"Les stages ne sont pas toujours des tremplins vers l'emploi"

Chercheurs d'Actu
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les stages sont-ils vraiment un passeport pour l'emploi ? Alors qu'une proposition de loi visant à mieux les encadrer est en discussion au Parlement, le sociologue Dominique Glaymann décrypte, pour Chercheurs d'Actu, les ressorts d'une mécanique plus complexe qu'il n'y parait.

Dans votre livre Le Stage, formation ou exploitation, vous invitez à relativiser l'impact des stages sur l'emploi. Pourquoi ?

Les stages peuvent aider une partie des jeunes à accéder à un travail. De là à les qualifier systématiquement de tremplins pour l'emploi, il y a une marge. Les enquêtes du Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications) ou de la CGE (Conférence des grandes écoles) montrent que beaucoup de diplômés en poste ont effectué un ou plusieurs stages. Mais cela ne suffit pas à prouver le rôle que ces expériences ont joué dans leur insertion.

Le problème de l'emploi des jeunes résulte du fonctionnement du marché de l'emploi plus que de leur inexpérience. Il y a 30 ou 40 ans, le chômage n'avait pas cette ampleur alors qu'on ne faisait quasiment pas de stages, hormis dans certains métiers.

Faire rimer stages et professionnalisation est tout à la fois excessif, dans la mesure où bien d'autres conditions entrent en jeu, et réducteur, puisqu'ils contribuent de différentes manières à la construction d'une qualification.

Lire la suite de l'interview sur le site Chercheurs d'Actu : "Les stages ne sont pas toujours des tremplins vers l'emploi"


Chercheurs d'Actu | Publié le