Newsletter

Changement de cap : les universités de Lille visent "clairement" la fusion

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Lille 1- BU © Mathieu Oui - décembre 2013
Université Lille 1- BU © Mathieu Oui - décembre 2013

A la rentrée 2013, elles annonçaient leur préférence pour la voie fédérale. L’heure est désormais à la fusion pour les trois universités lilloises, qui ont partagé cette décision avec la communauté début avril 2014.

"Le rapprochement des trois universités de Lille a désormais clairement pour but la fusion des établissements, au plus tard à la fin du prochain contrat quinquennal [2015-2019]. Cette démarche a été présentée, par les trois président(e)s, aux conseils d’administration des trois universités, qui l’ont approuvée", ont annoncé les présidents d'université dans un communiqué adressé à leurs communautés le 7 avril 2014.

Une position qui a donc fortement évolué chez les Lillois. Philippe Rollet (Lille 1), Xavier Vandendriessche (Lille 2) et Fabienne Blaise (Lille 3) avaient en effet insisté, en octobre 2013, sur leur volonté d'écarter pour l'instant la fusion et de persister dans un modèle fédéral, avec un fonctionnement "sur projets".

"Il y a peut-être eu une accélération ou un changement de ton, mais aucune évolution sur le fond, assure tout de même Xavier Vandendriessche. Nous restons dans cette démarche où nous voulons d'abord ouvrir et régler ensemble les chantiers importants, de manière participative, avant de fusionner."

Il y a peut-être eu une accélération ou un changement de ton, mais aucune évolution sur le fond (X.Vandendriessche)

L'Idex en ligne de mire

Parmi les facteurs d'accélération : l'Idex [Initiative d'excellence] figure en bonne position, reconnait le responsable.

"La création de l’Université de Lille constitue un enjeu crucial, expliquent les trois présidents dans ce communiqué. Non seulement pour affirmer une politique de site et de territoire pour la Région et la métropole lilloise, mais surtout pour constituer un pôle de référence de l’enseignement supérieur et de la recherche au nord de l’Europe."

"L’Université de Lille sera ainsi un acteur majeur des réponses qui seront apportées dans le cadre des grands projets européens et  du nouveau Plan d’investissements d’avenir, ajoutent-ils. Avec l’ambition assumée d’être l’une des grandes universités reconnues et accompagnées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre du programme 'Idex'."

Des modalités de fusion à préciser

Une convention d’association détaillant les modalités de cette fusion entre les trois universités sera soumise aux conseils d’administration courant mai 2014. Les grandes écoles lilloises seront de leur côté "largement associées" à ce processus, notamment en participant aux groupes de travail. Elles devraient s'y rattacher par la voie de l'association, l'une des trois options ouvertes par la loi ESR.

Quant aux trois autres universités du Nord-Pas-de-Calais (Artois, ULCO, Valenciennes), elles s'intègrent à un autre échelon, régional : celui de la Comue (communauté d'universités et établissements), dont les statuts sont en cours de discussion.

Lire aussi
La biographie de Philippe Rollet (Lille 1)
La biographie de Xavier Vandendriessche (Lille 2)
La biographie de Fabienne Blaise (Lille 3)

- Notre article : Politique de site universitaire : le jeu des fusions, communautés et associations

- Le billet de Jean-Claude Dupas, ancien président de l'université Lille 3 : Regrouper ?
- Les billets de Pierre Dubois (blog Histoires d'universités) sur le Nord-Pas de Calais

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires