Newsletter

Berkeley cède à la mode des “design schools”

De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Jacobs Institute for Design Innovation
Le Jacobs Institute a pour philosophie de combiner art et ingénierie, en intégrant le design dès le commencement du projet. // ©  Jacobs Institute for Design Innovation

Alors que la d.school de Stanford a acquis, au cours de ces dernières années, une réputation internationale, l’autre grande université de la baie de San Francisco a décidé d'ouvrir la sienne. Avec un positionnement plus technologique.

À la rentrée 2015, UC Berkeley a inauguré le Jacobs Institute for Design Innovation, dans un bâtiment tout neuf de 2.200 mètres carrés sur le campus. Comme à Stanford, les cours ou ateliers proposés sont ouverts à des étudiants de diverses disciplines, qui viennent y valider des crédits et ajouter une nouvelle dimension à leur cursus pendant les quatre années de Bachelor.

L'endroit se présente comme un hub où étudiants, professeurs et intervenants spécialisés peuvent participer à des projets communs, assister à des conférences et workshops, dans une optique interdisciplinaire. Objectif : rendre ces étudiants plus créatifs, innovants, entrepreneurs, et les aider à penser "outside the box".

Plus geek que Stanford !

Comme la d.school de Stanford, le Jacobs Institute place la pensée design au cœur de son modèle. Avec ses grands principes : "learning by doing", tester et prototyper très vite des idées, sonder les utilisateurs à chaque stade de la réflexion, intégrer la réflexion sur l'ergonomie du produit dès le départ, améliorer le produit avec le feed-back des utilisateurs, travailler dans des équipes mixtes...

Mais le Jacobs Institute se positionne davantage dans une perspective technologique – l'institut est moins tourné vers les sciences sociales que vers l'ingénierie. D'ailleurs, il dépend de l'école d'ingénieurs de Berkeley.

"Par rapport à Stanford, on va un peu plus loin dans le prototypage et la réalisation d'objets. L'idée du fondateur, Paul Jacobs, c'est que les compétences techniques ne sont pas suffisantes, et que cette école pourra, grâce à des cours en mode projet, permette aux étudiants de combiner art et ingénierie, et d'intégrer le design dès le départ ", explique Emily Rice, directrice des programmes et des opérations de l'école.

null

Déjà plus d'un millier d'étudiants

Le Jacobs Institute a les moyens, cela se voit très vite. Le bâtiment, très réussi, a, à lui seul, coûté 25 millions de dollars. Le projet a vu le jour grâce un don de 20 millions de dollars de la fondation personnelle de Paul Jacobs, président exécutif de Qualcomm, un géant des télécommunications, lui-même diplômé en informatique de Berkeley.

Le bâtiment abrite plusieurs "fablabs", répartis sur quatre étages. Ils sont consacrés à la fabrication digitale, à la vidéo et la photo, à la construction à partir de lasers ou d'imprimante 3D, au bois, ou encore au métal...

Les 22 cours proposés se situent à l'interface du design, de la technologie et du business : "principes du design", "prototypage et fabrication", "communication visuelle" ou "management de produit". Ils ont rassemblé, en ce premier semestre de fonctionnement, 1.200 étudiants.

Dans chaque cours, les étudiants sont amenés à créer quelque chose, et, à la fin du semestre, un grand événement a été organisé pour exposer les projets de chacun. Certains ont construit une chaise à bascule qui crée de l'énergie et recharge un téléphone. D'autres ont mis au point une perceuse électrique "augmentée", qui permet faire des trous dans des endroits normalement inaccessibles, d'autres encore une application permettant de construire des connexions amicales à la sortie de l'université... Certaines de ces réalisations sont exposées dans l'école, tels des objets d'art. Les succès commerciaux de demain ?

Learning Expedition EducPros

Le Jacobs Institute for Design Innovation a fait partie des visites de la Learning Expedition EducPros dans la Silicon Valley début novembre 2015. La délégation s'est également rendue à Stanford, Berkeley, Autodesk, Techshop, Coursera...

Véritable plongée au cœur de l'innovation et de l'écosystème de la côte Ouest, ce voyage d'études a été l'occasion pour les participants de nouer de nouveaux partenariats et de faire émerger de nombreux projets. Prochain départ en mai 2016 vers Israël, la Start-up Nation.

De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires