Campus Cyber : les écoles d’ingénieurs face au défi collectif de la cybersécurité

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Campus Cyber : les écoles d’ingénieurs face au défi collectif de la cybersécurité
Le Campus Cyber au cœur de La Défense. // ©  Laurent Grandguillot/REA
A l’initiative du président de la République, un projet d'envergure pour la cybersécurité en France, baptisé Campus Cyber, a été inauguré le 15 février dernier. Plusieurs écoles d’ingénieurs ont répondu à l’appel pour apporter leur expertise et répondre au besoin de formations dans ce domaine hautement stratégique et porteur en matière d'emploi pour l'avenir.

Situé en plein cœur du quartier d’affaires de La Défense, le Campus Cyber, ce nouveau haut-lieu de la cybersécurité, a pour vocation de rassembler les expertises et les ressources des entreprises, des start-up, des laboratoires de recherche et des établissements d’enseignement supérieur afin de lutter contre le développement de la cybercriminalité.

Le Campus cyber, lieu de synergie entre entreprises et monde universitaire

A l'initiative du président de la République, Emmanuel Macron, la France entend jouer un rôle leader au sein de l’Europe sur le développement de solutions techniques et sur la formation dans le domaine de la cybersécurité.

"La cybersécurité est un enjeu de souveraineté et économique majeur. La France pèse 40% dans le domaine de la cybersécurité en Europe. Le marché est immense et connaît une croissance exponentielle. Mais nous avons besoin de talents bien formés. On estime qu’il manque 30.000 personnes en France aujourd’hui", a soutenu Rodolphe Belmer, directeur Général d’Atos à l'occasion de l'inauguration du Campus Cyber.

"Nous ne voulons plus de barrière entre le monde universitaire et l’industrie. Il faut que nous apprenions à travailler ensemble. Nous devons rassembler toutes nos forces technologiques et développer de nouveaux marchés pour garantir l’emploi", a poursuivi Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance.

Efrei Paris souhaite devenir un acteur majeur de l'enseignement supérieur privé

Des écoles d'ingénieurs engagées dans le projet du Campus Cyber

Plusieurs écoles d’ingénieurs ont rejoint cette initiative lancée par le gouvernement pour mettre à profit leurs compétences au service de la cybersécurité et de la cyberdéfense. Elles auront la capacité de répondre aux besoins de formation des entreprises reconnues dans le secteur comme Orange Cyberdéfense, Atos, Thales, Capgemini.

Nous ne voulons plus de barrière entre le monde universitaire et l’industrie. Il faut que nous apprenions à travailler ensemble. (Bruno Le Maire, ministre de l'Economie)

C'est le cas notamment de l’Epita qui a été le premier établissement d’enseignement supérieur à s’engager dans le projet du Campus Cyber avec le Groupe Ionis. Elle en est d'ailleurs actionnaire, aux côtés entre autre d'Atos et de Capgemini. L’école a aussi déployé son centre de formation professionnelle dédiée à la cybersécurité (SecureSphere by Epita). Elle a également formé un conseil de perfectionnement, composé d’industriels, de grands groupes et de startups membres du Campus Cyber, pour définir un référentiel de compétences en adéquation avec leurs besoins.

D’autres écoles d’ingénieurs ont suivi le mouvement comme l’ESILV, l’Efrei et l'Isep dans le but de développer des synergies avec les entreprises. Le réseau d'entreprises localisées sur le Campus Cyber devrait aussi favoriser la recherche d’immersion professionnelle (stages et apprentissage).

L'ESILV, l'école d'ingénieurs à la conquête de nouveaux territoires

Développer des programmes de formation autour de la cybersécurité

Mais ce Campus Cyber est avant tout un lieu propice pour accueillir des formations autour de la cybersécurité. Ainsi, l'Epita a pu y déployer plusieurs de ses majeures du cycle ingénieur concernées par la cybersécurité. L'école a aussi officialisé l’année dernière la création d’un nouveau bachelor en Sécurité du numérique pour faire face aux demandes croissantes des entreprises françaises dans le domaine de la sécurité informatique.

L’ESILV, l'école d’ingénieurs du Pôle Léonard de Vinci, a de son côté décidé d'ouvrir à la rentrée 2022 une majeure dédiée à la cybersécurité du cloud et au développement logiciel sécurisé (DevSecOps). Elle souhaite y former des ingénieurs maîtrisant le cycle complet de développement logiciel sécurisé ainsi que la sécurité de leur environnement d’exécution. L’école d’ingénieurs propose également une option cybersécurité en troisième année pour son bachelor ingénierie numérique afin de fournir des profils très techniques et opérationnels.

"C’est une volonté de notre direction de mettre les bouchées double en matière de cybersécurité, explique Walter Peretti, responsable de la majeure Informatique Objets connectés et sécurité de l’ESILV. Nous nous sommes mis en ordre de marche pour rejoindre le Campus Cyber. Nous avons enclenché des projets notamment au niveau master avec les entreprises partenaires du campus. Il y a une vraie dynamique de convergence."

Les établissements sont également ouverts à rassembler leur expertise pour construire des projets en commun. "Il y a une vraie volonté de collaborer avec les autres écoles, poursuit Walter Peretti. Le Campus Cyber, c’est le symbole d’une cause qui doit transcender toutes nos concurrences." Tout reste donc encore à construire.


Clément Rocher | Publié le