueillis dès novembre 2008.  

A plus long terme, l’objectif est de devenir l’école de référence en Afrique. Chaque année, BEM Dakar va sélectionner 50 nouveaux étudiants. C’est peu ? « Nous ne voulons pas massifier les effectifs. On ne dépassera pas les 50 étudiants parce que nous voulons assurer à tous un emploi. La qualité a un prix et surtout nous ne voulons pas devenir une fabrique de chômeurs », explique Pape Madické Diop. Contrairement aux universités sénégalaises.


| Publié le