Budget 2012 : « L’enseignement supérieur et la recherche restent prioritaires mais doivent participer à l’effort collectif »

Franck Dorge
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Fundraising
Fundraising
Lors de la présentation du budget 2012, Laurent Wauquiez s’est voulu rassurant « l’Enseignement supérieur et la Recherche restent la première priorité du gouvernement pour la cinquième année consécutive ». Néanmoins, il admet que « dans un contexte budgétaire contraint, ce secteur comme les autres doit participer aux efforts de bonne gestion ». Quelles en sont les conséquences ?

Globalement, le budget de ce secteur – 25,8 milliards - progresse cette année encore de 540 millions pour l’Enseignement supérieur et de 214 millions pour la Recherche (hors Investissements d’avenir). Le maintien de l’emploi des personnels est garanti par le Ministre, contrairement à ce qui se pratique dans d’autres ministères (non remplacement d’un fonctionnaire sur deux). Cependant, lorsque l’on y regarde de près, ces augmentations ne sont pas significatives dans tous les domaines.

Conditions de vie et opérations immobilières
Laurent Wauquiez revient sur les moyens supplémentaires mis pour améliorer les conditions de vie étudiante (+91 M) en augmentant le montant des bourses de 20% en moyenne, sur cinq ans, et en créant un 6e échelon pour les 110 000 étudiants les plus défavorisés. Il insiste sur l’augmentation des boursiers à l’échelon 0 (+65 000) : « je souhaitais qu’il y ait une meilleure prise en compte des familles modestes issues des classes moyennes ». Il souligne également l’accroissement du nombre de logements étudiants . « Nous avons en cinq ans livré 55 000 logements (34 000 réhabilitations, 21 000 constructions) et nous dépasserons les objectifs du rapport Anciaux pour 2011/2012 ».
Sur les opérations immobilières (+224 M), le Ministre affiche sa volonté de « concrétiser le changement des universités ». Pour se faire, il a débloqué 167 millions d’intérêts (Opération Campus) pour que soient lancés de nouveaux chantiers universitaires. 57 millions de crédits budgétaires seront, quant à eux utilisés pour la rénovation de Jussieu. A côté de cela, plus préoccupante reste la question des moyens de fonctionnement des établissements.

Moyens des établissements
Sur cinq ans, les moyens de fonctionnement des établissements augmentent de 25%, soit de 237 millions d'euros pour 2012. Cependant, cette progression n’est que de 46 millions d’euros - hors masse salariale dont la progression représente 191 M – cette année. Cette augmentation des moyens est donc inférieure à celle de 2011 (81M soit -39 M) et bien inférieure à celle de 2010, (172 millions d’euros, soit -130 M).
Bien sûr, depuis 2007 des efforts ont été consentis pour rattraper le retard des universités françaises. Il n’en demeure pas moins que si les crédits budgétaires progressent de 2,5% cette année, ils n'augmentent que de 1,4% pour les moyens de fonctionnement des établissements (hors masse salariale). Cette progression est proche, voire en dessous pour certains postes, des prévisions du taux d’inflation pour 2011. A ce titre, il n’y a pas d'augmentation significative du budget.

Comment ces moyens seront répartis entre les universités ? Le modèle SYMPA de répartition des allocations de moyens sera-t-il maintenu ? Telles restent les questions que devra trancher le Ministre avec les présidents d’université dans les semaines à venir.


Franck Dorge | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires